Archives de catégorie : Billets

[COURS 2017-2018] M1, POLITIQUES CULTURELLES. IMMERSION AU SIRQUE

Dans le cadre des cours de « Politiques culturelles », les M1 CCIC seront en cours les 28 et 29 novembre 2017 à Nexon, au Sirque. Ils travailleront auprès de différents intervenants la question des politiques culturelles dans deux dimensions : la direction et la gestion d’une structure d’envergure nationale et la question de la place de la culture en milieu rural.

 

Calendrier des deux journées

Mardi 28.11

14h00. Arrivée à Nexon. Accueil des étudiants par Martin Palisse, directeur du Sirque

14h30-17h00. « Diriger une structure culturelle » : Martin Palisse

17h00-19h00 : « Histoire des formes » : Chloé Ouaked

19h30. Diner

Nuit à Nexon

29.11.

9h30-12h00. « Comprendre l’action locale en matière culturelle (1960-1990) » : Loïc Artiaga

Déjeuner de midi sur place

14h-17h. « Organiser un festival : travaux pratiques » : Martin Palisse et équipe du Sirque

[JOURNEE D’ETUDES ENSA] 1917, et après…

Les 6 et 7 novembre 2017, l’ENSA LIMOGES organise le troisième volet de ses journées d’étude « 1917, regards croisés sur la révolution bolchevik : impact et héritage ».

Ce dernier volet abordera la question du post soviétisme à travers le cinéma.

Invités : Nicolas REY et Federico ROSSIN

Coordination ENSA : Geneviève VERGÉ BEAUDOU

Captation ENSA : Fabrice COTINAT + étudiants A1

Le programme ici : JE 23

Présentation de l’Atelier de recherches et de création (ARC) 2017-2018, « Programmation culturelle »

Sous la direction de Asse El Hadj Seck et Fabian Gental

Avec la participation de Fabrice Hélion (régisseur général), Amadou Gueye (programmateur et technicien), Selim Ennjimi (community manager)

 Encadré par des professionnels de la programmation culturelle, l’ARC doit permettre aux étudiants de connaitre les moyens techniques et pratiques pour la réalisation de projet culturel. Cet atelier sera axé sur les musiques actuelles, la programmation et les différentes phases de création d’un festival. Il vise à constituer une équipe travaillant à la programmation et à participer activement à la réalisation de la scène B qui sera installée en bord de vienne dans le cadre du festival Urban Empire les 6 et 7 juillet 2018.

Le Festival Urban Empire 2018 doit permettre aux étudiants de mettre en pratique les connaissances acquises durant la semaine de l’ARC. Le travail s’étend donc sur neuf mois, et doit permettre aux étudiants de participer de façon active au festival « Urban Empire » 2018. Ils auront la charge de la programmation de la scène B qui leur sera dédié. Des rencontres et des réunions seront organisées avant juillet par les différents acteurs du festival « Urban Empire » afin de mettre en place un suivi. Les étudiants seront divisés en différents groupes en fonction des thèmes (programmation, communication, partenariat, distribution). Un dernier module sera consacré à l’animation des festivals par vijing, les étudiants seront initiés aux techniques utilisées qu’ils réinvestiront lors des concerts.

L’ARC se déroulera en deux temps distincts, d’un festival à l’autre. La première phase de travail (6-10 novembre) se déroulera à la Faculté des Lettres et des Sciences humaines (FLSH), au CCM John-Lennon et au Palais des expositions. À partir de « Reggae Empire » (10 novembre, Limoges), les étudiants travailleront sur un cas concret d’organisation de festival (organisation générale, budget, aspects techniques, choix artistiques, scénographie, etc.).

Programmation de l’ARC pour le premier semestre

Mercredi 8 novembre, 10h-12h. Présentation générale (FLSH). Asse Seck

Avec un focus sur :

– organisation générale d’un festival

– budget d’un événement

– réseaux

– communication (affiches)

– partenariat

– besoins techniques

– billetterie

– location et disponibilité du matériel

– taxes : SACEM, CNV

– musiques actuelles et théâtre actuel

– Contrats

– Risques/Assurances/Sécurité

– Prestataires

– Bar/Restaurants

– Transports/logistique (feuilles de route, etc.)

Mercredi 8 novembre, 14-18h00. Le Festival, approche esthétique. Fabian Gental, Selim Ennjimi (ENSA)

– Travail sur les réseaux

– Questionnements autour de l’identité visuelle du festival

– Initiation au Vjing et animation vidéo

Jeudi 9 novembre : 13h-17h (Parc des expositions)

– Installation et Montage : Scène, loges, Bar, Com sur site, fléchage

– Vjing : préparation de vidéos pour le Reggae Empire

Vendredi 10 novembre : 16h-03H aux parcs des expositions

– Exploitation et Application.

– Animation du festival : Vjing

Mardi 14 novembre, 14-17h. Bilan et préparation du second semestre (FLSH)

– Etude de cas pratique et correction

– Présentation du travail graphique du second semestre

Décembre, 2h (FLSH, date à déterminer)

Restitution du travail et préparation et répartition de groupe de travail (communication, partenariat, diffusion, programmation) du Festival Urban Empire 2018.

Rentrée 17-18, le 19 septembre

10h30-12h30. Rentrée commune du Master TRM/CCIC (Faculté des Lettres et des Sciences humaines)

14h00-16h30. Visite commentée pour les nouveaux étudiants du Master CCIC (les autres sont aussi les bienvenus) de la ville de Limoges, avec l’archéologue Jean-Pierre Loustaud (rendez-vous place de la Motte).

17h00. Accueil des CCIC M1/M2 aux Francophonies (tente berbère, 11 avenue du Général de Gaulle)
Présentation des intervenants professionnels de l’année M1/M2

18h00. Accueil des étudiants M2 CCIC par l’équipe des Francophonies, pour leur semaine d’immersion (tente berbère, 11 avenue du Général de Gaulle).

[Cours 2017-2018] M2, Des avants gardes à la culture populaire, panorama des micros-utopies en design architecture et art à partir des années 1960

Yona Friedman (1923-), Etude de la Ville spatiale 1958-1959

Cours d’Indiana Collet-Barquero, Professeur d’histoire du design– ENSA – Master CCIC

Contenu

L’après guerre se caractérise par un développement de l’industrie et l’avènement de la société de consommation et des cultures de masse.

Designer, architectes et artistes remettent en cause et s’émancipent du modèle moderniste et fonctionnaliste qui domine alors.

Défiant les industries culturelles et s’opposant au système dominant, ils se regroupent pour faire valoir des idées novatrices et présenter d’autres modèles de vie et de société. Leur pensée et leurs pratiques reformulent des utopies et des revendications singulières qui combinent le récit au discours, la critique à la transgression.

A travers l’étude du groupe Archigram, des artistes de l’Arte Povera jusqu’aux postmodernes, nous élaborerons une balade transdisciplinaire de 1960 à nos jours où design, architecture et art témoignent d’une volonté de réinventer les formes de et dans la société… posant ainsi les fondements de pratiques et d’engagement nouveaux.

Objectif

Envisager et comprendre comment designers, architectes et artistes ont contribué à la redéfinition de projets sociétaux à travers les pratiques plastiques. Reposer la notion d’utopie dans les pratiques de construction du monde matériel.

Bibliographie

Branzi Andréa; La Casa Calda, 1984; Editions L’Equerre, 1985
Friedman Yona, Utopie réalisable, L’Éclat, 2008
Fuller Richard Buckminster, Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial «Terre», 1969, Lars Müller, 2010
Midal Alexandra, Design Introduction à l’histoire d’une discipline, Pocket, 2009
Papanek Viktor, Design Pour Un Monde Réel, Editions Mercure de France, 1974, de l’édition originale Design for the Real World, Human Ecology and Social Change, New York, Phantheon Books, 1971
Philizot Vivien, Les avant-gardes et leur relation avec le pouvoir, Articulo, 2007
Sadler Simon, Archigram: Architecture without Architecture, Cambridge, Mass.: MIT Press, 2005
Ricœur Paul, L’idéologie et l’utopie, Édition du Seuil, 1997
D. Scott Felicity, Architecture or Techno-utopia: Politics after Modernism, MIT Press, 2005
Semin Didier, L’Arte Povera, Editions du Centre Pompidou, 1992.
Venturi Robert, Complexity and Contradiction in Architecture, 1966 ; Lenseignement à Las Vegas (1972), écrit en collaboration avec Denise Scott Brown et Steven Izenour

Modalités : Obligatoire Art et Design / M2 CCIC

cf calendrier

Evaluation

Assiduité, Exposé

[Cours 2017-2018] M1, De l’Art et La Machine, la genèse du design

 

Exposition Machine Art, 1934, MoMA New York

Cours d’Indiana Collet-Barquero, Professeur d’histoire du design– ENSA – Master CCIC

«De l’Art et La Machine, la genèse du design »

Le contexte d’apparition du design au XIXe siècle, le place au cœur des avancées techniques ayant traversé l’outil de production industrielle. Si cette filiation de naissance l’établit pour longtemps dans son giron, il apparaît qu’une étude plus poussée contrevient à bien des égards à cette vision exclusive. Le développement de l’industrie, et son corolaire la machine entrainent des bouleversements dans l’organisation du travail qui ont des conséquences sociales et politiques (naissance de classe, pensée politique et économique) mais aussi esthétique (esthétique de la machine, pensée rationaliste, théories des styles et du décor,…) qui obligent à croiser les analyses pour comprendre la discipline du design. Ainsi placé au cœur de débats parfois antagonistes – l’un soulignant le formidable espoir de démocratisation et d’égalité qu’est la production industrielle, l’autre s’attachant aux conséquences néfastes de la société industrielle, mais projetant sa réforme à partir du design – il se construit dès son origine dans une complexité qui l’enrichit et qui fabrique ce que A. Branzi nommera quelques décennies plus tard le « cultural design ». 

L’étude proposée se bâtit à partir d’une réflexion ouverte et discursive sur les modalités relationnelles que l’homme entretient avec l’univers esthétique et matériel et cherche à souligner le rapport entre design et pensée utopique et réformatrice dans la société du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle.

Bibliographie :

Baudet Jean, De la Machine au Système, Histoire des techniques depuis 1800, Vuibert, 2003

Sous la direction d’Andrea Branzi, Qu’est que le Design ?, 2009 pour l’édition française, Gründ

Sigfried Giedion, Espace, temps, architecture («Space, Time and Architecture») – Harvard, Cambridge Univ. Press , 1941, Ed Denoël 2004

Raymond Guidot, Histoire du design 1940-2000, Hazan, 1re ed. 1994, 2eme ed.2000

Henry Russel Hitchcock, «  The International Style Twenty Years After  », in Architectural Record, vol.  CX, 1952
Stephane Laurent, Chronologie du design, Tout l’Art, Flammarion, 1999
Le Corbusier, L’Art décoratif aujourd’hui, Ed. Flammarion/Champs Arts, 1996
Adolf Loos, Ornement et crime, Ed.Rivages poche/Petite bibliothèque, 2003
Alexandra Midal, Design introduction à l’histoire d’une discipline, Agora, Pocket, 2009
William Morris, L’art et l’artisanat, (et autres textes 1889, 1883, 1891) Edition Rivages poche/Petite Bibliothèque, 2011
William Moris, L’age de l’ersatz et autres textes contre la civilisation moderne, Ed. De l’encyclopédie des nuisances, Paris, 1996.
Nikolaus Pevsner, Pionneers of the modern movement, de William Morris à Walter Gropius, 1ere édition Faber & Faber, 1936
Herbert Read, Art and industry : the principles of industrial design; Ed. Faber [and] Faber, London 1934

Objectif : Assimiler les fondements de la construction historique et théorique du design par une approche transdisciplinaire.

Modalités et Évaluations :

– assiduité

– Dossier

Une année de M1 [16-17]

.. En quelques photos (qui ne sont pas exhaustives)

Rencontre avec Nicolas Ronchi, octobre 2016

   

La Souterraine, #mashup avec les étudiants du DSAA et soirée « gastronomique », novembre 2016

Festival Reggae Empire, novembre 2016

Cours avec Emma Juthiaud et Sophie Falgueres sur les séries Canal+, décembre 2016

Visite du CDN de l’Union et de ses collections, lecture d’Armel Roussel dans le cadre des « Nouvelles Zébrures » et rencontre avec l’équipe des Francophonies en Limousin, mars 2017

 

 

Table ronde avec les acteurs de l’industrie du Luxe, mars 2017

Avec l’équipe d’Horizons croisés pour préparer Urban Empire, avril 2017

Débat sur la culture dans la campagne présidentielle, avril 2017

Préparation du Festival Urban Empire, mai 2017

 

 

Débat Culture et politique, 14 avril 2017

L’ENSA et le Master Création contemporaine et industries culturelles organisent une table ronde sur la culture comme enjeu politique, dans le cadre de l’élection présidentielle. Elle aura lieu le 14 avril 2017, à 18h30, à l’ENSA. L’entrée est libre.

La faible place des questions culturelles dans la campagne a été soulignée durant ces dernières semaines, par la presse et les professionnels. « Hors champ » (Libération, 26 mars), « Grande oubliée » (La Tribune, 21 mars), la culture est pourtant utile pour comprendre les enjeux de cette élection.

Question posée à l’Etat depuis les débuts de la Ve République, l’accompagnement et le soutien du monde culturel sont mis à l’épreuve de nouveaux modèles de gouvernance – progrès des fondations, élaborations de politiques culturelles à de nouveaux échelons, de l’Union européenne aux régions – et par le poids croissant des géants du numérique.

Des questions centrales et relativement anciennes restent cependant posées : quid du statut des créateurs ? Quel rôle de l’Etat, entre appui à la création et conservation ? Quelle place pour la culture à l’école et dans la vie quotidienne ?

Les réponses des acteurs culturels sont diverses, entre demandes de « plus d’Etat » et inventions d’autonomies nouvelles. Celles des candidats le sont autant, focalisant sur la défense du patrimoine ou sur la transition numérique de la culture. Il est donc temps, et utile, de parler ensemble de culture et de politique. Nous avons rassemblé des professionnels et des acteurs culturels d’horizons divers, confrontés à la dimension politique de leur travail et de leurs actions.

Avec François Coadou (professeur de philosophie, ENSA), Jean Lambert-Wild (directeur du Théâtre de l’Union, Centre dramatique national du Limousin), Martin Palisse (directeur du Sirque, Pôle national des Arts du Cirque, Nexon), Catherine Texier (directrice du FRAC Artothèque du Limousin). Débat animé par Loïc Artiaga (responsable pédagoqique du Master CCIC).

Amphithéâtre de l’ENSA, Campus de Vanteaux | 19, Avenue Martin Luther King | B.P. 73824 | 87038 LIMOGES

Renseignements : 05 55 43 14 00

loic.artiaga@unilim.fr , frederique.joly@ensa-limoges.frculture et elections

[Cours 2016-2017]. Séminaire « La politique culturelle et le territoire »

18 janvier, 9h-11h « Introduction » Loïc Artiaga (loic.artiaga@unilim.fr)

18 janvier, 13h-15h30 « Les métiers de la culture et la question du droit (1) »Ghislaine Jeannot-Pages, maître de conférences en droit privé, Université de Limoges, (ghislaine.jeannot-pages@unilim.fr),

17 février, 14h-18h. « Politiques urbaines et industries culturelles » Patrice Boulestin (p.boulestin@legrandnarbonne.com), directeur des Affaires culturelles du Grand Narbonne

8 mars, 13h-14-30. « Les métiers de la culture et la question du droit (2) » Ghislaine Jeannot-Pages (ghislaine.jeannot-pages@unilim.fr), maître de conférences en droit privé, Université de Limoges

14 mars, 12h00-18h00. « Nouvelles Zébrures » (au théâtre de l’Union) Spectacle de Hala Moughanié, « Tais-toi et creuse » et workshop avec Christiane Boua et l’équipe des Francophonies en Limousin

15 mars, 14h-17h00.  « Table ronde sur la création et les métiers du luxe »

Programmation provisoire : Bernard Blaizeau (C2000, Luxe et excellence), M. Guinot (vitraux Guinot) , Liveta Coibion (Maison Pinton, tapisseries d’Aubusson).

5 avril, 10h00-12h30. Didier Simon, directeur de l’AVEC (d-simon@avec-limousin.fr), « Les politiques culturelles à l’heure des grandes régions, le cas de la Nouvelle Aquitaine »

Dates  à déterminer. Martin Palisse, directeur du Pôle des Arts du Cirque de Nexon, Julie Baujard (DockEurope, Hambourg), & more….

22 septembre, réunion de rentrée

La réunion de rentrée du Master (M1 et M2), aura lieu le 22 septembre.

9-10H. C104. Accueil commun des M1 Lettres et M1 CCIC

10-12H30. D107. Réunion M1 et M2 CCIC (programme de l’année, présentation des enseignements, etc.)

13h30-15h30. D107. Réunion M1 Lettres et M1 CCIC (introduction à la recherche en Master)

« Illusion entre formes et effets ». Les étudiants font LEUR journée d’étude internationale

Affiche Illusion

Les étudiants du Master Lettres et Art de Limoges, parcours «Création contemporaine et industries culturelles» et parcours «Lettres» organisent une journée d’études portant sur le thème de l’illusion, le 27 avril 2016,  FLSH, Amphi 4 ( 39 E, rue Camille-Guérin, 87036 Limoges)

Programme

13h45 : Accueil des intervenants

14h :  Introduction & Présentation

14h10 -14h40 : Antoinette Gimaret, « la possession diabolique au XVIIème siècle : expérience surnaturelle véritable ou théâtre d’illusion ? »

14h40-14h 50 Questions

14h 55 -15h25 :  Andrew J Stafford, « Barthes, mythologies et idéologie allemande »

15h25 -15h35 Questions

15h 35- 16h Pause & Buffet

16h- 16h30 : Paul Golub, « Illusion & Théâtre »

16h30-16h40 Questions

16h45-17h15 : Chantal Wood, « Hypnose : Bluff ou véritable outil thérapeutique » ?

17h15- 17h25 Questions

17h30 Buffet & Exposition

 

Contact : illusion.flsh.limoges@gmail.com

La page Facebook: https://www.facebook.com/journeeillusion/

L’événement Facebook: https://www.facebook.com/journeeillusion/events

Le compte Twitter: https://twitter.com/FlshLimoges

L’exposition : http://www.flsh.unilim.fr/2016/04/journee-detude-sur-lillusion/

 

 

 

Fux (Hambourg) et l’ethnologue Julie Baujard

Fux (Hambourg)

Les étudiants du Master 1 ont travaillé avec l’ethnologue Julie Baujard, membre de la coopérative Fux à Hambourg (Allemagne), autour du cas de la réhabilitation de la caserne Viktoria. L’ancien bâtiment militaire est actuellement au cœur d’un projet de grande ampleur, qui transforme ses quelque 9000 m2 en un lieu de production, de formation et de culture. Il accueillera à terme 250 personnes, investies dans l’art, la culture, la création et l’artisanat ; des travailleurs indépendants et des organisations sociales, des gens versés dans l’action militante.

Invitée dans le cadre du cours sur les Politiques culturelles, Julie Baujard a pu expliquer la genèse du projet, le fonctionnement de la structure et les objectifs qui sont visés par les collectifs qui l’animent. Depuis les années 1980, la ville de Hambourg a vu différentes initiatives d’occupation et de réhabilitation d’espaces délaissés et promis à la spéculation immobilière, sur les docks notamment. Dans un contexte de remaniement de la trame urbaine, marquée par l’émergence de nouveaux quartiers et l’installation de géants de la distribution, la coopérative a racheté le bâtiment à la ville, et la transforme en ateliers, en salles de répétition et de réunion, en espaces de travail pour des architectes, des paysagistes, des journalistes, etc.

Le travail avec les étudiants a particulièrement porté sur les enjeux que fait émerger ce projet. Ceux-ci touchent à la fois à la gestion du patrimoine bâti – la caserne est un lieu classé – et à son histoire, puisque les lieux ont servi à l’internement des juifs sous le IIIe Reich. De plus, la transformation de la caserne Viktoria questionne les logiques de gentrification des espaces urbains, notamment par la culture. Julie Baujard a expliqué les discussions engagées avec les collectivités publiques, et exposé la philosophie qui sous-tend la transformation de Viktoria. L’exemple a permis aux étudiants de voir comment la culture fabrique la ville, et de quelles façons celle-ci peut être nourrie par des initiatives alternatives.

Pour en savoir plus : http://www.fux-eg.org

[Cours 2015-2016]. M2. Des penseurs face aux masses. De la culture de masse à la culture des loisirs

Capture d’écran 2015-11-30 à 10.19.49

(image : Studio Robert Venturi, Strip and Signs, 1968-1972)

Professeur : Geneviève Vergé Beaudou

Contenu. L’introduction du cours s’établit sur la lecture et le commentaire d’un essai d’Hannah Arendt : La crise de la culture (publié en 1960) – plus précisément sur le sixième essai, La crise de la culture : sa portée sociale et politique comme révélatrice des préjugés de la société moderne dans son rapport à l’art et à la pensée. Les axes privilégiés : société et société de masse, comparaison et passage de l’une à l’autre ainsi que le statut et le fonctionnement des loisirs dans la société de masse, nous conduirons à convoquer trois auteurs pour analyser ce qu’à pu constituer le choc des métropoles au début du XXè siècle : Georg Simmel, Siegfried Kracauer, Walter Benjamin.

Comment, à travers le filtre de ces expériences nouvelles, la modernisation fut-elle ressentie ?

Dans un premier temps, l’étude de textes permettra d’aborder les notions de masse, modernité et ville pour explorer et analyser des produits réifiés de la culture de masse.

La deuxième partie du cours sera consacrée à l’analyse et aux enjeux de l’exposition Dreamlands, Centre Georges Pompidou, 2010.

Objectifs. Comprendre  comment des courants de pensée contemporains  la maîtrise de leurs notions et des concepts peuvent rencontrer et construire la pratique artistique.

Systèmes d’interprétation du monde, événements de société, changements de point de vue face au réel comme face à l’imaginaire ; écrivains, artistes ou intellectuels, qui ont, à un moment ou à un autre, incarné une école, une révolte et peut-être une révolution des mentalités.

Bibliographie

Stéphane Füzesséry, Philippe Simay, Le choc des métropoles, Collectif, éditions de l’Éclat, 2008.

Georg Simmel, Philosophie de la modernité : la femme, la ville, l’individualisme, Payot, 1988.

Georg Simmel, La tragédie de la culture et autres essais,Rivages, 1988.

Georg Simmel, Les grandes villes et la vie de l’esprit. Suivi de « Sociologie des sens », Payot, 2013, coll. « Petite bibliothèque Payot ».

Frédéric Vandenberghe, La sociologie de Georg Simmel, Ed. La découverte, coll. Repères, 2009.

Siegfried Kracauer, Rues de Berlin (et d’ailleurs), Les Belles Lettres, 2013.

Siegfried Kracauer, L’ornement de la masse, Essai sur la modernité weimarienne, Ed. La découverte, 2008.

Paris et ses expositions universelles – architectures, 1855-1937, Éditions du Patrimoine, Centre des Monuments Nationaux, Paris 2008
Walter BENJAMIN, Paris, capitale du XIXe siècle, Le livre des passages,trad. Jean Lacoste, Paris, Éditions du Cerf, 2000.

Philippe Simay, Capitales de la modernité, Walter Benjamin et la ville, Ed de l’Éclat, 2006.

Robert VENTURI, Denise SCOTT BROWN, Steven IZENOUR, Learning from Las Vegas, Cambridge (Mass.), Londres, The MIT Press, 1972, éd. française : L’enseignement de Las Vegas, ou le symbolisme oublié de la forme architecturale, Bruxelles, Mardaga, 1987.

Valéry Didelon, La controverse Learning from Las Vegas, Mardaga, 2011.
Jean BAUDRILLARD, Amérique, Paris, Grasset, 1986
Umberto ECO, La guerre du faux, Paris Grasset/Le Livre de Poche, « biblio essais », 1985Rem KOOLHAAS, Delirious New York, New York, Thames & Hudson, 1978; éd. française : New York délire, trad. Catherine Collet, Marseille, Parenthèses, 2002
Louis MARIN, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

Guy Debord, La société du spectacle, Folio.
Guy Debord, commentaires sur La société du spectacle, Folio.

Modalités

CM OBLIGATOIRE, les mardis de 9h à 12h, Semaines 42, 44, 46, 50

Évaluation : Écrit : commentaire de texte // Oral : dossier argumenté support multimedia.

 

[Cours 2015-2016]. M1. Esthétiques et postmodernité

Capture d’écran 2015-11-30 à 10.19.28

(image : Thomas Crow)

Professeur : Geneviève Vergé Beaudou

Contenu. La postmodernité n’est pas seulement le reflet d’une crise affectant notre société, mais aussi  des  bouleversements  qui  touchent  le  monde  de  l’art.  La  naissance  du  postmodernisme  est apparentée  à  l’ébranlement  des  valeurs  modernistes.  Ainsi  définis  et  situés  dans  leur contexte historique, les fondements ainsi posés permettront une étude des courants de pensée postmodernes et de leur influence dans les productions artistiques (étude de cas), une réflexion sur la « réinvention » de la création ainsi que sur l’élargissement de l’offre entraînant un marché planétaire qui pourrait se confondre avec ce que l’on nomme « l’art contemporain ».

Axes privilégiés.   libre échange ; fiction ; commerce et stratégie ; réseaux ; jeux de rôles,  illusions, désenchantement, scénarios, etc.).

Objectifs. Comprendre  comment des courants de pensée contemporains  la maîtrise de leurs notions et des concepts peuvent rencontrer et construire la pratique artistique.

Systèmes d’interprétation du monde, événements de société, changements de point de vue face au réel comme face à l’imaginaire ; écrivains, artistes ou intellectuels, qui ont, à un moment ou à un autre, incarné une école, une révolte et peut-être une révolution des mentalités.

Bibliographie sélective

H. Arendt, Condition de l’homme moderne, trad. G. Fradier, Préface P. Ricœur, Calmann-Lévy, 1961 et 1983, Agora Pocket

H. Arendt, La crise de la culture, Trad. ss dir. P. Lévy, Gallimard,1972, Folio/Essais

J. Baudrillard, Amérique, 1986, Grasset

N. Bourriaud, Esthétique relationnelle, 1998, Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents.

N. Bourriaud, PostproductionLa culture comme scénario : comment l’art reprogramme le monde contemporain, Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents, 2004.

N. Chapuis, ouvrage dirigé par, Créateurs et Création en France, La scène contemporaine, Ed. Autrement/CNDP

R. Debray, L’État séducteur, 1993, Gallimard

Bibliographie complète remise au premier cours

Modalités

CM Obligatoire, 18h année, Lundi 9h-12h, Amphi 

Semaines 42, 44, 46, 50 // 6, 10, 14

Évaluation : Contrôle continu (Commentaires de textes et d’images, fiches de lecture, dossiers + exposés)