Archives de catégorie : Billets

CLES2, 2 décembre 2014

Pour les étudiants devant passer le CLES2, un atelier est ouvert au Centre  de
langues. Les places sont limitées (16), et l’inscription est obligatoire. Il s’agit d’un véritable entraînement à l’épreuve, il faut donc prévoir le créneau entier.

Les dates possibles sont :
Mercredi 5/11 et lundi 17/11 8h30-12h30 (ces dates figurent dans
certains emplois du temps, afin de s’assurer que vous soyez libre –
mais cela ne remplace pas l’inscription au Centre !)
Lundi 10/11  8h30-12h30 et jeudi 13/11 13h30-17h30
Merci de vous inscrire dès cette semaine !
Au-delà de cet atelier, vous devez vous rendre au centre de langues où
vous bénéficiez de diverses ressources, notamment des entraînements à
la compréhension auditive et des exercices de grammaire  – et des
ateliers de conversation (pas plus de 2h par étudiant).

 

[cours 2014-15] Histoire des objets culturels

L’histoire culturelle s’est structurée en France au cours des années 1980-1990, dans un paysage scientifique ouvert aux transferts issus d’autres traditions historiographiques. Les ouvrages, revues, synthèses, colloques et postes de chercheur en « histoire culturelle » témoignent de son institutionnalisation réelle.

Dans ce cadre, l’histoire des objets culturels, que nous examinerons dans ce séminaire, prend plusieurs sens pour l’historien : objet d’étude scientifique, production intellectuelle et industrielle devenant objet-symbole d’une société, d’une culture, d’une génération etc.  L’objet culturel, symbolique ou matériel, participe au procès de civilisation et de socialisation.

retour-vers-le-futur-photo-52555b0b2c0ae

Axes des séminaires

1. Introduction – Quelle définition adopter pour l’histoire culturelle ?

2. De mainstream au kitch,  des transferts culturels à la « culture de masse » : définitions des notions sur l’histoire culturelle

3.  L’industrialisation de la culture et l’histoire des techniques, des usages et des représentations des objets culturels

4. L’objet culturel: médiation, circulation et transmission

5. L’objet culturel et ses symbolismes

6. Les Etats face aux objets culturels : d’une promotion nationale à une expansion inter ou transnationale

Lampros Flitouris est diplômé d’histoire et d’archéologie (Université de Ioannina), il a également fait des études d’histoire et d’histoire d’art à l’Université de Strasbourg II. Titulaire d’un Master en histoire contemporaine (Université Aristote de Thessalonique) et en histoire des relations internationales (Université de Paris 1), il a soutenu sa thèse en histoire culturelle à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines. Il a publié des travaux sur les relations culturelles internationales, le cinéma et l’histoire, la propagande et l’histoire publique, l’utilisation politique de l’archéologie etc.

Il est Maître des conférences dans le département d’histoire à l’Université de Ioannina (Grèce).

Mode d’emploi: la présentation argumentée d’un projet de recherche

projetElle doit figurer dans votre dossier d’inscription, mais souvent je reçois des questions sur elle. La présentation argumentée du projet de recherche: kesako? Voici quelques éléments de réponse.

Principes

Dans toutes sortes de contextes vous êtes amené-e à remettre un projet écrit :

  • en licence: pour un dossier, une action, un exposé, un stage…
  • en master: pour un dossier, une action, un stage, un sujet de recherche…
  • pour le mémoire de recherche en master (sur un an ou deux ans, selon les formations; en CCIC, sur 2 ans)
  • en thèse: pour trouver un directeur, et pour candidater à un financement.

Le projet se présente sous forme rédigée, avec une présentation soignée qui rappelle votre identité et vos atouts majeurs (points forts du CV). Selon l’ampleur du projet, adaptez le détail des informations à donner. Rédigez: c’est vraiment le moment de montrer que « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ». Vous devez convaincre, avec des arguments précis, que votre projet est intéressant, qu’il fait progresser

  • la connaissance (si c’est de la recherche),
  • vos compétences (si c’est une action, un stage),
  • l’organisme ou l’entreprise qui vous accueille (idem).

Ce qu’attend votre lecteur 

D’abord un rappel: votre lecteur est un évaluateur. Pas forcément un sélectionneur: en CCIC, nous accueillons tout le monde, du moment que les critères sont bons. On veut donc trouver une réponse positive aux questions suivantes :

Le sujet est-il délimité ?
ATTENTION : un « thème », un « domaine d’intérêt », un « motif » ne sont pas encore des « sujets ». Vous devez montrer qu’il y a un « objet de recherche », donc un « sujet de travail » assorti d’une « question de fond », quelque chose qui justifie une démarche de recherche. Cela signifie aussi un corpus précis.

Une problématique est-elle perceptible ?
ATTENTION : une « motivation personnelle » n’est pas une « problématique ». Ce dernier mot désigne un faisceau de questions importantes qui part de votre sujet et va vers l’ensemble des études théoriques, ou qui part de l’ensemble des études et recherches théoriques pour aller vers votre objet. En bref : montrez que votre sujet est intéressant pour tout le monde, pas que pour vous.

L’étudiant-chercheur est-il conscient de sa méthode ?
C’est pour évaluer cela qu’on vous demande de préciser vos méthodes, l’état de la question, et une bibliographie de départ. Expliquez comment vous prévoyez de travailler, en vous appuyant sur quels théoriciens, en pratiquant quels types d’analyse. Soyez concrets.

A-t-il un début d’organisation de son travail, se donne-t-il les conditions pour réussir ?
C’est pour évaluer cela qu’on vous demande un plan, ou un planning de travail. Evaluez concrètement la faisabilité de votre projet.

Check-list

Identité

  • Votre identité civile
  • Votre identité universitaire (niveau, diplôme…)
  • Un contact pour vous joindre (mail, téléphone)

Contexte

  • Le cours / diplôme où vous rendez ce travail
  • Le(s) correcteur(s) / directeur(s) qui va vous lire

Projet

  • titre
  • définition du sujet
  • problématique (en quoi votre sujet concerne-t-il le cours / le domaine / la formation ; montrez son intérêt)
  • corpus (oeuvres littéraires, médiatiques, supports, etc)
  • méthodes (type de critique,  théoricien-clé, école de pensée, outils techniques, façon d’analyser le corpus…)
  • bibliographie indicative: primaire (corpus) et secondaire (critique)
  • plan ou programmation de travail (approximativement)
  • autres : donnez toutes les précisions nécessaires pour qu’on comprenne la spécificité de votre travail et qu’on adapte l’évaluation en conséquence.

En principe, dès le projet les références des oeuvres et ouvrages critiques doivent être correctement présentées. Faites l’effort : cela permet à votre évaluateur / conseiller de juger de votre maîtrise des codes académiques. Suivez le guide ici http://lettunilim.hypotheses.org/36 (lisez ce qui concerne les références).