Archives de catégorie : Recherche

[cours 2014-15] JE 14: Imaginaire de la ville

3110333777_e4eb43a26b_o
Liu WEI, Love it ! Bite it !, 2009

Journées d’études 2014-2015 – JE 14

Contenu : Imaginaire de la ville.

La ville nourrit l’imaginaire des écrivains, des peintres, des photographes et des cinéastes. Elle stimule les rêves des utopistes et des architectes, suscite des projets, des cartes et des plans. Elle s’actualise en s’inscrivant sur le territoire et affirme son pouvoir, son aura. C’est par la grande ville que se définit l’identité d’une nation et que se construit son destin. Souvent associée à la modernité, pour le meilleur et pour le pire, la ville est un objet privilégié de réflexion pour les historiens, les géographes, les sociologues et les philosophes qui s’interrogent sur la place de l’individu dans la cité. Qu’elle soit métropole, banlieue ou petite ville, elle sert de cadre à d’innombrables récits, réalistes, oniriques, fantastiques, mais peut aussi devenir un personnage de fiction. La ville, espace complexe, en perpétuelle mutation, se prête à la métamorphose. C’est un lieu privilégié pour la déambulation, les rencontres, le métissage culturel. C’est aussi un lieu de mémoire qui porte les traces et les stigmates de l’Histoire. A la fin du XIXe, Londres, ville cosmopolite et labyrinthique est devenue un locus privilégié pour la fiction chez des auteurs comme Stevenson ou Conan Doyle. On peut en dire autant de Paris à diverses époques, de Berlin, de New York, Rome ou de Saint-Pétersbourg. La ville, décor spectaculaire, suscitant des phénomènes et des événements aléatoires. » Ce troisième volet du cycle « Architectures »  proposera une approche plurielle des représentations et mythes collectifs engendrés par le phénomène urbain au cours des XIXe et XXe siècles que se livrent les différents spécialistes de l’histoire, de l’art, des images picturales, photographiques ou filmiques, des littératures européennes et anglo-saxonnes.

[2012, 19 septembre] Journée d’études: Industrie(s) culturelle(s), travail et création

Horkheimer, Adorno, Habermas (1965)

Au départ la notion d’industrie culturelle… Elle apparaît chez Theodor Adorno et Max Horkheimer dans Kritik der Aufklärung( (écrit entre 1941-1944, paru en 1947). Aujourd’hui on nomme du terme d’industries culturelles, un secteur économique et d’activités où, aussi bien les institutions publiques – dont les écoles d’art par exemple – que des organismes ou des entreprises privées sont partie prenante. Plus généralement, Continuer la lecture de [2012, 19 septembre] Journée d’études: Industrie(s) culturelle(s), travail et création

Le projet « Fantômas, les origines » 2010-2013 (FLSH / ENSA)

L'expo virtuelle Fantomas dans le musée EPOP

A la faveur du centenaire de la naissance  du personnage de Fantômas, créé par Pierre Souvestre et Marcel Allain en 1911 et porté à l’écran par Louis Feuillade en 1913, plusieurs initiatives ont été portées, visant à la fois à dresser le bilan des travaux qui avaient été dédiés à l’œuvre, à diffuser auprès d’un public élargi une part de ces « savoirs savants » et à dessiner les perspectives des recherches en littérature et en histoire culturelle propres à renouveler les approches consacrées au « Génie du crime ».

L’ARC (ENSA)
Parce que le personnage a depuis les années 1910-1920 suscité l’intérêt des avant-gardes, il a été estimé pertinent de nouer un partenariat inédit avec l’Ecole nationale supérieure d’Art de Limoges (ENSA). Un atelier de recherches et création (ARC) y a été mis sur place, impliquant étudiants (de la 3e à la 5e année), artistes et enseignants. L’œuvre se trouve ainsi en position d’être réappropriée par de jeunes artistes, qui immergent Fantômas dans un univers nouveau – celui du hacking par exemple.

L’Expo virtuelle (FLSH)
Une exposition virtuelle, bilingue, a également été mise en place, avec l’appui technique du Pôle d’appui à la recherche de l’Université de Limoges et de l’agence Pixight (http://fantomas.popular-roots.eu). Pensée comme une manifestation capable, comme Fantômas, de s’infiltrer, sa publicité progresse essentiellement par les réseaux sociaux. Et son coeur de réseau est l’association LPCM!

Le livre (éditions Autrement)
La découverte d’archives éclairant sous un nouveau jour la genèse de l’œuvre (archives personnelles des auteurs, essentiellement) a nourri une publication, à paraître aux éditions Autrement (Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Fantômas ! Anatomie d’un mythe populaire) et fournira la base documentaire du long travail de réédition des premiers épisodes de cette série, chez Bouquins (sous la direction de Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux).

Le colloque (universités de Limoges, Bologne, Paris Ouest)
Un colloque international « Fantômas, les origines (fin XIXe – 1915) », organisé par les universités de Limoges, Bologne et Paris X, clôturera en mai 2013 les travaux du centenaire, en rassemblant les meilleurs spécialistes mondiaux du roman populaire, du cinéma et des études culturelles qui se sont penchés sur le « cas » Fantômas.

Responsable : Loïc Artiaga