[Cours 2015-2016]. M1. Esthétiques et postmodernité

Capture d’écran 2015-11-30 à 10.19.28

(image : Thomas Crow)

Professeur : Geneviève Vergé Beaudou

Contenu. La postmodernité n’est pas seulement le reflet d’une crise affectant notre société, mais aussi  des  bouleversements  qui  touchent  le  monde  de  l’art.  La  naissance  du  postmodernisme  est apparentée  à  l’ébranlement  des  valeurs  modernistes.  Ainsi  définis  et  situés  dans  leur contexte historique, les fondements ainsi posés permettront une étude des courants de pensée postmodernes et de leur influence dans les productions artistiques (étude de cas), une réflexion sur la « réinvention » de la création ainsi que sur l’élargissement de l’offre entraînant un marché planétaire qui pourrait se confondre avec ce que l’on nomme « l’art contemporain ».

Axes privilégiés.   libre échange ; fiction ; commerce et stratégie ; réseaux ; jeux de rôles,  illusions, désenchantement, scénarios, etc.).

Objectifs. Comprendre  comment des courants de pensée contemporains  la maîtrise de leurs notions et des concepts peuvent rencontrer et construire la pratique artistique.

Systèmes d’interprétation du monde, événements de société, changements de point de vue face au réel comme face à l’imaginaire ; écrivains, artistes ou intellectuels, qui ont, à un moment ou à un autre, incarné une école, une révolte et peut-être une révolution des mentalités.

Bibliographie sélective

H. Arendt, Condition de l’homme moderne, trad. G. Fradier, Préface P. Ricœur, Calmann-Lévy, 1961 et 1983, Agora Pocket

H. Arendt, La crise de la culture, Trad. ss dir. P. Lévy, Gallimard,1972, Folio/Essais

J. Baudrillard, Amérique, 1986, Grasset

N. Bourriaud, Esthétique relationnelle, 1998, Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents.

N. Bourriaud, PostproductionLa culture comme scénario : comment l’art reprogramme le monde contemporain, Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents, 2004.

N. Chapuis, ouvrage dirigé par, Créateurs et Création en France, La scène contemporaine, Ed. Autrement/CNDP

R. Debray, L’État séducteur, 1993, Gallimard

Bibliographie complète remise au premier cours

Modalités

CM Obligatoire, 18h année, Lundi 9h-12h, Amphi 

Semaines 42, 44, 46, 50 // 6, 10, 14

Évaluation : Contrôle continu (Commentaires de textes et d’images, fiches de lecture, dossiers + exposés)

[Cours 2015-2016]. M1. Histoire des formes

 

Deux séminaires (9h chacun) à suivre en parallèle.

Till Kuhnle : « De l’opéra wagnérien au happening : le rêve de l’œuvre d’art total » 

1ère séance : « L’esthétique wagnérienne et le rêve romantique d’un homme nouveau »

2ème séance : « Les galeries marchandes comme œuvres d’art total : considérations sur l’esthétique de la marchandise et le kitsch »

3ème séance : « Entre ‘Reichsparteitag’ et happening : art et collectivité »

Chloé Ouaked : « Naissances de la photographie »

Un propos historique sur le médium photographique et un aperçu panoramique des pratiques seront suivis de l’étude de quelques textes critiques fondateurs, dont ceux de Charles Baudelaire, de Walter Benjamin et de Roland Barthes

[Cours 2015-2016] M1. Méthodes

Capture d’écran 2015-09-07 à 23.17.14

Séminaire Méthodes : objectifs et évaluation

Chloé OUAKED (10h), Christine de BUZON (10h)

 

Descriptif : Séminaire de méthodologie de la recherche qui vise à faire comprendre les fondements de la rédaction scientifique à partir de cas ou d’objectifs concrets. L’initiation à l’écriture scientifique est conduite systématiquement à partir de travaux de recherche achevés et soutenus voire publiés (du Master à la thèse, éventuellement), soigneusement choisis et distribués aux étudiants qui prépareront les séances. Le lien est fait, autant que faire se peut en début de M1, avec les projets de recherche des étudiants.

 

Objectifs des séances

1) Premières explorations autour d’un sujet : les différences sujet-corpus-problématique, la formulation d’une hypothèse de recherche et l’identification des premières ressources ;

2) Lancement de « l’état des connaissances » ou « état de la question » : commencer la veille documentaire en lien avec le cours du SCD ;

3) Conception des parties du mémoire y compris introduction, conclusion, table des matières, éventuellement illustrations et leurs légendes, index et annexes ;

4) Initiation à l’écriture scientifique :

4.1 pour tendre à la réalisation d’un travail scientifiquement créatif, en se plaçant en position de trouver et de communiquer quelque chose de nouveau : objectivité, dimension argumentative, application de méthodes critiques, sources et citations, niveau de langue, clarté de la présentation et de la rédaction, etc.

4.2 pour situer sa recherche personnelle par rapport à celle de la communauté des chercheurs ; apprendre à citer les travaux consultés en évitant deux écueils : la paraphrase et le plagiat.

5) Quelques outils essentiels : savoir prendre des notes en évitant le plagiat ; savoir utiliser des bibliographies et sitographies (classées) ; savoir élaborer les différents types de notes de bas de page, savoir présenter une bibliographie classée.

 

Exercices d’entraînement : analyse de travaux (soutenus ou publiés) sous divers angles et entraînement à la présentation finale attendue, y compris orale.

 

Modalités de contrôle : contrôle continu intégral

– Exercice noté n°1 : bref compte rendu de lecture d’un article ou extrait d’ouvrage scientifique, axé sur la démarche scientifique de l’auteur (évaluation de l’objectif 2)

 

– Exercice noté n°2 :

rédaction d’un projet de recherche d’une à deux pages visant à convaincre le lecteur de son intérêt, de sa faisabilité et de son importance, avec une bibliographie d’au moins quatre titres (évaluation de l’objectif 1).

Ces deux exercices sont distincts mais remis tous les deux à la date du 18 novembre (version imprimée et pdf envoyé à christine.de-buzon@unilim.fr et chloe.ouked@unilim.fr)

 

– Exercice noté n°3 (3 pages, évaluation de la compréhension des objectifs 2 et 4) AU CHOIX :

Sujet 3-1 : commencer l’état de l’art en proposant le compte rendu de trois publications qui figureront dans la bibliographie du mémoire

Sujet 3-2 : proposer une analyse d’un élément du corpus. L’introduction précisera le sujet choisi.

Remise le 9 décembre. (version imprimée et pdf envoyé à christine.de-buzon@unilim.fr et chloe.ouked@unilim.fr )

[Cours 2015-2016] M1. Les politiques culturelles

jeff-koons-a-versailles

(Jeff Koons à Versailles, DR)

Présentation

L’histoire des politiques culturelles constitue un thème majeur des recherches s’inscrivant dans le champ de l’histoire culturelle. Les travaux contemporains permettent d’en documenter la genèse sous le Front populaire et les développements majeurs du second XXe siècle. Cette dernière période voit en effet se multiplier les secteurs sur lesquels interviennent les politiques culturelles, mais aussi les agents au service de leur conception et de leur diffusion, aux différentes échelles du territoire. La fin du siècle voit remises en question les limites et dimensions de l’action publique.

Par une approche comparée, le cours propose d’interroger la singularité française dans le domaine. Il éclairera la façon dont une diplomatie par la culture et ses objets se fait jour, à travers l’encadrement des échanges artistiques et l’apparition d’organisations culturelles internationales. Les liens entre public et privé, entre Etats, fondations et mécènes seront également discutés, pour offrir un panorama complet du domaine étudié.

Plan du cours

Séance 1. Perspective générale, définitions et enjeux

Séance 2. Un ministère pour la culture (1958-1981)

Séance 3. L’Etat culturel (1981-1995)

Séance 4. Soft power et diplomatie culturelle au XXe siècle

Séance 5. Comprendre l’action culturelle en matière culturelle

Séance 6. Un après-midi au Sirque (séance à Nexon)

Bibliographie

Loïc Artiaga, Des torrents de papier: catholicisme et lectures populaires au XIXe siècle, Limoges, PULIM, 2007.

Pierre Bourdieu, Sur l’État: cours au Collège de France, 1989-1992, Paris, Raisons d’agir-Seuil, 2011.

Pierre Bourdieu, Les règles de l’art: genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éd. du Seuil, 1992.

Pierre Bourdieu, La Distinction: critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Mauricio Bustamante, « Les politiques culturelles dans le monde: Comparaisons et circulations de modèles nationaux d’action culturelle dans les années 1980 », Actes de la recherche en sciences sociales, 2015, vol. 206-207, no 1, p. 156.

Louis Clavel (dir.), Quelques aspects de la vie culturelle en U.R.S.S.: témoignages d’un groupe de membres de l’enseignement et d’anciens combattants, Paris, Bureau d’éditions, 1935.

Philippe Coulangeon, Sociologie des pratiques culturelles, Paris, la Découverte, 2005.

Denys Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales, 4e édition., Paris, Editions La Découverte, 2010.

François Cusset, La décennie: le grand cauchemar des années 1980, Paris, la Découverte, 2006.

Alain Darbel et Pierre Bourdieu, L’amour de l’art: les musées et leur public, Paris, Éditions de Minuit, 1966.

Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone: de la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001.

Vincent Dubois, La politique culturelle – Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin, 2012.

Joffre Dumazedier, Aline Ripert et Nicole Samuel, Le Loisir et la ville, Paris, Éditions du Seuil, 1966.

Norbert ELIAS, La civilisation des moeurs, Paris, Pocket, 2003.

Alain Finkielkraut, La Défaite de la pensée: essai, Paris, Gallimard, 1987.

Marc Fumaroli, L’État culturel: une religion moderne, Paris, Éd. de Fallois, 1991.

Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire: misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, France, Point : Ed. du Seuil : DL 2015, 2015.

Michael Hardt et Antonio Negri, « Empire / Michael Hardt, Antonio Negri ; trad. de l’américain par Denis-Armand Canal », 2000.

Herbert Richard Hoggart, The Uses of Literacy: Aspects of working-class Life with special Reference to Publications and Entertainments., Harmondsworth Middlesex, Penguin Books, in association with Chatto and Windus 1962, 1962.

Henry Jenkins, Convergence culture : where old and new media collide / Henry Jenkins., New York ; London, New York University Press ;, 2006.

La Culture des camarades: que reste-t-il de la culture communiste ?, Paris, Ed. Autrement, 1992.

Bernard Lahire, La culture des individus: dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, Éd. la Découverte, 2004.

Bernard-Henri Lévy, Éloge des intellectuels, Paris, B. Grasset, 1987.

Emmanuelle Loyer, « 1968, l’an I du tout culturel ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2008, vol. 98, no 2, p. 101.

Laurent Martin, Jack Lang : Une vie entre culture et politique, Paris, Editions Complexe, 2008.

Pierre-Michel Menger, « L’hégémonie parisienne. Économie et politique de la gravitation artistique », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1993, vol. 48, no 6, p. 1565‑1600.

Où va le livre ?, Paris, la Dispute, 2000.

Philippe Poirrier, L’Etat et la culture en France au XXe siècle, 3e édition., Paris, Le Livre de Poche, 2009.

Éric Rohmer, L’arbre, le maire et la médiathèque, GCTHV Distribution, 2005.

Kristin Ross, L’imaginaire de la Commune, trad. fr. Étienne Dobenesque, Paris, la Fabrique éditions, 2015.

Kristin Ross, Rouler plus vite, laver plus blanc: modernisation de la France et décolonisation au tournant des années soixantes, trad. fr. Sylvie Durastanti, Paris, Flammarion, 2006.

Une autre histoire des Trente Glorieuses: modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre, Paris, la Découverte, 2013.

Albert, Mathias, Transnational Political Spaces: Agents – Structures – Encounters, Campus Verlag, 2009.

Charle, Christophe, La Dérégulation culturelle, Paris, PUF, 2015.

Chaubet, François, « L’Alliance française ou la diplomatie de la langue (1883-1914), » Revue historique 4/632 (2004), p. 763‑785.

Chaubet, François, et Laurent Martin, Histoire des relations culturelles dans le monde contemporain, Paris, Armand Colin, 2011.

Dubois, Vincent, La politique culturelle – Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin, 2012.

Dubois, Vincent, et Philippe Poirier, Politiques locales et enjeux culturels: les clochers d’une querelle XIXe-XXe siècle, Paris, Documentation Française, 1998.

Greffe, Xavier, et Sylvie Pflieger, La Politique culturelle en France, Paris, La Documentation française, 2015.

Justin Lewis, et Toby Miller, Critical Cultural Policy Studies: A Reader, Malden, Mass; Oxford: Blackwell Pub, 2003.

La Lecture publique à l’heure intercommunale: enquête sur l’intercommunalité et la lecture publique en France, La Tour d’Aigues, L’Aube, 2005.

Martin, Laurent, Jack Lang: Une vie entre culture et politique, Paris, Editions Complexe, 2008.

Ory, Pascal, La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Paris, Plon, 1994.

Robin, Régine, Masses et culture de masse dans les années trente, Paris: les Éd. ouvrières, 1991.

Moulinier, Pierre, Les Politiques publiques de la culture en France, Paris, PUF, 2013.

Poirier, Philippe, Bibliographie de l’histoire des politiques culturelles: France, XIXe-XXe siècles, Paris, Comité d’histoire du Ministère de la culture, la Documentation française, 1999.

Poirrier, Philippe (dir), La Politique culturelle en débat: anthologie, 1955-2012, Paris, Comité d’histoire du Ministère de la culture/La Documentation française, 2013, 2013.

—. L’Etat et la culture en France au XXe siècle, 3e édition. Paris: Le Livre de Poche, 2009.

—, éd, Quelle politique pour la culture?: florilège des débats (1955-2014), Paris, France, La Documentation française, DL 2014, 2014.

Rohmer, Éric et al, L’arbre, le maire et la médiathèque, GCTHV Distribution, 2005.

Simonin, H, « The Contingency of the Cultural Policy Sector: An Hermeneutic Comparison of Cultural Policies. » International Journal of Cultural Policy, 9.1 (2003): 109–124.

The International Journal of Cultural Policy: CP. Amsterdam, The Netherlands: Harwood Academic Publishers-, Abingdon, 1997.

CLES2, 2 décembre 2014

Pour les étudiants devant passer le CLES2, un atelier est ouvert au Centre  de
langues. Les places sont limitées (16), et l’inscription est obligatoire. Il s’agit d’un véritable entraînement à l’épreuve, il faut donc prévoir le créneau entier.

Les dates possibles sont :
Mercredi 5/11 et lundi 17/11 8h30-12h30 (ces dates figurent dans
certains emplois du temps, afin de s’assurer que vous soyez libre –
mais cela ne remplace pas l’inscription au Centre !)
Lundi 10/11  8h30-12h30 et jeudi 13/11 13h30-17h30
Merci de vous inscrire dès cette semaine !
Au-delà de cet atelier, vous devez vous rendre au centre de langues où
vous bénéficiez de diverses ressources, notamment des entraînements à
la compréhension auditive et des exercices de grammaire  – et des
ateliers de conversation (pas plus de 2h par étudiant).

 

[cours 2014-15] Histoire des objets culturels

L’histoire culturelle s’est structurée en France au cours des années 1980-1990, dans un paysage scientifique ouvert aux transferts issus d’autres traditions historiographiques. Les ouvrages, revues, synthèses, colloques et postes de chercheur en « histoire culturelle » témoignent de son institutionnalisation réelle.

Dans ce cadre, l’histoire des objets culturels, que nous examinerons dans ce séminaire, prend plusieurs sens pour l’historien : objet d’étude scientifique, production intellectuelle et industrielle devenant objet-symbole d’une société, d’une culture, d’une génération etc.  L’objet culturel, symbolique ou matériel, participe au procès de civilisation et de socialisation.

retour-vers-le-futur-photo-52555b0b2c0ae

Axes des séminaires

1. Introduction – Quelle définition adopter pour l’histoire culturelle ?

2. De mainstream au kitch,  des transferts culturels à la « culture de masse » : définitions des notions sur l’histoire culturelle

3.  L’industrialisation de la culture et l’histoire des techniques, des usages et des représentations des objets culturels

4. L’objet culturel: médiation, circulation et transmission

5. L’objet culturel et ses symbolismes

6. Les Etats face aux objets culturels : d’une promotion nationale à une expansion inter ou transnationale

Lampros Flitouris est diplômé d’histoire et d’archéologie (Université de Ioannina), il a également fait des études d’histoire et d’histoire d’art à l’Université de Strasbourg II. Titulaire d’un Master en histoire contemporaine (Université Aristote de Thessalonique) et en histoire des relations internationales (Université de Paris 1), il a soutenu sa thèse en histoire culturelle à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines. Il a publié des travaux sur les relations culturelles internationales, le cinéma et l’histoire, la propagande et l’histoire publique, l’utilisation politique de l’archéologie etc.

Il est Maître des conférences dans le département d’histoire à l’Université de Ioannina (Grèce).

[cours 2014-15] JE 14: Imaginaire de la ville

3110333777_e4eb43a26b_o
Liu WEI, Love it ! Bite it !, 2009

Journées d’études 2014-2015 – JE 14

Contenu : Imaginaire de la ville.

La ville nourrit l’imaginaire des écrivains, des peintres, des photographes et des cinéastes. Elle stimule les rêves des utopistes et des architectes, suscite des projets, des cartes et des plans. Elle s’actualise en s’inscrivant sur le territoire et affirme son pouvoir, son aura. C’est par la grande ville que se définit l’identité d’une nation et que se construit son destin. Souvent associée à la modernité, pour le meilleur et pour le pire, la ville est un objet privilégié de réflexion pour les historiens, les géographes, les sociologues et les philosophes qui s’interrogent sur la place de l’individu dans la cité. Qu’elle soit métropole, banlieue ou petite ville, elle sert de cadre à d’innombrables récits, réalistes, oniriques, fantastiques, mais peut aussi devenir un personnage de fiction. La ville, espace complexe, en perpétuelle mutation, se prête à la métamorphose. C’est un lieu privilégié pour la déambulation, les rencontres, le métissage culturel. C’est aussi un lieu de mémoire qui porte les traces et les stigmates de l’Histoire. A la fin du XIXe, Londres, ville cosmopolite et labyrinthique est devenue un locus privilégié pour la fiction chez des auteurs comme Stevenson ou Conan Doyle. On peut en dire autant de Paris à diverses époques, de Berlin, de New York, Rome ou de Saint-Pétersbourg. La ville, décor spectaculaire, suscitant des phénomènes et des événements aléatoires. » Ce troisième volet du cycle « Architectures »  proposera une approche plurielle des représentations et mythes collectifs engendrés par le phénomène urbain au cours des XIXe et XXe siècles que se livrent les différents spécialistes de l’histoire, de l’art, des images picturales, photographiques ou filmiques, des littératures européennes et anglo-saxonnes.

[cours 2014-15] Culture & Politique

DidelonContenu : Art et politique

« façons de voir » Expositions construites par l’institution/expositions construites contre l’institution.

Travail et réflexion établis à partir d’une sélection d’expositions principales des années 60 à nos jours : Armory Show de 1913 (Armurerie militaire de Lexington Avenue, New York), Chaos urbain, Cities on the move, 1997 (Vienne, Sécession et Bordeaux, CAPC Musée).

Analyse et enjeux de Dreamlands, Centre Georges Pompidou, 2010.

Bibliographie Spécifique :

Paris et ses expositions universelles – architectures, 1855-1937, Éditions du Patrimoine, Centre des Monuments Nationaux, Paris 2008
/ Walter BENJAMIN, Paris, capitale du XIXe siècle, trad. Jean Lacoste, Paris, Éditions du Cerf, 2000/Robert VENTURI, Denise SCOTT BROWN, Steven IZENOUR, Learning from Las Vegas, Cambridge (Mass.), Londres, The MIT Press, 1972, éd. française : L’enseignement de Las Vegas, ou le symbolisme oublié de la forme architecturale, Bruxelles, Mardaga, 1987
/ Jean BAUDRILLARD, Amérique, Paris, Grasset, 1986
Umberto ECO, La guerre du faux, Paris Grasset/Le Livre de Poche, « biblio essais », 1985/Rem KOOLHAAS, Delirious New York, New York, Thames & Hudson, 1978; éd. française : New York délire, trad. Catherine Collet, Marseille, Parenthèses, 2002
/ Louis MARIN, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, Éditions de Minuit, 1973
/ Theodor ADORNO, Max HORKHEIMER, La dialectique de la raison. Fragments philosophiques (1947), trad. Éliane Kaufholz, Paris Gallimard, 1974 ; rééd. « Tel », 2001

Objectif : Comprendre  comment des courants de pensée contemporains  la maîtrise de leurs notions et des concepts peuvent rencontrer et construire la pratique artistique.

Systèmes d’interprétation du monde, événements de société, changements de point de vue face au réel comme face à l’imaginaire ; écrivains, artistes ou intellectuels, qui ont, à un moment ou à un autre, incarné une école, une révolte et peut-être une révolution des mentalités.

 Bibliographie :

Art Press hors-série n°21, Oublier l’exposition (sous la dr de Pierre Leguillon), 2000.

B. Blistène, Une histoire de l’art du XXè siècle, Centre Georges Pompidou

Ph Bouin et Ch. Ph Chanut, Histoire française des foires et des expositions universelles, Paris, 1980, Baudoin.

N. Bourriaud, Esthétique relationnelle, 1998, Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents

N. Bourriaud, PostproductionLa culture comme scénario : comment l’art reprogramme le monde contemporain, Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents, 2004.

N. Chapuis, ouvrage dirigé par, Créateurs et Création en France, La scène contemporaine, Ed. Autrement/CNDP

S. Fauchereau, Hommes et mouvements esthétiques du XXè siècle, 2005, Ed. Cercle d’Art.

B. Fibicher, L’Art exposé, quelques réflexions sur l’exposition dans les années 90 : sa topographie, ses commissaires, son public, ses idéologies, Sion, Musée cantonal des Beaux-Arts, 1995, Cantz Verlag

B. Latour, Nous n’avons jamais été modernes, Essai d’anthropologie symétrique, 1991, La Découverte

F. Récanati, (sous la direction de), Ethique et philosophie politique, 1988, Odile Jacob

J. Roman, Chronique des idées contemporaines, 1995, Bréal

[Cours 2014-15] Des avant-gardes à la culture populaire

Archigram, Instant city Black Air Ship, 1970
Archigram, Instant city Black Air Ship, 1970

[Module: Semestre 3 UE 1 Design et création]

« Des avants-gardes à la culture populaire, panorama des micros-utopies * en design architecture et art à partir des années 1960 »

*Nicolas Bourriaud

Objectif :

Appréhender les enjeux idéologiques et productifs du design en lien avec l’histoire et l’époque contemporaine. Envisager les différents domaines que le design convoque pour sa compréhension. Se familiariser avec les acteurs contemporains du design en particulier et des industries créatives en général.

Descriptif :

L’après guerre se caractérise par un développement de l’industrie et l’avènement de la société de consommation et des cultures de masse.

Designer, architectes et artistes remettent en cause et s’émancipent du modèle moderniste et fonctionnaliste qui domine alors.

Défiant les industries culturelles et contredisant le système, ils se regroupent pour faire valoir des idées novatrices et présenter d’autres modèles de vie et de société. Le processus prend une place prépondérante et les oeuvres sont autant critiques que productrices de crise.

La pensée de ces groupes est porteuse d’utopies et de revendications singulières, dont le paradoxe et l’autocritique ne sont pas absents.

A travers l’étude du groupe Archigram, des artistes de l’Arte Povera jusqu’aux postmodernes, nous élaborerons une balade transdisciplinaire de 1960 à nos jours où design, architecture et art témoignent d’une volonté de réinventer les formes de et dans la société posant ainsi les fondements de pratiques et d’engagement nouveaux.

Bibliographie

Branzi Andréa; La Casa Calda, 1984; Editions L’Equerre, 1985

Crompton Dennis Concerning Archigram, Archigram Archives, 1999

Flusser Vilém, Petite Philosophie du Design, Editions Circé, 2002

Friedman Yona, Utopie réalisable, L’Éclat, 2008

Fuller Richard Buckminster, Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial «Terre», 1969, Lars Müller, 2010

Jencks Charles, The Language of Post Modern Architecture, New York, Rizzoli, 1977

Margolin Victor(dir.) Design Discourse : history, theory,criticism, Chicago, 1989

Natalini Adolfo, A city model for a model city, Architects: Adolfo Natalini, of Superstudio, dans Daidalos N°4, 15 Juin 1982, P.81-82

Midal Alexandra, Design Introduction à l’histoire d’une discipline, Pocket, 2009

Papanek Viktor, Design Pour Un Monde Réel, Editions Mercure de France, 1974, de l’édition originale Design for the Real World, Human Ecology and Social Change, New York, Phantheon Books, 1971

Philizot Vivien, Les avant-gardes et leur relation avec le pouvoir, Articulo, 2007

Sadler Simon, Archigram: Architecture without Architecture, Cambridge, Mass.: MIT Press, 2005

Ricœur Paul, L’idéologie et l’utopie, Édition du Seuil, 1997

D. Scott Felicity, Architecture or Techno-utopia: Politics after Modernism, MIT Press, 2005

Semin Didier, L’Arte Povera, Editions du Centre Pompidou, 1992.

Sottsass Ettore, Mi dicono che sono cattivo, Scritti 1946-2001, Ed. Vicenza, 2002

 

Expositions

Zero to infinity : Arte povera 1962-1972, Tate Modern, Londres, 2001

Postmodernism. Style and subversion 1970-1990 , 24 Septembre 2011 / 15 Janvier 2012,
Victoria and Albert Museum, Londres

Mode d’emploi: la présentation argumentée d’un projet de recherche

projetElle doit figurer dans votre dossier d’inscription, mais souvent je reçois des questions sur elle. La présentation argumentée du projet de recherche: kesako? Voici quelques éléments de réponse.

Principes

Dans toutes sortes de contextes vous êtes amené-e à remettre un projet écrit :

  • en licence: pour un dossier, une action, un exposé, un stage…
  • en master: pour un dossier, une action, un stage, un sujet de recherche…
  • pour le mémoire de recherche en master (sur un an ou deux ans, selon les formations; en CCIC, sur 2 ans)
  • en thèse: pour trouver un directeur, et pour candidater à un financement.

Le projet se présente sous forme rédigée, avec une présentation soignée qui rappelle votre identité et vos atouts majeurs (points forts du CV). Selon l’ampleur du projet, adaptez le détail des informations à donner. Rédigez: c’est vraiment le moment de montrer que « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ». Vous devez convaincre, avec des arguments précis, que votre projet est intéressant, qu’il fait progresser

  • la connaissance (si c’est de la recherche),
  • vos compétences (si c’est une action, un stage),
  • l’organisme ou l’entreprise qui vous accueille (idem).

Ce qu’attend votre lecteur 

D’abord un rappel: votre lecteur est un évaluateur. Pas forcément un sélectionneur: en CCIC, nous accueillons tout le monde, du moment que les critères sont bons. On veut donc trouver une réponse positive aux questions suivantes :

Le sujet est-il délimité ?
ATTENTION : un « thème », un « domaine d’intérêt », un « motif » ne sont pas encore des « sujets ». Vous devez montrer qu’il y a un « objet de recherche », donc un « sujet de travail » assorti d’une « question de fond », quelque chose qui justifie une démarche de recherche. Cela signifie aussi un corpus précis.

Une problématique est-elle perceptible ?
ATTENTION : une « motivation personnelle » n’est pas une « problématique ». Ce dernier mot désigne un faisceau de questions importantes qui part de votre sujet et va vers l’ensemble des études théoriques, ou qui part de l’ensemble des études et recherches théoriques pour aller vers votre objet. En bref : montrez que votre sujet est intéressant pour tout le monde, pas que pour vous.

L’étudiant-chercheur est-il conscient de sa méthode ?
C’est pour évaluer cela qu’on vous demande de préciser vos méthodes, l’état de la question, et une bibliographie de départ. Expliquez comment vous prévoyez de travailler, en vous appuyant sur quels théoriciens, en pratiquant quels types d’analyse. Soyez concrets.

A-t-il un début d’organisation de son travail, se donne-t-il les conditions pour réussir ?
C’est pour évaluer cela qu’on vous demande un plan, ou un planning de travail. Evaluez concrètement la faisabilité de votre projet.

Check-list

Identité

  • Votre identité civile
  • Votre identité universitaire (niveau, diplôme…)
  • Un contact pour vous joindre (mail, téléphone)

Contexte

  • Le cours / diplôme où vous rendez ce travail
  • Le(s) correcteur(s) / directeur(s) qui va vous lire

Projet

  • titre
  • définition du sujet
  • problématique (en quoi votre sujet concerne-t-il le cours / le domaine / la formation ; montrez son intérêt)
  • corpus (oeuvres littéraires, médiatiques, supports, etc)
  • méthodes (type de critique,  théoricien-clé, école de pensée, outils techniques, façon d’analyser le corpus…)
  • bibliographie indicative: primaire (corpus) et secondaire (critique)
  • plan ou programmation de travail (approximativement)
  • autres : donnez toutes les précisions nécessaires pour qu’on comprenne la spécificité de votre travail et qu’on adapte l’évaluation en conséquence.

En principe, dès le projet les références des oeuvres et ouvrages critiques doivent être correctement présentées. Faites l’effort : cela permet à votre évaluateur / conseiller de juger de votre maîtrise des codes académiques. Suivez le guide ici http://lettunilim.hypotheses.org/36 (lisez ce qui concerne les références).

 

 

Création contemporaine et industries culturelles (Limoges)