[COURS 2020-2021]. M1 « Mémoire 1 : bilan & rédaction partielle »

Tables rondes du master CCIC – 28 avril – 9h – 12h30

Organisées dans le cadre du cours “Mémoire, bilan et rédaction partielle” (Natacha Levet, Lucie Amir), ces rencontres entendent faire dialoguer les étudiant·e·s du master 1 CCIC, entre eux et avec des discutant·e·s extérieurs, à partir des sujets de leurs mémoires de recherche et autour de thématiques problématisées qui les font se rencontrer. Ces échanges se dérouleront en quatre temps, distinguant quatre groupes et quatre axes de discussion. Pour suivre la journée (en ligne), écrire à lucie.amir@unilim.fr.  

9h : Introduction 

9h15 : Table ronde 1 : “Politiques culturelles / prescription culturelle” (Elsa Plouthounesy, Camille Manuel, Quentin Daniel). Animée par  Natacha Levet et Lucie Amir

10h : Table ronde 2 : “Art et minorités” (Lucie Vignane, Jean Erian Samson, Léa Georges). Animée par Álvaro Luna-Dubois

10h45 : Pause 

11h : Table ronde 3 : “La place du spectateur dans l’art” (Maurinne Bonnet, Léa Welsch, Charlotte Flacassier). Animée par Flavie Falais

11h45 : Table ronde 4 : “Stratégies de promotion” (Manon Bernard, Zofia Kaczmarek, Maxime Verhaeghe, Salomé Mamy). Animée par Thaïs Barbosa De Almeida

12h30 : Conclusion

Programme détaillé


Table ronde 1 : “Politiques culturelles / prescription culturelle”

Nos 3 sujets se rassemblent autour du thème des politiques et prescriptions culturelles historiques. L’enjeu est d’observer la relation entre des politiques culturelles qui s’effectuent sur un territoire rural et une ambition étatique qui se veut à l’échelle nationale voire internationale. De même quelle influence une affaire ayant eu lieu dans les années 1930 a-t-elle eu sur les territoires ruraux ou encore dans les mondes francophones?

Cette discussion vise à prendre un point de vue, parfois rural, tantôt historique ou à dimension internationale d’une politique culturelle. 

Questions:

  • Quelles relations entre la politique culturelle sur un territoire et la Cité Internationale de la langue française ?
  • Quels échos pour l’affaire Stavisky à l’échelle internationale et dans les mondes francophones?
  • Quelle place occupe la ruralité dans les politiques culturelles sur les territoires francophones?
    • Le soft power issu de la diplomatie culturelle étatique trouve-t-il une scène locale (en plus de celle nationale) ? (Notion de « posture diplomatique », les nouveaux acteurs (orga/acteurs transnationaux ou supranationaux) complètent la DC (multinationales, ONG, entrepreneurs, parlementaires, acteurs, chanteurs, sportifs) = nouvelle forme de diplomatie culturelle régalienne étatique ou supranationale qui complètent la diplomatie traditionnelle (Chobanova 2018)).
  • De la même manière, comment déconstruire le soft power qui imprègne la diplomatie culturelle et notamment à travers les politiques publiques françaises et au niveau local ?
  • La CILF (Cité internationale de la langue française) ne témoigne-t-elle pas elle aussi d’une fétichisation du patrimoine (Kessler 2018, p. 273) ?
  • Stavisky est-il un acteur culturel du Paris des années 30 ? Quelle influence de l’affaire sur les milieux ruraux ?

Quentin: Les nouveaux acteurs de la diplomatie culturelle française

Suite à une licence d’anglais que j’ai terminé au Danemark, je me suis découvert une passion pour la diplomatie culturelle et les relations internationales. Lors de mon expérience au Danemark j’ai principalement travaillé sur les mondes anglophones et notamment les diplomatie culturelle américaines et soviétiques. J’ai donc souhaité travailler sur la diplomatie culturelle cette fois plus française et francophone et notamment quelle forme cette dernière prend sur les territoires francophones.

Camille : L’affaire Stavisky

Depuis bien longtemps, l’affaire Stavisky est un sujet qui me passionne. Ma licence de lettres-édition communication n’a fait que renforcer mon envie de travailler sur cet événement qui a marqué la Troisième république. Pour ce mémoire, j’ai décidé de me concentrer sur l’influence de cette affaire sur les industries culturelles et médiatiques en étudiant différents médias et objets culturels sur une période bien précise c’est-à-dire de 1934 aux années 70. J’espère continuer mes recherches dans le cadre d’un doctorat.

Table ronde 2 : Art et minorités

« La culture est une arène de combat », affirme le penseur kenyan Ngugi wa Thiong’o. Les systèmes impérialistes ont toujours su comment manipuler cette arme redoutable afin d’étendre leur suprématie. D’où la naissance des frontières symboliques entre un centre qui se veut être consécrateur et des périphéries, en pensant ici aux colonisés contraints d’être des satellites oscillant autour de ce centre. Ce schéma fait partie intégrante du système capitaliste patriarcal motivé par des ambitions politiques, économiques et hégémoniques. Ce système se manifeste par la domination, la discrimination, l’exploitation démesurée de la nature et la misogynie, pour ne citer que ça. 

Ainsi, les productions culturelles mondiales qui s’inscrivent dans une logique de dénonciation de ce système impérialiste et contre l’orthodoxie établie – luttes souvent portées par des minorités (les colonisés, les femmes) – se retrouvent confrontées à des instances de consécration et parfois même écartées. Selon Pascale Casanova – en parlant de la littérature mondiale -, la valeur littéraire (nous ajoutons artistique) se constitue à l’international dans un espace structuré par des rapports de forces inégaux. Que ce soit à travers les productions littéraires des colonisés notamment des revues littéraires, en touchant les festivals de musiques alternatifs ayant pour volonté d’embrasser les luttes écologiques et l’engagement des femmes dans la musique afin de dénoncer le patriarcat, la misogynie, nos trois sujets aborderons les créations artistiques et littéraires de ces minorités tout en questionnant les formes d’engagement qui les motivent. 

Ce qui nous amène à nous poser ces questions : Comment l’art permet aux minorités de se positionner face à l’hégémonie politique et culturelle ? Quelles formes d’engagements traversent les propositions artistiques des minorités ? La création contemporaine estampée par ce système global présente-t-elle un handicap aux luttes sociales menées à travers l’art ? Quelle alternative pour les minorités ? Nous tenterons de répondre à ces interrogations, en soulevant d’autres problématiques sous-jacentes qui porteront sur les dérives d’un engagement qui fait vendre. Aussi s’agira-t-il d’observer les conséquences de ces objets culturels étudiés sur la société dans son ensemble. 

Léa Georges : Après avoir obtenu une licence Histoire de l’art, j’ai décidé de faire le master CCIC qui englobe le secteur culturel de manière générale. Le mémoire de recherche me permet de développer une réflexion personnelle naissante sur les enjeux de la transition écologique dans les festivals de musiques actuelles français. J’aborde cette question en observant leur bonne conduite, leur menace économique, et leur pouvoir de sensibilisation. 

Lucie Vignane : Après une licence de sociologie et un mémoire sur les consommations culturelles des étudiants, je souhaite cette année mélanger deux thèmes qui sont importants pour moi. La musique et le féminisme. Avec la naissance de la page #MusicToo en juillet 2020, mon sujet était tout trouvé. Grâce à mon bagage sociologique j’aborde ce sujet en partie d’un point de vue sociologique, en réalisant des entretiens de femmes et d’hommes engagés sur ce thème ou touchés par ce thème. 

Jean Erian Samson. Au terme de ma licence en géographie en 2016, j’ai travaillé pendant quatre ans pour une revue littéraire et un festival en Haïti qui ont pour objectifs de promouvoir les langues et les cultures créoles à l’échelle international tout en créant un espace d’échange et de partage entre ces cultures. Mon travail de recherche en master CCIC consiste donc à analyser les contextes de création des revues littéraires à l’Île de la Réunion durant la deuxième moitié du 20e siècle et de montrer comment ces revues ont permis l’émergence de la littérature créole réunionnaise dans un contexte postcolonial.


Table ronde 3 : “La place du spectateur dans l’art” : 

Qu’est-ce que ces citations vous évoquent ? « Pour moi, l’œuvre n’existe pas indépendamment du spectateur.Ils ne trouvent leur dimension qu’en face du spectateur et son mouvement. » Jesùs Rafael Soto, 1973.  De plus, on dit souvent qu’Une oeuvre d’art existe en tant que telle à partir du moment où elle est regardée.”  (Nicos Hadjinicolaou)

Au travers de ces citations nous pouvons observer plusieurs « facettes » de l’art, comme le spectateur en tant que simple regardeur et le spectateur qui devient acteur de l’œuvre. Ainsi que la volonté de certains artistes de se retrouver au plus près du spectateur, d’innover quant à la réception de l’œuvre par rapport à celui-ci. 

Mais aujourd’hui, de quelle manière un lien se crée entre l’artiste et le public ?

Questions :

Comment l’artiste crée des situations où le spectateur peut développer sa perception grâce aux différents environnements et dispositifs ? 

Comment un lien se crée entre une œuvre d’art et le public ? 

Pourquoi chercher à impliquer le public ? 

Qui est le public ? 

Qu’est ce que le spectateur-acteur ? 

Charlotte Flacassier : Les machines de spectacle dans le théâtre de rue 

Après une Licence en arts de la scène, je me suis découverte une passion pour les arts de la rue, et plus spécifiquement les machines de spectacle. Alors, j’aimerais raconter leur histoire, leur fonctionnement mais aussi parler de la poésie qu’elles dégagent en questionnant les différents acteurs de ce milieu si particulier. 

Maurine Bonnet : La place du spectateur dans l’art contemporain

    Lors de ma licence en arts plastiques je me suis découvert un intérêt particulier pour l’art contemporain et notamment pour les installations, j’ai alors commencé à m’y intéresser dans ma pratique personnelle, ce qui m’a tout de suite amené à me questionner sur la place du spectateur dans celles-ci et dans l’art contemporain en général. J’aimerais démontrer la manière dont ce sujet est devenu un questionnement pour les artistes, comment et pourquoi ont-ils choisi de rendre le spectateur acteur. 

Léa Welsch : L’immersion dans l’art/l’art de l’immersion 

Lors de ma licence pro métiers de la culture, je me suis penchée sur l’immersion dans l’art et surtout sur le fait de faire partie/ de rentrer dans une œuvre d’art. Notamment par le biais de la technologie, avec l’Atelier des Lumières à Paris. J’ai trouvé ce concept intéressant quant à la réception des œuvres par le public. Je cherche donc surtout à comprendre le pourquoi du comment c’est si intriguant, pourquoi rentrer dans l’œuvre d’art change sa perception et en devient presque magique et parler du fait que la conception d’immersion dans une œuvre d’art n’apparaît pas qu’au 21e siècle avec les nouvelles technologies. 
Groupe 4 : “Stratégies de promotion” 

La promotion désigne un ensemble de stratégies déployées dans le but de vendre un produit. Elle peut prendre plusieurs formes et utiliser différentes stratégies marketing afin de créer une vitrine pour présenter un produit : elle en fait la publicité et a pour but d’atteindre un maximum d’audience. 

La question de la réception du public est au cœur de la construction d’un support promotionnel.     L’objectif est de présenter le produit, d’attirer le public, de lui donner envie de découvrir ce qui est présenté. La notion de l’esthétique du produit est aussi au cœur de ces stratégies : il faut attirer l’œil. En conséquence de la mondialisation et de la montée en puissance des réseaux sociaux et autres technologies, la circulation des outils promotionnels s’effectue à un niveau national, voire international.

Cette promotion se traduit à travers différents supports et différents moyens peuvent être déployés. En effet, un pays peut y avoir recours afin de faire rayonner sa propre culture et redorer son image à l’échelle internationale ; c’est de cette manière que la Corée du Sud utilise la K-Pop en tant que marque nationale. A une autre échelle, l’industrie cinématographique utilise la bande-annonce comme outil de promotion de ses œuvres et la diffuse sur une multitude de supports audiovisuels. Les maisons d’édition ainsi que les auteurs et auto-édités peuvent avoir recours aux influenceurs et amateurs littéraires, qui utilisent les réseaux sociaux comme unique support de communication. Les réseaux sociaux sont également employés pour faire la promotion d’institutions culturelles, notamment les musées. En effet, le Met à New York ou encore le Louvre à Paris les utilisent afin d’atteindre de nouveaux publics, ces institutions organisent également des évènements culturels afin de proposer une expérience accessible à tous. 

    Ainsi, tous ces acteurs doivent toujours redoubler d’inventivité pour toucher les publics. En plus de leurs stratégies de communication traditionnelles, ils se sont progressivement tournés vers le web et notamment les réseaux sociaux. Le marketing implique donc de se renouveler constamment et c’est de cette manière que les industries culturelles ont créé de nouveaux métiers dans la communication comme les influenceurs, les producteurs de bandes-annonces, les community managers…

Questions possibles : 

  • Comment les stratégies de promotion s’adaptent-elles aux différents domaines qu’elles présentent ? 
  • Le marketing est-il nécessaire dans la culture ? Les industries culturelles se résument-elles à une simple affaire d’argent ? 
  • Quel est le lien entre marketing et réception du public ? 
  • Les réseaux sociaux sont-ils devenus indispensables à une stratégie de communication ? 
  • Entretenir des réseaux sociaux est-il devenu un véritable métier ?
  • Quelle est la place accordée à l’esthétique dans les stratégies de communication ? 
  • Quelles sont les conséquences d’une promotion mal préparée ? 
  • Est ce que la promotion marketing se traduit toujours par des résultats financiers ? 

Manon Bernard : Les réseaux sociaux littéraires comme nouveaux moyens de communication pour les maisons d’édition, les auteurs et les auteurs auto-édités. 

Grâce à mes études de Lettres, j’ai pu réalisé des stages qui m’ont permis de savoir ce que je voulais faire plus tard, à savoir travailler dans la communication. Mon lien avec le monde du livre est encore très présent car je possède un blog et un instagram dédiés à la littérature. C’est pourquoi mon sujet de mémoire aborde les réseaux sociaux littéraires comme nouveau moyen de communication pour les maisons d’édition, les auteurs et les auteurs autoédités. Je cherche ainsi à montrer que les influenceurs littéraires sont utilisés comme moyen marketing. Par conséquent, les influenceurs littéraires vont-ils rester amateurs ou se professionnaliser ?

Zofia Kaczmarek : Nouvelles formes de stratégies de marketing des musées et leurs résultats financiers.

En Pologne, j’ai terminé une double-licence en philologie italienne et française. Les études m’ont donné non seulement des connaissances linguistiques, mais aussi des connaissances sur la culture, l’art, la littérature et l’histoire. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai déménagé en France où je continue mes études en Création Contemporaine et Industries Culturelles. Dans mon mémoire, j’ai décidé de combiner mes intérêts en marketing et en gestion d’institutions culturelles. C’est pourquoi j’écris sur les stratégies marketing et de communication de deux musées, The Met à New York et le Louvre à Paris. Sur leur base, je souhaite analyser comment les stratégies adoptées par ces deux institutions se traduisent dans leurs résultats financiers, qui reposent principalement sur des subventions de particuliers. Je crois que c’est une question intéressante, dont l’analyse sera utile pour le développement de futures stratégies marketing qui se traduiront par de meilleurs résultats financiers.

Maxime Verhaeghe : La bande-annonce comme outil de communication 

En parallèle de ma licence LLCER Anglais, j’étais inscrite à l’atelier cinéma de l’Université de Limoges. Nous avons réalisé des courts métrages et avons appris à analyser des séquences cinématographiques et leur construction. J’ai toujours été passionnée par les domaines audiovisuels et plus particulièrement par le cinéma. La question de l’image et de sa construction esthétique m’a toujours fascinée. J’ai trouvé intéressant de faire le lien entre image, construction, design du média et réception du public : comment le contenu est-il créé et propulsé afin d’atteindre le public et de faire de l’audience ? Étant passionnée par le cinéma, j’ai trouvé intéressant de me pencher sur le cas de la bande annonce comme outil de communication, qui allie stratégies marketing, publicitaires, et cinématographiques.

Salomé Mamy : L’émergence de la k-pop à l’international et son utilisation en tant que soft power par la Corée du Sud

J’ai réalisé une licence de Lettres Modernes mineure information-communication qui m’a permis de confirmer ce vers quoi je souhaite m’orienter dans le futur : chargée de communication. Etant passionnée depuis une dizaine d’années par la k-pop et ayant été moi-même spectatrice et actrice de l’évolution de ce phénomène, j’ai trouvé intéressant de voir par quels moyens la Corée du Sud a fait en sorte que la k-pop devienne un véritable exportateur de la culture coréenne à l’étranger.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.