Table ronde 2 : “Musiques Actuelles”.

“Musiques actuelles” : Isaline Leuridant, Médoune Mbengue, Mathilde Poirier

Provenant du ministère de la culture, l’appellation musiques actuelles regroupe les différents styles musicaux datant de la fin du XXème et du début du XXIème siècle. À l’origine, les musiques actuelles sont nées de la rencontre entre musiques noires et musiques blanches aux États-Unis. Elles comportent donc le jazz, la chanson, les musiques traditionnelles, le rock, la pop, les musiques électroniques et le hip-hop.

Ce rassemblement semble clair, pourtant, il reste très difficile de comprendre le sens et les enjeux des musiques actuelles. En effet, on assiste maintenant à l’évolution et à l’adaptation des musiques, en raison de l’évolution technologique et des rencontres culturelles. Cette évolution a permis la création de nouveaux styles, de nouvelles mélodies, de nouveaux moyens. Cela donne lieu à des hybridations, et donc, à de nouveaux genres. Les musiques actuelles sont donc en constante évolution, contrairement aux musiques dites savantes : “Les musiques actuelles, qui recouvrent une grande variété de pratiques artistiques, sont à comprendre dans leur actualité même, dans leur contemporanéité.”, ainsi que l’affirme la chercheuse Gaëlle Debeaux.

Nos trois sujets de recherche s’intéressent justement à cette contemporanéité des musiques actuelles. Ainsi, à travers nos objets d’étude, nous nous interrogeons tous trois sur cette appellation, et chercherons à montrer son ambivalence. 

Il s’agira donc dans le cadre de cette table ronde de questionner ces notions via différentes thématiques telles que notre rapport à l’adjectif  “actuelles” dans nos propres sujets de recherche, à travers les genres musicaux que nous étudions. Nous traiterons également du rôle du texte dans la catégorisation en tant que musiques actuelles, les particularités des concerts, lives et festivals de nos corpus, pour terminer avec la notion d’engagement qui ressort de nos sujets, et qui est récurrente aux musiques actuelles. 

 

Medoune Mbengue : J’ai fait une licence de lettres au Sénégal à l’Université Gaston Berger de Saint Louis. Actuellement, je vise le double diplôme ( Master en TRM et CCIC). Étant artiste et passionné de musique, particulièrement le rap, j’ai déjà réalisé mon mémoire sur la contestation dans le rap en m’appuyant sur l’exemple de Youssoupha. Pour cette année, je continue toujours de travailler sur le même thème dans un contexte différent. Je me suis proposé d’explorer dans ce présent mémoire “ La place du rap dans les festivals francophones et la question des langues africaines”. 

 

Isaline Leuridant : Après avoir obtenu une licence de lettres, j’ai débuté un master CCIC, souhaitant m’orienter vers un métier lié au domaine de la culture. À travers mon sujet de recherche, je souhaite étudier le mariage de deux domaines qui m’intéressent tout particulièrement : la musique et les arts visuels. Grâce aux technologies actuelles, ceux-ci se rencontrent de plus en plus, pour créer des projets complets et immersifs. Ainsi, mon sujet de mémoire s’intéresse aux nouveaux univers fictifs qui prennent forme dans le domaine des musiques actuelles : les groupes de musique virtuels. 

 

Mathilde Poirier : Au cours de ma licence de lettres, j’ai pu faire l’étude d’objets d’art tournés vers les pratiques conventionnelles. En tant qu’artiste passionnée, et riche des différentes approches de l’art qu’a pu m’apporter mon diplôme, je souhaite diriger mon travail vers les pratiques des arts du spectacle et notamment vers l’univers colossal des musiques actuelles. Ainsi, mes recherches portent sur l’influence que confère le jazz aux musiques actuelles américaines des années 70, et notamment à la soul, genre qui me tient particulièrement à cœur. 

Références bibliographiques :

RYAN Marie-Laure, « Le transmedia storytelling comme pratique narrative », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2017, no 10, p. 1-14. En ligne : , consulté le 23.12.2021. 

SAMUTINA Natalia, Plastic Beach Utopia: Gorillaz’ Multimedia Concept Project In The Context Of Contemporary Popular Music Culture, s.l., National Research University Higher School of Economics (coll. « HSE Working papers »), 2014, p. 1-25. En ligne : , consulté le 11.11.2021. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.