Table ronde 4 : “Arts et engagements”

Arts et engagements : Marina Dechelotte, Theïa Weigel, Maëlys Giffaut, Morgane Santos

Mots-clés : Normes sociales/esthétiques/politiques, marge, légitimité, projet politique et social, engagement, cinéma,  cirque, littérature, militantisme, accessibilité, participation, impact sociétal et individuel, processus créatif, processus de production, réalités sociales, discriminations

Nos quatre sujets ont en commun la notion d’engagement à travers l’art. En effet, l’art est peut être considéré engagé dès lors qu’il est un outil servant à défendre un projet politique et/ou social. L’engagement des artistes à travers leurs œuvres peut s’opérer aussi bien du point de vue esthétique que celui des thèmes qui sont abordés. Que ce soit par sa pratique et/ou sa diffusion, il vise à marquer la société et, plus spécifiquement, à influer sur celle-ci. Que ce soit par son contenu, sa forme ou sa diffusion, l’art peut avoir pour objectif de créer un lien social servant un projet politique. 

Dans nos sujets de recherche, nous interrogeons la manière dont les artistes interpellent, éveillent les consciences et rassemblent. Tout ceci peut passer par  l’information, le témoignage, la conscientisation et/ou la volonté de participation. La notion de réception peut être également au centre de nos recherches respectives. Si l’on se fie à la définition du terme « réception » : « Fait, pour un destinataire, de recevoir quelque chose », cela signifierait que les artistes créent, à dessein, pour autrui, et plus généralement pour la société. C’est pour cette raison que s’ajoute à leur art l’aspect collectif. Les artistes engagé.e.s que nous avons chacune décidé d’étudier réfléchissent à la façon dont ils/elles peuvent toucher leur audience/touchent inconsciemment tout en montrant les réalités sociales et en restant fidèles à leurs choix esthétiques et idéologiques. Ils/elles n’hésitent donc pas à rompre avec les normes déjà établies, qu’ils/elles refusent dans le but d’aspirer à un changement dans la société.

L’engagement par l’art : 

Nous pouvons ainsi nous demander si l’art est au service d’un projet politique :

  • Quelles formes d’engagement existent ?
  • Quel impact peut avoir l’art sur les codes et les normes établies ?  Et en quoi pourrait-il les déconstruire voir les changer ? (normes politiques sociales et esthétiques, question de la représentativité/visibilité, question de la légitimité)

La question de la réception : 

  • De quelle manière et par quels moyens l’artiste peut impacter son audience ? (participation, pratique amatrice, informatif, empathie, représentativité/visibilité).
  • Comment les marges peuvent-elles tenter de faire contrepoids à l’hégémonie politique et culturelle grâce à l’art ?

Bibliographie : 

COOKE, Lynne, APPLAGNAT, Marie, Enigme autodidacte – The Self-taught Riddle, Snoeck Publishers, coll « Art Contemporain », 2021.

DEL VALLE DÁVILA Ignacio, Le nouveau cinéma latino-américain : (1960-1974), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, (Des Amériques).

DEL VALLE DÁVILA, Ignacio, Le « Nouveau cinéma latino-américain » : un projet de développement cinématographique sous-continental, Thèse de doctorat : Musique, musicologie et arts de la scène, Université Toulouse le Mirail – Toulouse II, 2012. En ligne: <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00782109>, consulté le 11.11.2021.

KOVACSHAZY, Cécile, « Littératures romani : cas exemplaire de la littérature-monde ? (illustrations à partir d’auteurs autrichiens) », Études Tsiganes, 2008, n° 36, no 4, p. 136‑145.

LIEGEOIS Jean-Pierre, Roms et Tsiganes, Paris, La Découverte (coll. « Repères »), 2019.

MAIZELS, John, L’art brut : l’art outsider et au-delà, Phaidon Press Ltd., coll « Beaux-Arts », 2003.Présentations individuellesMaylis :

Mots-clés : Cinéma Latino-américain, Nouveau Cinéma Latino-américain, décolonisation culturelle, révolutionnaire, avant-garde, transformation sociale, expérimental, militant, participation sociale, libération, années 60, réalités sociales, processus de production.

    En troisième année de Licence de Lettres, j’ai pu découvrir les différents mouvements cinématographiques qui ont pu éclore dans le continent latino-américain grâce à l’Enseignement d’Ouverture “Cinéma d’Amérique-Latine”. Je me suis par la suite davantage intéressée par le Nouveau Cinéma Latino-américain. En effet, il y a très peu d’études en langue française sur le sujet. Je trouve aussi qu’il est important de valoriser le cinéma latino-américain, qui, par sa diversité, constitue une cinématographie esthétique très féconde.

Dans le cadre de ma recherche, j’aimerais analyser le travail effectué par ces cinéastes engagés dans le projet cinématographique du Nouveau Cinéma Latino-américain, défini comme expérimental, militant et qui rompt avec les codes du cinéma hollywoodien. Il porte un intérêt pour les problématiques sociales et politiques. La notion de révolution est au cœur de ce projet. 

    Je vais démontrer qu’est ce que le cinéma révolutionnaire et anticolonial avec l’exemple du NCL. 

Pour cela, je vais partir de leur manifestes, théorisant les idées et esthétiques qu’ils vont mettre en pratique pour ensuite analyser la réalisation des films avec la forme et les thèmes abordés. Enfin, étant dans un master intitulé “Création Contemporaine et Industries culturelles”, je trouve également pertinent de s’intéresser au processus de production de ces films. Une réflexion quotidienne était posée sur la place du cinéma dans le système de production et de distribution capitaliste.  Leur volonté était que leurs films ne soient pas des produits de marchandise mais qu’ils soient une participation sociale, amenant à une révolution.

Theïa :

Mots-clés : Cirque, art populaire, légitimité, pratique amatrice, accessibilité, projet socioculturel, lien social, actions culturelles, création artistique, territoire

    Le cirque, en tant qu’art populaire, a longtemps été considéré comme un divertissement plutôt que réellement comme un art. Depuis l’avènement du nouveau cirque, qui bouleverse les codes du cirque traditionnel et décloisonne les disciplines, c’est un art qui obtient de plus en plus de reconnaissance au niveau des institutions. Cependant, de nombreux préjugés subsistent. Le cirque est encore peu reconnu dans la communauté artistique. Les élites lui préfèrent souvent le théâtre ou l’opéra. C’est un art qui reste très libre et indépendant, ouvert à la pratique amatrice, et dont les artistes cherchent l’accessibilité et rejettent souvent l’intellectualisation de leurs spectacles. Des compagnies comme le cirque du Gamin construisent, par leurs spectacles et leurs conception du cirque, un projet social : créer du lien social par les rencontres, les spectacles, ainsi que les actions culturelles qu’ils mènent sur le territoire. La création artistique est envisagée à travers le territoire et la politique sociale, et n’est pas indépendante d’un public qui est est partie prenante dans l’élaboration d’un projet culturel et artistique.

Marina :

Mots-clés : Seconde Guerre mondiale, discriminations  raciales et politiques d’exclusion, Rroms, génocide tsigane,  littérature,  littérature romani, analphabètes.

Lorsqu’il est question des crimes perpétrés durant la Seconde Guerre mondiale, l’inconscient collectif a tendance a utilisé le terme de « Shoah ». Il s’agit, en fait, d’un terme hébreu traduit par « catastrophe » ; de ce fait, parmi toutes les communautés qui ont souffert des camps, il ne désigne que les Juifs. Pourtant, la deuxième communauté à avoir été exterminée massivement par les nazis est la communauté tsigane. Ayant subi discriminations raciales et politiques d’exclusion par de nombreux gouvernements européens, les Tsiganes, ou Rroms tels qu’ils s’y réfèrent eux-mêmes, n’ont pas été épargnés par le IIIème Reich. Le génocide tsigane, appelé Porajmos, est un génocide, certes reconnu, mais oublié. Paradoxal, il est vrai, mais son impact sur l’inconscient collectif ne semble pas aussi important que l’est celui de la Shoah. Pourtant, face au silence de l’après-guerre, des auteurs rroms vont témoigner et faire entendre leur voix grâce à la littérature. Ces textes entrent dans le genre de la littérature romani qui est une littérature à propos des Rroms et écrite par les Rroms. Ils participent également au devoir de mémoire du génocide tsigane. L’objectif de ces auteurs, tels que Matéo Maximoff, Ceija Stojka ou encore Raymond Gurême, est de mettre en lumière une partie de l’Histoire qui est encore sombre. Il s’agit d’éduquer et de faire se souvenir non seulement les vieilles et jeunes générations, mais aussi les Rroms et les Gadjé (non-rroms). Cette littérature romani à propos des camps a deux fonctionnalités : la première, qui est la plus évidente, le devoir de mémoire ; et la seconde qui est de déconstruire le stéréotype affirmant que les Rroms sont généralement analphabètes ou non-éduqués.

Morgane :

Mots-clés : norme, marge, schizophrénie, évolution, art brut, autodidacte, œuvre, pouvoir libérateur, critiques, non-public, impact, enfermement 

Au terme de ma licence en Lettres, j’ai décidé de faire un master qui forme aux métiers de la culture, le master CCIC. J’ai toujours eu à cœur les « non-publics ». Si au départ je souhaitais m’intéresser à l’impact d’un art dans des situations incongrues (milieux ruraux), j’ai ensuite choisi de me demander comment une personne qui n’est pas destinée à faire de l’art finit par faire de l’art et quel est l’impact sur son existence (milieux défavorisés). Ces questionnements ont découlé sur d’autres questionnements et c’est ainsi que sont nées les problématiques suivantes : Comment une personne atteinte de schizophrénie se libère-t-elle par l’art ? Comment son art permet-il de faire évoluer la norme ? Je crois que c’est le propre de tous les sujets de recherches que d’évoluer, mais je sais désormais que je souhaite m’intéresser au pouvoir libérateur de l’art et interroger les normes dans l’art. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.