Table ronde 5 : Représenter pour légitimer

Représenter pour légitimer : Johanna Besson, Soraya Jasmin, Annabelle Ladrière,

Louise Levrault

Quel point commun peut-il y avoir entre l’archivage et l’exposition du design graphique au musée Kumu à Tallinn, le constat d’une répartition inégale des genres dans les professions culturelles, l’analyse de la fabrication de la programmation culturelle du théâtre de l’Union à Limoges et les processus de constitution des prix littéraires dans la Francophonie ? À première vue, aucun. Et pourtant, tous ces sujets prennent place au sein d’institutions ; un ensemble de normes dans le but de légitimer tel ou tel phénomène et ainsi créer ce que André Comte-Sponville qualifie de « culture solidifiée ».

Or, les différentes thématiques soulevées par les sujets précédemment cités (entrée d’une pratique au sein d’un musée, féminisation et construction d’une profession ou encore la mise en place même d’une institution à part entière) semblent appartenir au domaine de la culture populaire, produites par des industries culturelles et s’opposent à une « culture légitime » mise en avant par Pierre Bourdieu. Même si la démocratisation des cultural studies dès les années 1960, prônant un relativisme culturel, il semble néanmoins qu’il existe toujours une hiérarchie des représentations culturelles. Heureusement toutefois ces hiérarchies évoluent et acceptent en leur sein de nouvelles pratiques et de nouveaux modes de fonctionnement.  

Ainsi, nous pouvons nous demander s’il suffit de représenter pour légitimer, pour solidifier la culture (en reprenant les termes de Comte-Sponville) ? En effet, représenter signifie attirer l’attention de quelqu’un sur quelque chose ce qui implique bien le fait que ladite chose existait avant, qu’elle n’est pas une pratique nouvelle mais qu’elle souffrait seulement de manque de visibilité. En allant plus loin, le terme même de représentation renvoie au monde du spectacle et convoque une idée de mise-en-scène, de jeu et de théâtralité.

De ce fait, nous nous demanderons quels processus sont mis en place pour légitimer la culture sous le prisme de l’institution ? Comment sont justifiées des pratiques mais aussi des professions culturelles ? 

Nous nous attacherons ainsi à comprendre les phénomènes de construction et de programmation dans l’espace institutionnel et nous étudierons également comment l’institution favorise la représentation et « l’empowerment » (terme convoqué par la Museums Association) des pratiques et des individus.

Bibliographie :

  • Clémence Imbert, « Œuvres ou documents ? Un siècle d’exposition du graphisme dans les musées d’art moderne de Paris, New York et Amsterdam (1895-1995) » Université Paris 8, Paris, 2017

Présentations individuelles :

Annabelle Ladrière :Mots-clés : design graphique, graphisme, discipline, arts appliqués, artiste, auteur, Estonie, pays baltes, époque soviétique, URSS, post-soviétique, archives, patrimoine, conservation, mémoires, musées, expositions, collections, Kumu Art Museum, curation, monstration, White Cube, institution, institutionnalisation, reconnaissance, légitimer, contemporain, culture, politiques culturelles artification, empowerment, exposabilité, évolution
Après un DNMADe (Diplôme National des Métiers d’Art et de Design) mention Design Graphique, j’ai décidé de poursuivre dans ce domaine qui offre des champs de recherche larges et variés. Parce que je suis plus particulièrement intéressée par les phénomènes d’institutionnalisation de cette discipline et de sa reconnaissance dans nos sociétés, j’ai décidé de travailler autour de l’archivage et de l’exposition du design graphique en Estonie et plus particulièrement au musée d’art Kumu à Tallinn. L’Estonie se présentant en effet comme un pays riche d’une histoire jalonnée de nombreuses influences étrangères, elle a toutefois réussi à se construire une identité singulière pour laquelle les institutions artistiques se développent et commencent à s’affirmer sur la scène internationale. 

Louise Levrault : Mots-clés : féminisation, femme, genre, sexué, répartition/place/représentation/sous-représentation/inégalité, profession culturelle, institution, culture, musique actuelle, musicienne, interprète, chanteuse
Lors d’une rencontre avec la directrice d’une SMAC, la conversation a tourné sur la place des femmes dans les institutions culturelles. J’ai trouvé cela très intéressant et j’ai voulu m’intéresser à la place des femmes dans les milieux culturels, et notamment du côté du professionnel/institutionnel. Aujourd’hui, il s’agit d’un domaine professionnel et institutionnel qui connaît encore une répartition inégale des genres. Nous pouvons constater que des professions sont plus représentées par des femmes et inversement. C’est dans le domaine des musiques actuelles que j’aimerai m’attarder. 

Johanna Besson :

Mots-clés : Culture, économie, politique, pratique théâtrale, programmateur, programmation culturelle, métier, évolution, génération, réseaux, connaissances, expériences, réalisation, production

À la suite de quelques expériences professionnelles et après la rencontre de certains programmateurs culturels, mon envie d’atteindre ce métier un jour fût une évidence. Je n’ai pu qu’observer les programmateurs, obtenir des programmations mais je ne savais pas comment se fabriquait une programmation culturelle. Dans un premier temps j’ai choisi un champ artistique et culturel, le théâtre, afin de ne pas trop me disperser. Puis j’aimerai savoir comment se construit une programmation de A à Z. Pour cela, j’aimerai questionner des programmateurs de théâtre et principalement les directeurs et directrices du théâtre de l’Union à Limoges. Avec leurs aides, de la recherche et un corpus de programmation je souhaiterai connaitre ce qui les lit, les différencie, à l’aide de quoi ils peuvent fabriquer cette programmation et ce qui l’entoure, que ce soit l’équipe, le réseau, les actions culturelles… 

Soraya Jasmin :Mots clés : dramaturgie, théâtre, prix, jury, évolution, francophone, auteur·e·s, réseau, production, diffusion, programmation, Afrique-Caraïbes
Après une licence en Haïti en Patrimoine, art et culture, j’ai passé plus de 5 ans à travailler dans le secteur culturel haitien en tant que chargée d’actions culturelles et responsable de la billetterie et des bénévoles pour l’un des plus grands festivals de théâtre du pays. Mon travail au sein de cette association qui organise le festival 4 chemins (festival de théâtre en Haïti)  m’a permis de migrer en France pour travailler avec le festival des Francophonies – des écritures à la scène. Au sein de ce dernier, je me suis intéressée aux politiques culturelles, au mode de fonctionnement des structures culturelles francophones/ françaises et particulièrement à l’écriture dramatique (auteurs, prix littéraires, programmation et diffusion). Mon travail de recherche en master CCIC, serait d’étudier comment sont mis en place les prix littéraires, la constitution des comités de lecture (Jury), le choix des textes sélectionnés et le processus de diffusion et de programmation de ces textes primés particulièrement ceux issus de l’espace Afrique-Caraïbes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.