[2012-2013] ARC: Expérience du territoire (ENSA)

du formalisme de l’art pratiqué en atelier, pour permettre au spectateur de se frotter davantage à la matérialité du monde extérieur ». Les earthworks réalisés par les artistes du Land Art au tournant des années 60 et 70 ont dégagé un principe fort qui est celui du déplacement. Ce déplacement n’est plus seulement d’ordre géographique, mais également mental, c’est-à-dire aussi bien sensible qu’intelligible. Ce parti pris est à la source d’une réflexion sur la notion de territoire. En 2007 dans Marcher, Créer T. Davila accorde au déplacement un rôle majeur dans l’invention des oeuvres. Il cite des règles et des mécanismes d’action qui décrivent un univers plastique où le déplacement est également un fait psychique, un outil de fiction ou encore l’autre nom d’une production artistique. Pour un espace inventorié – un territoire inventé : l’expérience du territoire se construit–elle dans une mise en « perspective » (et les moyens de la représentation) ? Dans une « mise à plat » (plan, cartographie) ? Existe-t-il d’autres alternatives artistiques dans un monde de plus en plus inventorié, mais toujours en expansion ?

Le projet est développé sur trois années : 2011/2012 – 2012/2013 – 2013/2014

Phase 1 / ICI : 2012/2013
L’expérience d’un territoire inventé comme lieu d’investigation, d’expérimentation en mouvement
À partir d’un tracé arbitraire sur une carte, dont le centre est l’ENSA de Limoges, il est réalisé un ensemble d’investigations relatives à la question de « l’espace » (physique, géographique, social, politique, économique, artistique). Le mouvement devient le moyen d’interroger aussi bien la forme du territoire que le langage qui prétend en rendre compte. Le développement des espaces d’expérimentation crée et invente le territoire.
Les productions sont élaborées, tant sur le terrain qu’en atelier au sein de l’école. Un lieu spécifique regroupe l’ensemble des productions ou documentations liées aux investigations de chacun des participants du groupe de recherche.

Phase 2 / LA-BAS : 2012/2013
L’expérience du déplacement comme mode de questionnement, d’analyse, d’investigation et de production
Caractérisés par des enjeux de relocalisation du travail plastique, ils visent à placer les notions de mouvement, de déplacement, de rencontre, comme une manière de requalifier les repères artistiques. Ils constituent des propositions d’aventure artistique et sensible autant que des moyens de mise à distance et d’analyse des processus de création liés aux questions de territoire.

Que voyez-vous ? Qu’entendez-vous ? Que sentez-vous ?….
Que proposez vous ?

Pérégrination / déambulation / territoire et matériaux / récupération
Représentation traditionnelle et territoire – la marche comme mode d’investigation du paysage.

Modalités
semaines , 43, 49, 5,
9h-13h et 14h-18h
Pool Art (voyages, hors les murs et workshop)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *