Tous les articles par resf

[cours 2014-15] JE 14: Imaginaire de la ville

3110333777_e4eb43a26b_o
Liu WEI, Love it ! Bite it !, 2009

Journées d’études 2014-2015 – JE 14

Contenu : Imaginaire de la ville.

La ville nourrit l’imaginaire des écrivains, des peintres, des photographes et des cinéastes. Elle stimule les rêves des utopistes et des architectes, suscite des projets, des cartes et des plans. Elle s’actualise en s’inscrivant sur le territoire et affirme son pouvoir, son aura. C’est par la grande ville que se définit l’identité d’une nation et que se construit son destin. Souvent associée à la modernité, pour le meilleur et pour le pire, la ville est un objet privilégié de réflexion pour les historiens, les géographes, les sociologues et les philosophes qui s’interrogent sur la place de l’individu dans la cité. Qu’elle soit métropole, banlieue ou petite ville, elle sert de cadre à d’innombrables récits, réalistes, oniriques, fantastiques, mais peut aussi devenir un personnage de fiction. La ville, espace complexe, en perpétuelle mutation, se prête à la métamorphose. C’est un lieu privilégié pour la déambulation, les rencontres, le métissage culturel. C’est aussi un lieu de mémoire qui porte les traces et les stigmates de l’Histoire. A la fin du XIXe, Londres, ville cosmopolite et labyrinthique est devenue un locus privilégié pour la fiction chez des auteurs comme Stevenson ou Conan Doyle. On peut en dire autant de Paris à diverses époques, de Berlin, de New York, Rome ou de Saint-Pétersbourg. La ville, décor spectaculaire, suscitant des phénomènes et des événements aléatoires. » Ce troisième volet du cycle « Architectures »  proposera une approche plurielle des représentations et mythes collectifs engendrés par le phénomène urbain au cours des XIXe et XXe siècles que se livrent les différents spécialistes de l’histoire, de l’art, des images picturales, photographiques ou filmiques, des littératures européennes et anglo-saxonnes.

[cours 2014-15] Culture & Politique

DidelonContenu : Art et politique

« façons de voir » Expositions construites par l’institution/expositions construites contre l’institution.

Travail et réflexion établis à partir d’une sélection d’expositions principales des années 60 à nos jours : Armory Show de 1913 (Armurerie militaire de Lexington Avenue, New York), Chaos urbain, Cities on the move, 1997 (Vienne, Sécession et Bordeaux, CAPC Musée).

Analyse et enjeux de Dreamlands, Centre Georges Pompidou, 2010.

Bibliographie Spécifique :

Paris et ses expositions universelles – architectures, 1855-1937, Éditions du Patrimoine, Centre des Monuments Nationaux, Paris 2008
/ Walter BENJAMIN, Paris, capitale du XIXe siècle, trad. Jean Lacoste, Paris, Éditions du Cerf, 2000/Robert VENTURI, Denise SCOTT BROWN, Steven IZENOUR, Learning from Las Vegas, Cambridge (Mass.), Londres, The MIT Press, 1972, éd. française : L’enseignement de Las Vegas, ou le symbolisme oublié de la forme architecturale, Bruxelles, Mardaga, 1987
/ Jean BAUDRILLARD, Amérique, Paris, Grasset, 1986
Umberto ECO, La guerre du faux, Paris Grasset/Le Livre de Poche, « biblio essais », 1985/Rem KOOLHAAS, Delirious New York, New York, Thames & Hudson, 1978; éd. française : New York délire, trad. Catherine Collet, Marseille, Parenthèses, 2002
/ Louis MARIN, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, Éditions de Minuit, 1973
/ Theodor ADORNO, Max HORKHEIMER, La dialectique de la raison. Fragments philosophiques (1947), trad. Éliane Kaufholz, Paris Gallimard, 1974 ; rééd. « Tel », 2001

Objectif : Comprendre  comment des courants de pensée contemporains  la maîtrise de leurs notions et des concepts peuvent rencontrer et construire la pratique artistique.

Systèmes d’interprétation du monde, événements de société, changements de point de vue face au réel comme face à l’imaginaire ; écrivains, artistes ou intellectuels, qui ont, à un moment ou à un autre, incarné une école, une révolte et peut-être une révolution des mentalités.

 Bibliographie :

Art Press hors-série n°21, Oublier l’exposition (sous la dr de Pierre Leguillon), 2000.

B. Blistène, Une histoire de l’art du XXè siècle, Centre Georges Pompidou

Ph Bouin et Ch. Ph Chanut, Histoire française des foires et des expositions universelles, Paris, 1980, Baudoin.

N. Bourriaud, Esthétique relationnelle, 1998, Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents

N. Bourriaud, PostproductionLa culture comme scénario : comment l’art reprogramme le monde contemporain, Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents, 2004.

N. Chapuis, ouvrage dirigé par, Créateurs et Création en France, La scène contemporaine, Ed. Autrement/CNDP

S. Fauchereau, Hommes et mouvements esthétiques du XXè siècle, 2005, Ed. Cercle d’Art.

B. Fibicher, L’Art exposé, quelques réflexions sur l’exposition dans les années 90 : sa topographie, ses commissaires, son public, ses idéologies, Sion, Musée cantonal des Beaux-Arts, 1995, Cantz Verlag

B. Latour, Nous n’avons jamais été modernes, Essai d’anthropologie symétrique, 1991, La Découverte

F. Récanati, (sous la direction de), Ethique et philosophie politique, 1988, Odile Jacob

J. Roman, Chronique des idées contemporaines, 1995, Bréal

[Cours 2014-15] Des avant-gardes à la culture populaire

Archigram, Instant city Black Air Ship, 1970
Archigram, Instant city Black Air Ship, 1970

[Module: Semestre 3 UE 1 Design et création]

« Des avants-gardes à la culture populaire, panorama des micros-utopies * en design architecture et art à partir des années 1960 »

*Nicolas Bourriaud

Objectif :

Appréhender les enjeux idéologiques et productifs du design en lien avec l’histoire et l’époque contemporaine. Envisager les différents domaines que le design convoque pour sa compréhension. Se familiariser avec les acteurs contemporains du design en particulier et des industries créatives en général.

Descriptif :

L’après guerre se caractérise par un développement de l’industrie et l’avènement de la société de consommation et des cultures de masse.

Designer, architectes et artistes remettent en cause et s’émancipent du modèle moderniste et fonctionnaliste qui domine alors.

Défiant les industries culturelles et contredisant le système, ils se regroupent pour faire valoir des idées novatrices et présenter d’autres modèles de vie et de société. Le processus prend une place prépondérante et les oeuvres sont autant critiques que productrices de crise.

La pensée de ces groupes est porteuse d’utopies et de revendications singulières, dont le paradoxe et l’autocritique ne sont pas absents.

A travers l’étude du groupe Archigram, des artistes de l’Arte Povera jusqu’aux postmodernes, nous élaborerons une balade transdisciplinaire de 1960 à nos jours où design, architecture et art témoignent d’une volonté de réinventer les formes de et dans la société posant ainsi les fondements de pratiques et d’engagement nouveaux.

Bibliographie

Branzi Andréa; La Casa Calda, 1984; Editions L’Equerre, 1985

Crompton Dennis Concerning Archigram, Archigram Archives, 1999

Flusser Vilém, Petite Philosophie du Design, Editions Circé, 2002

Friedman Yona, Utopie réalisable, L’Éclat, 2008

Fuller Richard Buckminster, Manuel d’instruction pour le vaisseau spatial «Terre», 1969, Lars Müller, 2010

Jencks Charles, The Language of Post Modern Architecture, New York, Rizzoli, 1977

Margolin Victor(dir.) Design Discourse : history, theory,criticism, Chicago, 1989

Natalini Adolfo, A city model for a model city, Architects: Adolfo Natalini, of Superstudio, dans Daidalos N°4, 15 Juin 1982, P.81-82

Midal Alexandra, Design Introduction à l’histoire d’une discipline, Pocket, 2009

Papanek Viktor, Design Pour Un Monde Réel, Editions Mercure de France, 1974, de l’édition originale Design for the Real World, Human Ecology and Social Change, New York, Phantheon Books, 1971

Philizot Vivien, Les avant-gardes et leur relation avec le pouvoir, Articulo, 2007

Sadler Simon, Archigram: Architecture without Architecture, Cambridge, Mass.: MIT Press, 2005

Ricœur Paul, L’idéologie et l’utopie, Édition du Seuil, 1997

D. Scott Felicity, Architecture or Techno-utopia: Politics after Modernism, MIT Press, 2005

Semin Didier, L’Arte Povera, Editions du Centre Pompidou, 1992.

Sottsass Ettore, Mi dicono che sono cattivo, Scritti 1946-2001, Ed. Vicenza, 2002

 

Expositions

Zero to infinity : Arte povera 1962-1972, Tate Modern, Londres, 2001

Postmodernism. Style and subversion 1970-1990 , 24 Septembre 2011 / 15 Janvier 2012,
Victoria and Albert Museum, Londres

Mode d’emploi: la présentation argumentée d’un projet de recherche

projetElle doit figurer dans votre dossier d’inscription, mais souvent je reçois des questions sur elle. La présentation argumentée du projet de recherche: kesako? Voici quelques éléments de réponse.

Principes

Dans toutes sortes de contextes vous êtes amené-e à remettre un projet écrit :

  • en licence: pour un dossier, une action, un exposé, un stage…
  • en master: pour un dossier, une action, un stage, un sujet de recherche…
  • pour le mémoire de recherche en master (sur un an ou deux ans, selon les formations; en CCIC, sur 2 ans)
  • en thèse: pour trouver un directeur, et pour candidater à un financement.

Le projet se présente sous forme rédigée, avec une présentation soignée qui rappelle votre identité et vos atouts majeurs (points forts du CV). Selon l’ampleur du projet, adaptez le détail des informations à donner. Rédigez: c’est vraiment le moment de montrer que « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ». Vous devez convaincre, avec des arguments précis, que votre projet est intéressant, qu’il fait progresser

  • la connaissance (si c’est de la recherche),
  • vos compétences (si c’est une action, un stage),
  • l’organisme ou l’entreprise qui vous accueille (idem).

Ce qu’attend votre lecteur 

D’abord un rappel: votre lecteur est un évaluateur. Pas forcément un sélectionneur: en CCIC, nous accueillons tout le monde, du moment que les critères sont bons. On veut donc trouver une réponse positive aux questions suivantes :

Le sujet est-il délimité ?
ATTENTION : un « thème », un « domaine d’intérêt », un « motif » ne sont pas encore des « sujets ». Vous devez montrer qu’il y a un « objet de recherche », donc un « sujet de travail » assorti d’une « question de fond », quelque chose qui justifie une démarche de recherche. Cela signifie aussi un corpus précis.

Une problématique est-elle perceptible ?
ATTENTION : une « motivation personnelle » n’est pas une « problématique ». Ce dernier mot désigne un faisceau de questions importantes qui part de votre sujet et va vers l’ensemble des études théoriques, ou qui part de l’ensemble des études et recherches théoriques pour aller vers votre objet. En bref : montrez que votre sujet est intéressant pour tout le monde, pas que pour vous.

L’étudiant-chercheur est-il conscient de sa méthode ?
C’est pour évaluer cela qu’on vous demande de préciser vos méthodes, l’état de la question, et une bibliographie de départ. Expliquez comment vous prévoyez de travailler, en vous appuyant sur quels théoriciens, en pratiquant quels types d’analyse. Soyez concrets.

A-t-il un début d’organisation de son travail, se donne-t-il les conditions pour réussir ?
C’est pour évaluer cela qu’on vous demande un plan, ou un planning de travail. Evaluez concrètement la faisabilité de votre projet.

Check-list

Identité

  • Votre identité civile
  • Votre identité universitaire (niveau, diplôme…)
  • Un contact pour vous joindre (mail, téléphone)

Contexte

  • Le cours / diplôme où vous rendez ce travail
  • Le(s) correcteur(s) / directeur(s) qui va vous lire

Projet

  • titre
  • définition du sujet
  • problématique (en quoi votre sujet concerne-t-il le cours / le domaine / la formation ; montrez son intérêt)
  • corpus (oeuvres littéraires, médiatiques, supports, etc)
  • méthodes (type de critique,  théoricien-clé, école de pensée, outils techniques, façon d’analyser le corpus…)
  • bibliographie indicative: primaire (corpus) et secondaire (critique)
  • plan ou programmation de travail (approximativement)
  • autres : donnez toutes les précisions nécessaires pour qu’on comprenne la spécificité de votre travail et qu’on adapte l’évaluation en conséquence.

En principe, dès le projet les références des oeuvres et ouvrages critiques doivent être correctement présentées. Faites l’effort : cela permet à votre évaluateur / conseiller de juger de votre maîtrise des codes académiques. Suivez le guide ici http://lettunilim.hypotheses.org/36 (lisez ce qui concerne les références).

 

 

[2013-2014] ARCs Expérience du territoire, Artificium

A découvrir en cliquant sur les images

artificium

L’ornement corporel, qu’il soit bijou, parure, tatouage, piercing, élément de performance … constitue les identités dans une culture ou l’apparence compose avec les faits. Élément de communication, il pose quelque chose de notre état d’être au monde. C’est dans ce quelque chose que la Kosmêtîkê technê peut s’exercer… lire la suite

 

territoire

Geste inaugural : en 1968 Robert Smithson proclamait « nous espérons nous libérer du formalisme de l’art pratiqué en atelier, pour permettre au spectateur de se frotter davantage à la matérialité du monde extérieur ». Les earthworks réalisés par les artistes du Land Art au tournant des années 60 et 70 ont dégagé un principe fort… lire la suite

 

 

 

[27 nov. 2013] Journée thématique « Innov’Emoi » Création et Innovation

innovemoi

 

Le 27 novembre 2013,  à la Faculté de Droit de Limoges, aura lieu une journée  sur les thèmes de la création et l’innovation. De la conception au marketing et au financement, l’ensemble du processus de l’innovation fera l’objet de communications de professionnels (designers, architectes, chef d’entreprise…)

 

— Les partenaires de l’événement

  • Master CCIC (FLSH / ENSA)
  • Master Management de l’Innovation (IAE Limoges)
  • Fondation de l’Université de Limoges, CCI Limousin
  • Entrepreneurs locaux (Business Angels Limousin, Bijou, Autonom’lab, Limousin Expansion, Banque Tarneaud)

 

Les intervenants

Thierry Consigny
http://www.agence-saltimbanque.com/

François Seigneur
http://www.eternalnetwork.fr/mot/francois-seigneur

Olivier Sidet
http://www.radidesigners.com/

Frédéric Boudet
http://www.samesameparis.com/

Frédéric Bernardaud
http://www.bernardaud.fr

Jean-Pierre Verspieren
http://www.limousin-businessangels.fr/

André Jaunay
http://www.franceangels.org/

Olivier Pinon
http://www.kaer-splann.com/fr

Benoît Texier
http://lifeds.fr/

Marc Faillet
http://www.limousin.cci.fr/

 

Pour plus d’informations

Site internet : http://innov-emoi.jimdo.com/

Inscription (gratuite) : http://www.weezevent.com/evenement.php?id_evenement=49749&id_page=57098

Contact : conference.innovation@gmail.com

[Cours 2013-2014] Design et artisanat

[Module: semestre 2 UE 5, Design et création]

De John Ruskin et William Morris aux postmodernes via le Bauhaus et l’école d’Ulm, l’artisanat s’est posé comme contre-proposition ou prospective à la production industrielle. Laboratoire technique et artistique autant qu’idéologique, l’endroit de l’artisanat demande à être ré-envisagé en lien avec l’histoire. Une mise en perspective nécessaire à la compréhension des mutations et des formes actuelles de cette relation.

Bibliographie

Jean Baudrillard; Le système des objets, 1968; Gallimard , Paris, 2008

Bernard Blandin; La construction du social par les objets ;PUF, collection Sociologie d’aujourd’hui, Paris, 2002

Andréa Branzi; La Casa Calda, 1984; Editions L’Equerre, 1985

Matthew B. Crawford ; Eloge du carburateur – Essai sur le sens et la valeur du travail, 2009; Editions La Découverte, Paris, 2010

William Morris; L’Age de l’Ersatz et autres textes contre la civilisation moderne (1877-1895); Editions l’Encyclopédie des Nuisances, Paris, 1996

Lewis Mumford; Technique et Civilisation, 1934; Editions du Seuil, Paris, 1950

Norman Potter; Qu’est-ce qu’un designer, 1969; Cité du Design Saint-Etienne, 2011

Richard Sennett; Ce que sait la Main-La culture de l’artisanat, 2008 ; Editions Albin Michel, Paris, 2010

[Cours 2013-2014] De l’Art et La Machine, la genèse du design

[Module:  semestre 1, UE1 Design et création]

Le XIXe siècle avec le début de l’ère industrielle s’accompagnent d’avancées techniques sans précédent qui vont modifier radicalement les systèmes de production. La Machine plus que tout autre chose devient le symbole de cette nouvelle époque.

Les machines transforment le paysage de la société dans sa forme (organisation du travail, nouveaux métiers, nouvelle classe) mais aussi par ses formes (nouvelles esthétiques). Les objets industriels voient le jour et avec eux la question de leur usage. Face à ces produits une nécessité pédagogique et formelle s’impose. Ingénieurs artistes ou esthéticiens industriels s’installent dans les ateliers de production. Débute alors le long processus identitaire du designer.

Avec l’étude de «l’Art de la Machine» nous poserons les bases historiques du design. Nous aborderons de manière discursive les principaux courants stylistiques, les développements techniques et théoriques qui animent le 19eme et le début du 20ème.

Bibliographie

Baudet Jean, De la Machine au Système, Histoire des techniques depuis 1800, Vuibert, 2003

Laurent, Stephane, Chronologie du design, Tout l’Art, Flammarion, 1999

Midal, Alexandra, Design introduction à l’histoire d’une discipline, Agora, Pocket, 2009

Morris William, L’art et l’artisanat, (et autres textes 1889, 1883, 1891) Edition Rivages poche/Petite Bibliothèque, 2011

Noblet, Jocelyn de, Design : le geste et le compas, Paris, Somogy, 1988.

Machine Art, Catalogue d’exposition, Musée d’Art Moderne de New York, 6 mars-30 avril 1934, réédition 1994

[2013-2014] Séminaire « Droit d’auteur »

Droits des auteurs d’œuvres artistiques – Artistes plasticiens

Droit d’auteur, exploitation des droits, droit fiscal et social

 

Module 1 – Principes, contenu et exploitation du droit d’auteur d’œuvres artistiques

9h de cours

  •  lundi 14 octobre 13h30-16h30
  • lundi 18 novembre 13h30-16h30
  • lundi 6 janvier 13h30-16h30
  • vendredi 11 avril 9h-12h / 14h-17h

Contenu de l’enseignement :

–      Objet du droit d’auteur : définition juridique de l’œuvre protégeable

Notion d’œuvre / œuvres libres / œuvres créées par ordinateur

–      Titulaire du droit d’auteur : personne physique / œuvre de collaboration / œuvre collective / œuvre dérivée / conflits possibles avec le droit de la personnalité et le droit de propriété

–      Les droits moraux : droit de divulgation / droit de retrait et de repentir / droit au nom / droit au respect

–      Les droits patrimoniaux : droit de représentation / droit de reproduction / droit de location et de prêt / droit de suite

–      Durée de la protection des droits d’auteur et règles de transmission (successions)

–      Modalités d’exploitation des œuvre et d’exercice des droits patrimoniaux : les Contrats d’auteur (contrats de représentation, contrats d’édition, contrats de commande, etc.).

Intervenant : Antoine Gatet

Juriste en droit du patrimoine culturel et droit de la propriété intellectuelle

Maître de conférence associé en droit de l’environnement, Faculté de droit de Limoges. Titulaire d’un DESS droit du Patrimoine culturel, Faculté de Droit de Sceaux, Paris-Sud. Administrateur de LAC&S, Limousin Art Contemporain Art et Sculpture

Enseignant référent ENSA : Dominique Thébault

 

Module 2 – Acteurs, droits fiscaux et sociaux

1 journée de séminaire 11 avril 2014

3eme, 4eme, 5eme année A et D

 

Contenu du séminaire :

–      Institutions culturelles étatiques et associatives (DRAC/FRAAP)

–      Gestion collective des droits d’auteur : les sociétés d’auteur (ADAGP)

–      Régime social national : la sécurité sociale des artistes-auteurs. Régime général mais structures originales de gestion : Maison des Artistes et AGESSA

–      Régime fiscal national (impôt sur le revenu, TVA, taxe professionnelle, droits de succession, ISF)

Intervenants :

– Monsieur le Conseiller aux Arts Plastiques, DRAC Limousin

– Représentant de la Maison des Artistes

– Représentant de l’ADAGP

– Représentant de la FRAAP

– Représentant de l’administration fiscale

 

Animateurs :

– Dominique Thébault

– Antoine Gatet