Table ronde 5 : Représenter pour légitimer

Représenter pour légitimer : Johanna Besson, Soraya Jasmin, Annabelle Ladrière,

Louise Levrault

Quel point commun peut-il y avoir entre l’archivage et l’exposition du design graphique au musée Kumu à Tallinn, le constat d’une répartition inégale des genres dans les professions culturelles, l’analyse de la fabrication de la programmation culturelle du théâtre de l’Union à Limoges et les processus de constitution des prix littéraires dans la Francophonie ? À première vue, aucun. Et pourtant, tous ces sujets prennent place au sein d’institutions ; un ensemble de normes dans le but de légitimer tel ou tel phénomène et ainsi créer ce que André Comte-Sponville qualifie de « culture solidifiée ».

Or, les différentes thématiques soulevées par les sujets précédemment cités (entrée d’une pratique au sein d’un musée, féminisation et construction d’une profession ou encore la mise en place même d’une institution à part entière) semblent appartenir au domaine de la culture populaire, produites par des industries culturelles et s’opposent à une « culture légitime » mise en avant par Pierre Bourdieu. Même si la démocratisation des cultural studies dès les années 1960, prônant un relativisme culturel, il semble néanmoins qu’il existe toujours une hiérarchie des représentations culturelles. Heureusement toutefois ces hiérarchies évoluent et acceptent en leur sein de nouvelles pratiques et de nouveaux modes de fonctionnement.  

Ainsi, nous pouvons nous demander s’il suffit de représenter pour légitimer, pour solidifier la culture (en reprenant les termes de Comte-Sponville) ? En effet, représenter signifie attirer l’attention de quelqu’un sur quelque chose ce qui implique bien le fait que ladite chose existait avant, qu’elle n’est pas une pratique nouvelle mais qu’elle souffrait seulement de manque de visibilité. En allant plus loin, le terme même de représentation renvoie au monde du spectacle et convoque une idée de mise-en-scène, de jeu et de théâtralité.

De ce fait, nous nous demanderons quels processus sont mis en place pour légitimer la culture sous le prisme de l’institution ? Comment sont justifiées des pratiques mais aussi des professions culturelles ? 

Nous nous attacherons ainsi à comprendre les phénomènes de construction et de programmation dans l’espace institutionnel et nous étudierons également comment l’institution favorise la représentation et « l’empowerment » (terme convoqué par la Museums Association) des pratiques et des individus.

Bibliographie :

  • Clémence Imbert, « Œuvres ou documents ? Un siècle d’exposition du graphisme dans les musées d’art moderne de Paris, New York et Amsterdam (1895-1995) » Université Paris 8, Paris, 2017

Présentations individuelles :

Annabelle Ladrière :Mots-clés : design graphique, graphisme, discipline, arts appliqués, artiste, auteur, Estonie, pays baltes, époque soviétique, URSS, post-soviétique, archives, patrimoine, conservation, mémoires, musées, expositions, collections, Kumu Art Museum, curation, monstration, White Cube, institution, institutionnalisation, reconnaissance, légitimer, contemporain, culture, politiques culturelles artification, empowerment, exposabilité, évolution
Après un DNMADe (Diplôme National des Métiers d’Art et de Design) mention Design Graphique, j’ai décidé de poursuivre dans ce domaine qui offre des champs de recherche larges et variés. Parce que je suis plus particulièrement intéressée par les phénomènes d’institutionnalisation de cette discipline et de sa reconnaissance dans nos sociétés, j’ai décidé de travailler autour de l’archivage et de l’exposition du design graphique en Estonie et plus particulièrement au musée d’art Kumu à Tallinn. L’Estonie se présentant en effet comme un pays riche d’une histoire jalonnée de nombreuses influences étrangères, elle a toutefois réussi à se construire une identité singulière pour laquelle les institutions artistiques se développent et commencent à s’affirmer sur la scène internationale. 

Louise Levrault : Mots-clés : féminisation, femme, genre, sexué, répartition/place/représentation/sous-représentation/inégalité, profession culturelle, institution, culture, musique actuelle, musicienne, interprète, chanteuse
Lors d’une rencontre avec la directrice d’une SMAC, la conversation a tourné sur la place des femmes dans les institutions culturelles. J’ai trouvé cela très intéressant et j’ai voulu m’intéresser à la place des femmes dans les milieux culturels, et notamment du côté du professionnel/institutionnel. Aujourd’hui, il s’agit d’un domaine professionnel et institutionnel qui connaît encore une répartition inégale des genres. Nous pouvons constater que des professions sont plus représentées par des femmes et inversement. C’est dans le domaine des musiques actuelles que j’aimerai m’attarder. 

Johanna Besson :

Mots-clés : Culture, économie, politique, pratique théâtrale, programmateur, programmation culturelle, métier, évolution, génération, réseaux, connaissances, expériences, réalisation, production

À la suite de quelques expériences professionnelles et après la rencontre de certains programmateurs culturels, mon envie d’atteindre ce métier un jour fût une évidence. Je n’ai pu qu’observer les programmateurs, obtenir des programmations mais je ne savais pas comment se fabriquait une programmation culturelle. Dans un premier temps j’ai choisi un champ artistique et culturel, le théâtre, afin de ne pas trop me disperser. Puis j’aimerai savoir comment se construit une programmation de A à Z. Pour cela, j’aimerai questionner des programmateurs de théâtre et principalement les directeurs et directrices du théâtre de l’Union à Limoges. Avec leurs aides, de la recherche et un corpus de programmation je souhaiterai connaitre ce qui les lit, les différencie, à l’aide de quoi ils peuvent fabriquer cette programmation et ce qui l’entoure, que ce soit l’équipe, le réseau, les actions culturelles… 

Soraya Jasmin :Mots clés : dramaturgie, théâtre, prix, jury, évolution, francophone, auteur·e·s, réseau, production, diffusion, programmation, Afrique-Caraïbes
Après une licence en Haïti en Patrimoine, art et culture, j’ai passé plus de 5 ans à travailler dans le secteur culturel haitien en tant que chargée d’actions culturelles et responsable de la billetterie et des bénévoles pour l’un des plus grands festivals de théâtre du pays. Mon travail au sein de cette association qui organise le festival 4 chemins (festival de théâtre en Haïti)  m’a permis de migrer en France pour travailler avec le festival des Francophonies – des écritures à la scène. Au sein de ce dernier, je me suis intéressée aux politiques culturelles, au mode de fonctionnement des structures culturelles francophones/ françaises et particulièrement à l’écriture dramatique (auteurs, prix littéraires, programmation et diffusion). Mon travail de recherche en master CCIC, serait d’étudier comment sont mis en place les prix littéraires, la constitution des comités de lecture (Jury), le choix des textes sélectionnés et le processus de diffusion et de programmation de ces textes primés particulièrement ceux issus de l’espace Afrique-Caraïbes.

Table ronde 4 : “Arts et engagements”

Arts et engagements : Marina Dechelotte, Theïa Weigel, Maëlys Giffaut, Morgane Santos

Mots-clés : Normes sociales/esthétiques/politiques, marge, légitimité, projet politique et social, engagement, cinéma,  cirque, littérature, militantisme, accessibilité, participation, impact sociétal et individuel, processus créatif, processus de production, réalités sociales, discriminations

Nos quatre sujets ont en commun la notion d’engagement à travers l’art. En effet, l’art est peut être considéré engagé dès lors qu’il est un outil servant à défendre un projet politique et/ou social. L’engagement des artistes à travers leurs œuvres peut s’opérer aussi bien du point de vue esthétique que celui des thèmes qui sont abordés. Que ce soit par sa pratique et/ou sa diffusion, il vise à marquer la société et, plus spécifiquement, à influer sur celle-ci. Que ce soit par son contenu, sa forme ou sa diffusion, l’art peut avoir pour objectif de créer un lien social servant un projet politique. 

Dans nos sujets de recherche, nous interrogeons la manière dont les artistes interpellent, éveillent les consciences et rassemblent. Tout ceci peut passer par  l’information, le témoignage, la conscientisation et/ou la volonté de participation. La notion de réception peut être également au centre de nos recherches respectives. Si l’on se fie à la définition du terme « réception » : « Fait, pour un destinataire, de recevoir quelque chose », cela signifierait que les artistes créent, à dessein, pour autrui, et plus généralement pour la société. C’est pour cette raison que s’ajoute à leur art l’aspect collectif. Les artistes engagé.e.s que nous avons chacune décidé d’étudier réfléchissent à la façon dont ils/elles peuvent toucher leur audience/touchent inconsciemment tout en montrant les réalités sociales et en restant fidèles à leurs choix esthétiques et idéologiques. Ils/elles n’hésitent donc pas à rompre avec les normes déjà établies, qu’ils/elles refusent dans le but d’aspirer à un changement dans la société.

L’engagement par l’art : 

Nous pouvons ainsi nous demander si l’art est au service d’un projet politique :

  • Quelles formes d’engagement existent ?
  • Quel impact peut avoir l’art sur les codes et les normes établies ?  Et en quoi pourrait-il les déconstruire voir les changer ? (normes politiques sociales et esthétiques, question de la représentativité/visibilité, question de la légitimité)

La question de la réception : 

  • De quelle manière et par quels moyens l’artiste peut impacter son audience ? (participation, pratique amatrice, informatif, empathie, représentativité/visibilité).
  • Comment les marges peuvent-elles tenter de faire contrepoids à l’hégémonie politique et culturelle grâce à l’art ?

Bibliographie : 

COOKE, Lynne, APPLAGNAT, Marie, Enigme autodidacte – The Self-taught Riddle, Snoeck Publishers, coll « Art Contemporain », 2021.

DEL VALLE DÁVILA Ignacio, Le nouveau cinéma latino-américain : (1960-1974), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, (Des Amériques).

DEL VALLE DÁVILA, Ignacio, Le « Nouveau cinéma latino-américain » : un projet de développement cinématographique sous-continental, Thèse de doctorat : Musique, musicologie et arts de la scène, Université Toulouse le Mirail – Toulouse II, 2012. En ligne: <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00782109>, consulté le 11.11.2021.

KOVACSHAZY, Cécile, « Littératures romani : cas exemplaire de la littérature-monde ? (illustrations à partir d’auteurs autrichiens) », Études Tsiganes, 2008, n° 36, no 4, p. 136‑145.

LIEGEOIS Jean-Pierre, Roms et Tsiganes, Paris, La Découverte (coll. « Repères »), 2019.

MAIZELS, John, L’art brut : l’art outsider et au-delà, Phaidon Press Ltd., coll « Beaux-Arts », 2003.Présentations individuellesMaylis :

Mots-clés : Cinéma Latino-américain, Nouveau Cinéma Latino-américain, décolonisation culturelle, révolutionnaire, avant-garde, transformation sociale, expérimental, militant, participation sociale, libération, années 60, réalités sociales, processus de production.

    En troisième année de Licence de Lettres, j’ai pu découvrir les différents mouvements cinématographiques qui ont pu éclore dans le continent latino-américain grâce à l’Enseignement d’Ouverture “Cinéma d’Amérique-Latine”. Je me suis par la suite davantage intéressée par le Nouveau Cinéma Latino-américain. En effet, il y a très peu d’études en langue française sur le sujet. Je trouve aussi qu’il est important de valoriser le cinéma latino-américain, qui, par sa diversité, constitue une cinématographie esthétique très féconde.

Dans le cadre de ma recherche, j’aimerais analyser le travail effectué par ces cinéastes engagés dans le projet cinématographique du Nouveau Cinéma Latino-américain, défini comme expérimental, militant et qui rompt avec les codes du cinéma hollywoodien. Il porte un intérêt pour les problématiques sociales et politiques. La notion de révolution est au cœur de ce projet. 

    Je vais démontrer qu’est ce que le cinéma révolutionnaire et anticolonial avec l’exemple du NCL. 

Pour cela, je vais partir de leur manifestes, théorisant les idées et esthétiques qu’ils vont mettre en pratique pour ensuite analyser la réalisation des films avec la forme et les thèmes abordés. Enfin, étant dans un master intitulé “Création Contemporaine et Industries culturelles”, je trouve également pertinent de s’intéresser au processus de production de ces films. Une réflexion quotidienne était posée sur la place du cinéma dans le système de production et de distribution capitaliste.  Leur volonté était que leurs films ne soient pas des produits de marchandise mais qu’ils soient une participation sociale, amenant à une révolution.

Theïa :

Mots-clés : Cirque, art populaire, légitimité, pratique amatrice, accessibilité, projet socioculturel, lien social, actions culturelles, création artistique, territoire

    Le cirque, en tant qu’art populaire, a longtemps été considéré comme un divertissement plutôt que réellement comme un art. Depuis l’avènement du nouveau cirque, qui bouleverse les codes du cirque traditionnel et décloisonne les disciplines, c’est un art qui obtient de plus en plus de reconnaissance au niveau des institutions. Cependant, de nombreux préjugés subsistent. Le cirque est encore peu reconnu dans la communauté artistique. Les élites lui préfèrent souvent le théâtre ou l’opéra. C’est un art qui reste très libre et indépendant, ouvert à la pratique amatrice, et dont les artistes cherchent l’accessibilité et rejettent souvent l’intellectualisation de leurs spectacles. Des compagnies comme le cirque du Gamin construisent, par leurs spectacles et leurs conception du cirque, un projet social : créer du lien social par les rencontres, les spectacles, ainsi que les actions culturelles qu’ils mènent sur le territoire. La création artistique est envisagée à travers le territoire et la politique sociale, et n’est pas indépendante d’un public qui est est partie prenante dans l’élaboration d’un projet culturel et artistique.

Marina :

Mots-clés : Seconde Guerre mondiale, discriminations  raciales et politiques d’exclusion, Rroms, génocide tsigane,  littérature,  littérature romani, analphabètes.

Lorsqu’il est question des crimes perpétrés durant la Seconde Guerre mondiale, l’inconscient collectif a tendance a utilisé le terme de « Shoah ». Il s’agit, en fait, d’un terme hébreu traduit par « catastrophe » ; de ce fait, parmi toutes les communautés qui ont souffert des camps, il ne désigne que les Juifs. Pourtant, la deuxième communauté à avoir été exterminée massivement par les nazis est la communauté tsigane. Ayant subi discriminations raciales et politiques d’exclusion par de nombreux gouvernements européens, les Tsiganes, ou Rroms tels qu’ils s’y réfèrent eux-mêmes, n’ont pas été épargnés par le IIIème Reich. Le génocide tsigane, appelé Porajmos, est un génocide, certes reconnu, mais oublié. Paradoxal, il est vrai, mais son impact sur l’inconscient collectif ne semble pas aussi important que l’est celui de la Shoah. Pourtant, face au silence de l’après-guerre, des auteurs rroms vont témoigner et faire entendre leur voix grâce à la littérature. Ces textes entrent dans le genre de la littérature romani qui est une littérature à propos des Rroms et écrite par les Rroms. Ils participent également au devoir de mémoire du génocide tsigane. L’objectif de ces auteurs, tels que Matéo Maximoff, Ceija Stojka ou encore Raymond Gurême, est de mettre en lumière une partie de l’Histoire qui est encore sombre. Il s’agit d’éduquer et de faire se souvenir non seulement les vieilles et jeunes générations, mais aussi les Rroms et les Gadjé (non-rroms). Cette littérature romani à propos des camps a deux fonctionnalités : la première, qui est la plus évidente, le devoir de mémoire ; et la seconde qui est de déconstruire le stéréotype affirmant que les Rroms sont généralement analphabètes ou non-éduqués.

Morgane :

Mots-clés : norme, marge, schizophrénie, évolution, art brut, autodidacte, œuvre, pouvoir libérateur, critiques, non-public, impact, enfermement 

Au terme de ma licence en Lettres, j’ai décidé de faire un master qui forme aux métiers de la culture, le master CCIC. J’ai toujours eu à cœur les « non-publics ». Si au départ je souhaitais m’intéresser à l’impact d’un art dans des situations incongrues (milieux ruraux), j’ai ensuite choisi de me demander comment une personne qui n’est pas destinée à faire de l’art finit par faire de l’art et quel est l’impact sur son existence (milieux défavorisés). Ces questionnements ont découlé sur d’autres questionnements et c’est ainsi que sont nées les problématiques suivantes : Comment une personne atteinte de schizophrénie se libère-t-elle par l’art ? Comment son art permet-il de faire évoluer la norme ? Je crois que c’est le propre de tous les sujets de recherches que d’évoluer, mais je sais désormais que je souhaite m’intéresser au pouvoir libérateur de l’art et interroger les normes dans l’art. 

Table ronde 3 : “Femmes et arts”

Femmes et arts : Marine Breffort, Manon Philippon, Maeva Soury, Lise Tenissen

Les pays occidentaux vivent une quatrième vague du féminisme depuis 2010. La question du genre est dans tous les esprits, à commencer par ceux des plus jeunes. Les choix de nos sujets sont très représentatifs de cette pensée née sur les réseaux sociaux. Nous cherchons à interroger les constructions modernes à travers l’art. L’art est l’un des moyens d’expression les plus libres qui soit, ainsi, les artistes parviennent à faire passer beaucoup de messages à travers leurs productions. C’est ainsi que nous nous pencherons sur le rapport entre l’art et le féminisme par le biais de deux axes: la représentation du féminin dans l’art et l’art par les femmes. 

Sous-axes :

Les représentations du féminin dans l’art: perpétuer une tradition artistique

L’invisibilisation des femmes artistes

la représentation de la femme dans le domaine artistique

Questions : 

Représentations féminines: revoir les traditions dans l’art (Marine, Lise et Maëva, peut-être un peu Manon): En quoi les représentations du féminin dans l’art peuvent-elles s’avérer problématiques? En quoi elles peuvent aussi être une solution aux problèmes liés au genre?

L’art par les femmes: quels enjeux (plus focus sur Marine x Manon): quels sont les enjeux de l’art au féminin? Pourquoi est-il important pour le féminisme? (Désinvisibiliser les artistes féminines)

Quelles sont les revendications des femmes par leurs arts? Quelles idées défendent-elles?

En quoi le travail artistique des femmes peut-il être dévalorisé par la société ?  

Présentations individuelles :

Marine : La représentation des femmes artistes dans les musées et galeries aux USA des années 60 aux années 2000

Mots-clés : femme, art, féminisme, genre, minorité, usa, contemporain, happening, affiche, installation, représentation, musée, galerie, histoire

J’ai choisi ce sujet grâce à une de mes professeurs de licence qui m’a fait comprendre la situation précaire des minorités dans le monde de l’art. après ça j’ai lu le livre tout le monde peut être féministe de Bell Hooks et j’ai compris que les valeurs féministes n’étaient pas comprises de toute à l’époque. et en visitant plusieurs musées et galeries j’ai remarqué que la plupart des œuvres de l’époque étaient faites par des hommes j’ai donc décidé d’étudier pour ce phénomène récurrent. j’ai choisi de me concentrer sur les usa car c’est un pays que j’ai beaucoup étudié en licence grâce à ma licence llcer. et j’ai choisi cette période car elle commence au début de la seconde vague du mouvement féministe aux usa et car c’est une période histoirique très riche. 

Mon but est de montrer l’inégalité que les femmes devaient subir dans la vie courante mais surtout dans le monde de l’art en mettant en avant 3 artistes symboliques de l’époque choisie. 

Manon : La représentation des femmes costumières dans le spectacle vivant

Mots-clés : femme, couture, vêtement, costumier·ère, spectacle, représentation, métier, féminisation, création

Ce sujet je l’ai choisi car j’aimerai déjà dans un futur proche, je l’espère, devenir costumière. Depuis quelques années je coud et c’est quelque chose que j’aime beaucoup. J’ai donc décidé de présenter le métier de costumier dans des institutions culturelles. Cela me permettra de me rapprocher du métier que je veux faire et aussi aborder le sujet de la créativité de ce métier. J’aborde le côté féminin de ce métier car il est assez rare de croiser un costumier. J’aimerai donc me porter sur la question pour déterminer pourquoi ce métier est beaucoup représenté par des femmes.

Lise : Étude de comment les autrices d’essais féministes aborde le viol dans leurs essais.

Mots-clés : femmes, essai, autrices, genre, masculinité, autoritarisme, viol, domination, culture, témoignages, féminicides, minorités

J’ai choisi ce sujet à la suite de lectures féministes. Dans notre société moderne, post-MeToo, la parole des victimes est de plus en plus écoutée cependant, il existe encore de nombreux problèmes liés à ce sujet. La remise en cause de la parole de la victime, la justice qui “à du mal” a condamné les violeurs etc. Il me semblait intéressant d’étudier comment les autrices d’oeuvres féministes, soient d’oeuvres engagées, aborde la question du viol. Est-ce par témoignage ? Statistiques ? etc.

Maëva : L’influence des wiccans sur les productions contemporaines

Mots-clés : représentation, sorcière, oracles, écoféminisme, minorité, martyre, tradition, art, peinture, intuition, émotion, “care”

Très engagée, je voulais un sujet qui me représente. Pour moi, s’il existe bien une figure qui incarne à la fois l’engagement écologique et le féminisme c’est bien celle de la sorcière, celles que l’on appellerait aujourd’hui les wiccans modernes. Cela dit, je suis peu familière avec leurs pratiques, cependant, il en existe une que je trouve particulièrement accessible: les jeux d’oracles. Je voue une certaine fascination pour cet objet de plus en plus utilisé et j’ai fait le choix de me pencher dessus pour étudier les wiccans. En effet, il s’agit d’un objet à diverses visées qui a recours à un large panel de thématiques qui se rejoignent toutes. Beaucoup d’oracles dépeignent notamment des figures féminines perpétuant ainsi une longue tradition dans l’art. ce que je cherche à comprendre par le biais de mes recherches c’est cette réelle résurrection des sorcières du xxième siècle et le boom des pratiques telles que l’usage des jeux d’oracles.

 

Bibliographie

  • Marine

Bell Hooks, Tout le monde peut être féministe

Lemoine Stéphanie, Ouardi Samira, Artivisme : art, action politique et résistance culturelle 

Linker Kate, Love for Sale : The words and pictures of Barbara Kruger 

Sabine BREITWIESER, Carolee Schneemann : Kinetic Painting 

  • Manon

BASSO FOSSALI Pierluigi, « Habiller les personnages, revêtir la chair », Signata. Annales des sémiotiques / Annals of Semiotics, 1 juillet 2020, no 11.

VIEMONT Gaëlle, « Des costumiers aux costumières. Processus et conséquences d’une féminisation du secteur professionnel », OpenAIRE.

L’analyse des spectacles: Théâtre, mime, danse, danse-théâtre, cinéma, https://www.babelio.com/livres/Pavis-Lanalyse-des-spectacles-Theatre-mime-danse– danse/194115, consulté le 4 janvier 2022.

SOPHIE KURKDJIAN, A lire « Le costumier, ou la mémoire dans la fibre », s.l., Histoire et mode (coll. « Histoire et mode »), 2014.

GIUA Vera Pierantoni, « Habiller l’acteur, habiller le personnage. Anthropologie des costumes de spectacles au Xxème siècle », p. 672.

VALESKY Madison M, « Gender Disparity of Women in Theatre Design », p. 23.

  • Lise

King Kong théorie – Virginie Despentes, 2006

Les Couilles sur la table – Victoire Tuaillon, 2019

(Ces hommes qui m’expliquent la vie – Rebecca Solnit, 2018)

  • Maëva

Chollet Mona, 2018, Sorcières : la puissance invaincue des femmes, Zones.

Berger Helen A, 1999, A Community of Witches: Contemporary Neo-Paganism and Witchcraft in the United States, Studies Comparative Religion, Columbia, S.C.: Université of South Carolina Press.

Berger Helen A, and Ezzy Douglas, 2007, Teenage Witches: Magical Youth and the Search for the self, New Brunswick, N.J: Rutgers University Press.

Howard Michael, 2010, Modern Wicca : A History from Gerald Gardener to the Present, 1st ed., Woodbury, Minn: Llewellyn Publications.

Magliocco Sabina, Neo-Pagan Sacred Art and Altars: Making Things Whole, Folk Art and Artists Series, 2001, Jackson: University Press of Mississippi.

Rountree Kathryn, 1999, « THE POLITICS OF THE GODDESS: Feminist Spirituality and the Essentialism Debate », Social Analysis: The International Journal of Social and Cultural Practice, 1999, p. 138‑165.

Scott Cunningham, 2021, La Wicca – Grimoire de magie blanche – Poche, J’ai Lu.

Scott Cunningham, 2013, La Wicca Guide de pratique individuelle, J’ai Lu., (coll. « Aventure secrète »).

Sorita d’Este et David Rankin, 2016, Wicca : aux origines de la magie – broché, Danae Editions., (coll. « Danae »).

Starhawk, The Spiral Dance: A Rebirth of the Ancient Religion of the Great Goddess, 1999, Special 20th Anniversary Edition, Harper Collins.

Thompson Charis, 2006, « Back to Nature?: Resurrecting Ecofeminism after Poststructuralist and Third‐Wave Feminisms », Isis, 2006.

Table ronde 2 : “Musiques Actuelles”.

“Musiques actuelles” : Isaline Leuridant, Médoune Mbengue, Mathilde Poirier

Provenant du ministère de la culture, l’appellation musiques actuelles regroupe les différents styles musicaux datant de la fin du XXème et du début du XXIème siècle. À l’origine, les musiques actuelles sont nées de la rencontre entre musiques noires et musiques blanches aux États-Unis. Elles comportent donc le jazz, la chanson, les musiques traditionnelles, le rock, la pop, les musiques électroniques et le hip-hop.

Ce rassemblement semble clair, pourtant, il reste très difficile de comprendre le sens et les enjeux des musiques actuelles. En effet, on assiste maintenant à l’évolution et à l’adaptation des musiques, en raison de l’évolution technologique et des rencontres culturelles. Cette évolution a permis la création de nouveaux styles, de nouvelles mélodies, de nouveaux moyens. Cela donne lieu à des hybridations, et donc, à de nouveaux genres. Les musiques actuelles sont donc en constante évolution, contrairement aux musiques dites savantes : “Les musiques actuelles, qui recouvrent une grande variété de pratiques artistiques, sont à comprendre dans leur actualité même, dans leur contemporanéité.”, ainsi que l’affirme la chercheuse Gaëlle Debeaux.

Nos trois sujets de recherche s’intéressent justement à cette contemporanéité des musiques actuelles. Ainsi, à travers nos objets d’étude, nous nous interrogeons tous trois sur cette appellation, et chercherons à montrer son ambivalence. 

Il s’agira donc dans le cadre de cette table ronde de questionner ces notions via différentes thématiques telles que notre rapport à l’adjectif  “actuelles” dans nos propres sujets de recherche, à travers les genres musicaux que nous étudions. Nous traiterons également du rôle du texte dans la catégorisation en tant que musiques actuelles, les particularités des concerts, lives et festivals de nos corpus, pour terminer avec la notion d’engagement qui ressort de nos sujets, et qui est récurrente aux musiques actuelles. 

 

Medoune Mbengue : J’ai fait une licence de lettres au Sénégal à l’Université Gaston Berger de Saint Louis. Actuellement, je vise le double diplôme ( Master en TRM et CCIC). Étant artiste et passionné de musique, particulièrement le rap, j’ai déjà réalisé mon mémoire sur la contestation dans le rap en m’appuyant sur l’exemple de Youssoupha. Pour cette année, je continue toujours de travailler sur le même thème dans un contexte différent. Je me suis proposé d’explorer dans ce présent mémoire “ La place du rap dans les festivals francophones et la question des langues africaines”. 

 

Isaline Leuridant : Après avoir obtenu une licence de lettres, j’ai débuté un master CCIC, souhaitant m’orienter vers un métier lié au domaine de la culture. À travers mon sujet de recherche, je souhaite étudier le mariage de deux domaines qui m’intéressent tout particulièrement : la musique et les arts visuels. Grâce aux technologies actuelles, ceux-ci se rencontrent de plus en plus, pour créer des projets complets et immersifs. Ainsi, mon sujet de mémoire s’intéresse aux nouveaux univers fictifs qui prennent forme dans le domaine des musiques actuelles : les groupes de musique virtuels. 

 

Mathilde Poirier : Au cours de ma licence de lettres, j’ai pu faire l’étude d’objets d’art tournés vers les pratiques conventionnelles. En tant qu’artiste passionnée, et riche des différentes approches de l’art qu’a pu m’apporter mon diplôme, je souhaite diriger mon travail vers les pratiques des arts du spectacle et notamment vers l’univers colossal des musiques actuelles. Ainsi, mes recherches portent sur l’influence que confère le jazz aux musiques actuelles américaines des années 70, et notamment à la soul, genre qui me tient particulièrement à cœur. 

Références bibliographiques :

RYAN Marie-Laure, « Le transmedia storytelling comme pratique narrative », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2017, no 10, p. 1-14. En ligne : , consulté le 23.12.2021. 

SAMUTINA Natalia, Plastic Beach Utopia: Gorillaz’ Multimedia Concept Project In The Context Of Contemporary Popular Music Culture, s.l., National Research University Higher School of Economics (coll. « HSE Working papers »), 2014, p. 1-25. En ligne : , consulté le 11.11.2021. 

Table ronde 1 : “Arts et numérique”

Arts et numérique : Maïssa Atallah, Manon Barraud, Alizée Cortinovis

La « révolution numérique » désigne le bouleversement profond des sociétés provoqué par l’essor des techniques numériques telles que l’informatique et le développement du réseau Internet.

Cette révolution numérique a permis la transformation et l’émergence de nouvelles pratiques sociales, en particulier dans le champ culturel et artistique. Nous répondrons alors à la question : En quoi l’ère numérique a-t-elle permis l’émergence de nouvelles pratiques sociales et usages dans le champ culturel et artistique ?

À travers nos 3 sujets, nous avons affaire à 3 axes de ces bouleversements faits par le numérique : en premier lieu un bouleversement musical, ensuite une transformation de la photographie engagée et enfin l’avènement du numérique au travers de l’art contemporain. 

L’enjeu au travers de ces 3 axes est de dépeindre comment la société a été bouleversée par les changements technologiques et en quoi cela impacte les différentes pratiques artistiques et culturelles. Le point convergent à ces transformations par le numérique est surtout une accessibilité toujours plus grande et par le plus grand nombre.

On peut expliquer ce choix de sujet par la place centrale du digital et des questionnements qui y sont liés au cœur de notre génération.

Présentations individuelles :

Manon : La musique depuis l’émergence du numérique

Ayant réalisé une licence de lettres, j’ai eu envie d’étendre ma connaissance de la culture à d’autres arts, à commencer par la musique car cela me passionne depuis toujours, et en particulier son évolution depuis ces dernières années avec l’avènement du numérique. En effet, si l’on compare les XXe et les XXIe siècles musicalement parlant, il est évident que ses moyens d’écoute et de consommation ont connu un bouleversement radical sans précédent. C’est pourquoi, à titre personnel, j’ai choisi de m’interroger sur ce basculement d’une époque riche historiquement en musique à une nouvelle ère qui connaît un succès plus spécifique mais tout aussi important. De plus, dans mon mémoire, je m’aviserai de démontrer combien l’apparition des plateformes de numérique a provoqué une mutation dans les genres musicaux eux-mêmes. Pour être plus précise, les plus grands consommateurs de musique via le numérique sont les jeunes et écoutent majoritairement du rap ou du r’n’b, tandis que les générations âgées qui sont plus sensibles à la variété française achètent des disques. C’est de ce clivage à proprement parler sur lequel je m’appuierai pour l’élaboration de mon mémoire.

Maïssa : La photographie engagée dans l’ère numérique

Depuis l’émergence de l’internet participatif, ainsi que des réseaux sociaux, la carrière de l’artiste a fortement évolué. L’ère numérique a transformé l’usage de la photographie, qualifié comme étant intrinsèquement mutable et comme nouveau moyen de communication. L’image devient un usage accessible à tous. 

En conséquence, la photographie acquiert une certaine autonomisation suscitée par les instruments médiateurs. Ainsi qu’une transformation des processus de production et de diffusion. Dorénavant, “les réseaux informels et décentralisés” sont des dispositifs de vitrine digitale. Par ailleurs, la carrière du photographe doit se confronter à cette masse numérique, et donc une forte instabilité. 

Ce qui nous amène à nous questionner sur la représentation de la photographie engagée au sein de l’ère digitale. Quelles sont les limites auxquelles elle doit s’exposer ? À plus forte raison, qu’il s’agit d’une catégorie appartenant à un mouvement radical des images et a comme initiative de susciter des réactions. En admettant que la viralité produite par les réseaux sociaux augmente les accusations et polémiques. Il est intéressant de comprendre si la photographie engagée – qui a pour but de dénoncer des situations sociales, politiques, écologiques, économiques et symboliques – à subit une évolution où a été impacté par ces transformations digitales. 

Alizée : L’immersivité plastique dans le champ de l’art contemporain : Le spectateur au cœur d’un dispositif multifacettes

Passionnée par l’art contemporain, j’ai souhaité concentrer mes recherches sur l’art numérique, et en particulier sur l’art immersif. Je souhaite rendre compte de la complexité des dispositifs immersifs réalisés dans divers buts au sein même de notre société et prouver que l’art numérique ne se limite pas à de simples écrans.

L’immersivité numérique que je souhaite mettre en lumière met au cœur le spectateur dans la démarche artistique et sociétale. La sensibilité du spectateur au cœur des installations immersives sert à l’art contemporain d’être entendu par le plus grand nombre, l’immersivité sert également à but commercial et économique, et enfin, cette immersivité est mise à profit afin de sauvegarder des œuvres d’art au sein de différentes institutions muséales, afin d’être disponible par le plus grand nombre.

Le point commun entre toutes les facettes de l’immersivité est le spectateur. Placé au centre de la création, il représente la clé liant l’œuvre avec le monde extérieur. J’aimerai mettre en lumière cette place du spect-acteur dans l’immersivité contemporaine.

Bibliographie :

ANDRIEU Bernard, BERNARD Anaïs, « Les arts immersifs comme expression spatiale du sensible », Corps, numéro 13, CRNS Editions, 2015, pages 75 à 81 

COUCHOT Edmond, HILLAIRE Norbert, L’art numérique – Comment la technologie vient au monde de l’art? ed.Champs arts,  2003

DONNAT Olivier, Les pratiques culturelles à l’ère numérique – Enquête 2008, chapitre V, ed.Hors collection Sciences humaines et Ministère de la culture et de la communication, 2008

GUNTHERT André, L’image partagée – La photographie numérique, ed.TEXTUEL, Illustrated edition, 2015

[2021-22]. Tables rondes du M1 CCIC – Mémoire, bilan et rédaction partielle

3 mai 2022, 9h-13h – Salle des Actes – Université de Limoges (FLSH)

Organisées dans le cadre du cours “Mémoire, bilan et rédaction partielle” (Lucie Amir, Natacha Levet), ces rencontres ont pour vocation de faire dialoguer les étudiant·e·s du master 1 CCIC, entre eux et avec des discutant·e·s extérieurs, doctorant·e·s du laboratoire EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles). Préparés par les étudiant·e·s, les thèmes présentés ci-dessous serviront de point d’entrée à chacune des tables rondes. Ces échanges se dérouleront en cinq temps, distinguant cinq groupes et cinq axes de discussion. 

Programme général

8h45 : Accueil et introduction (Lucie Amir, Natacha Levet)

9h :  Arts et numérique

Avec Maïssa Atallah, Manon Barraud, Alizée Cortinovis. Animée par Flavie Falais

9h45 :  Musiques actuelles

Avec Isaline Leuridant, Medoune Mbengue, Mathilde Poirier. Animée par Naomi Moussounda

10h30 :  Femmes et arts

Avec Marine Breffort, Manon Philippon, Maeva Soury, Lise Tenissen. Animée par Eugénie Péron-Douté

11h15 : Pause 

11h30 : Arts et engagements

Avec Marina Dechelotte, Maylis Giffaut, Morgane Santos, Théia Weigel. Animée par Yvan Chasson et Lyne Hervey-Passée

12h15 : Représenter pour légitimer

Avec Johanna Besson, Soraya Jasmin, Annabelle Ladrière, Louise Levrault. Animée par Nicolas Piedade

[COURS 2020-2021]. M1 « Mémoire 1 : bilan & rédaction partielle »

Tables rondes du master CCIC – 28 avril – 9h – 12h30

Organisées dans le cadre du cours “Mémoire, bilan et rédaction partielle” (Natacha Levet, Lucie Amir), ces rencontres entendent faire dialoguer les étudiant·e·s du master 1 CCIC, entre eux et avec des discutant·e·s extérieurs, à partir des sujets de leurs mémoires de recherche et autour de thématiques problématisées qui les font se rencontrer. Ces échanges se dérouleront en quatre temps, distinguant quatre groupes et quatre axes de discussion. Pour suivre la journée (en ligne), écrire à lucie.amir@unilim.fr.  

9h : Introduction 

9h15 : Table ronde 1 : “Politiques culturelles / prescription culturelle” (Elsa Plouthounesy, Camille Manuel, Quentin Daniel). Animée par  Natacha Levet et Lucie Amir

10h : Table ronde 2 : “Art et minorités” (Lucie Vignane, Jean Erian Samson, Léa Georges). Animée par Álvaro Luna-Dubois

10h45 : Pause 

11h : Table ronde 3 : “La place du spectateur dans l’art” (Maurinne Bonnet, Léa Welsch, Charlotte Flacassier). Animée par Flavie Falais

11h45 : Table ronde 4 : “Stratégies de promotion” (Manon Bernard, Zofia Kaczmarek, Maxime Verhaeghe, Salomé Mamy). Animée par Thaïs Barbosa De Almeida

12h30 : Conclusion

Programme détaillé


Table ronde 1 : “Politiques culturelles / prescription culturelle”

Nos 3 sujets se rassemblent autour du thème des politiques et prescriptions culturelles historiques. L’enjeu est d’observer la relation entre des politiques culturelles qui s’effectuent sur un territoire rural et une ambition étatique qui se veut à l’échelle nationale voire internationale. De même quelle influence une affaire ayant eu lieu dans les années 1930 a-t-elle eu sur les territoires ruraux ou encore dans les mondes francophones?

Cette discussion vise à prendre un point de vue, parfois rural, tantôt historique ou à dimension internationale d’une politique culturelle. 

Questions:

  • Quelles relations entre la politique culturelle sur un territoire et la Cité Internationale de la langue française ?
  • Quels échos pour l’affaire Stavisky à l’échelle internationale et dans les mondes francophones?
  • Quelle place occupe la ruralité dans les politiques culturelles sur les territoires francophones?
    • Le soft power issu de la diplomatie culturelle étatique trouve-t-il une scène locale (en plus de celle nationale) ? (Notion de « posture diplomatique », les nouveaux acteurs (orga/acteurs transnationaux ou supranationaux) complètent la DC (multinationales, ONG, entrepreneurs, parlementaires, acteurs, chanteurs, sportifs) = nouvelle forme de diplomatie culturelle régalienne étatique ou supranationale qui complètent la diplomatie traditionnelle (Chobanova 2018)).
  • De la même manière, comment déconstruire le soft power qui imprègne la diplomatie culturelle et notamment à travers les politiques publiques françaises et au niveau local ?
  • La CILF (Cité internationale de la langue française) ne témoigne-t-elle pas elle aussi d’une fétichisation du patrimoine (Kessler 2018, p. 273) ?
  • Stavisky est-il un acteur culturel du Paris des années 30 ? Quelle influence de l’affaire sur les milieux ruraux ?

Quentin: Les nouveaux acteurs de la diplomatie culturelle française

Suite à une licence d’anglais que j’ai terminé au Danemark, je me suis découvert une passion pour la diplomatie culturelle et les relations internationales. Lors de mon expérience au Danemark j’ai principalement travaillé sur les mondes anglophones et notamment les diplomatie culturelle américaines et soviétiques. J’ai donc souhaité travailler sur la diplomatie culturelle cette fois plus française et francophone et notamment quelle forme cette dernière prend sur les territoires francophones.

Camille : L’affaire Stavisky

Depuis bien longtemps, l’affaire Stavisky est un sujet qui me passionne. Ma licence de lettres-édition communication n’a fait que renforcer mon envie de travailler sur cet événement qui a marqué la Troisième république. Pour ce mémoire, j’ai décidé de me concentrer sur l’influence de cette affaire sur les industries culturelles et médiatiques en étudiant différents médias et objets culturels sur une période bien précise c’est-à-dire de 1934 aux années 70. J’espère continuer mes recherches dans le cadre d’un doctorat.

Table ronde 2 : Art et minorités

« La culture est une arène de combat », affirme le penseur kenyan Ngugi wa Thiong’o. Les systèmes impérialistes ont toujours su comment manipuler cette arme redoutable afin d’étendre leur suprématie. D’où la naissance des frontières symboliques entre un centre qui se veut être consécrateur et des périphéries, en pensant ici aux colonisés contraints d’être des satellites oscillant autour de ce centre. Ce schéma fait partie intégrante du système capitaliste patriarcal motivé par des ambitions politiques, économiques et hégémoniques. Ce système se manifeste par la domination, la discrimination, l’exploitation démesurée de la nature et la misogynie, pour ne citer que ça. 

Ainsi, les productions culturelles mondiales qui s’inscrivent dans une logique de dénonciation de ce système impérialiste et contre l’orthodoxie établie – luttes souvent portées par des minorités (les colonisés, les femmes) – se retrouvent confrontées à des instances de consécration et parfois même écartées. Selon Pascale Casanova – en parlant de la littérature mondiale -, la valeur littéraire (nous ajoutons artistique) se constitue à l’international dans un espace structuré par des rapports de forces inégaux. Que ce soit à travers les productions littéraires des colonisés notamment des revues littéraires, en touchant les festivals de musiques alternatifs ayant pour volonté d’embrasser les luttes écologiques et l’engagement des femmes dans la musique afin de dénoncer le patriarcat, la misogynie, nos trois sujets aborderons les créations artistiques et littéraires de ces minorités tout en questionnant les formes d’engagement qui les motivent. 

Ce qui nous amène à nous poser ces questions : Comment l’art permet aux minorités de se positionner face à l’hégémonie politique et culturelle ? Quelles formes d’engagements traversent les propositions artistiques des minorités ? La création contemporaine estampée par ce système global présente-t-elle un handicap aux luttes sociales menées à travers l’art ? Quelle alternative pour les minorités ? Nous tenterons de répondre à ces interrogations, en soulevant d’autres problématiques sous-jacentes qui porteront sur les dérives d’un engagement qui fait vendre. Aussi s’agira-t-il d’observer les conséquences de ces objets culturels étudiés sur la société dans son ensemble. 

Léa Georges : Après avoir obtenu une licence Histoire de l’art, j’ai décidé de faire le master CCIC qui englobe le secteur culturel de manière générale. Le mémoire de recherche me permet de développer une réflexion personnelle naissante sur les enjeux de la transition écologique dans les festivals de musiques actuelles français. J’aborde cette question en observant leur bonne conduite, leur menace économique, et leur pouvoir de sensibilisation. 

Lucie Vignane : Après une licence de sociologie et un mémoire sur les consommations culturelles des étudiants, je souhaite cette année mélanger deux thèmes qui sont importants pour moi. La musique et le féminisme. Avec la naissance de la page #MusicToo en juillet 2020, mon sujet était tout trouvé. Grâce à mon bagage sociologique j’aborde ce sujet en partie d’un point de vue sociologique, en réalisant des entretiens de femmes et d’hommes engagés sur ce thème ou touchés par ce thème. 

Jean Erian Samson. Au terme de ma licence en géographie en 2016, j’ai travaillé pendant quatre ans pour une revue littéraire et un festival en Haïti qui ont pour objectifs de promouvoir les langues et les cultures créoles à l’échelle international tout en créant un espace d’échange et de partage entre ces cultures. Mon travail de recherche en master CCIC consiste donc à analyser les contextes de création des revues littéraires à l’Île de la Réunion durant la deuxième moitié du 20e siècle et de montrer comment ces revues ont permis l’émergence de la littérature créole réunionnaise dans un contexte postcolonial.


Table ronde 3 : “La place du spectateur dans l’art” : 

Qu’est-ce que ces citations vous évoquent ? « Pour moi, l’œuvre n’existe pas indépendamment du spectateur.Ils ne trouvent leur dimension qu’en face du spectateur et son mouvement. » Jesùs Rafael Soto, 1973.  De plus, on dit souvent qu’Une oeuvre d’art existe en tant que telle à partir du moment où elle est regardée.”  (Nicos Hadjinicolaou)

Au travers de ces citations nous pouvons observer plusieurs « facettes » de l’art, comme le spectateur en tant que simple regardeur et le spectateur qui devient acteur de l’œuvre. Ainsi que la volonté de certains artistes de se retrouver au plus près du spectateur, d’innover quant à la réception de l’œuvre par rapport à celui-ci. 

Mais aujourd’hui, de quelle manière un lien se crée entre l’artiste et le public ?

Questions :

Comment l’artiste crée des situations où le spectateur peut développer sa perception grâce aux différents environnements et dispositifs ? 

Comment un lien se crée entre une œuvre d’art et le public ? 

Pourquoi chercher à impliquer le public ? 

Qui est le public ? 

Qu’est ce que le spectateur-acteur ? 

Charlotte Flacassier : Les machines de spectacle dans le théâtre de rue 

Après une Licence en arts de la scène, je me suis découverte une passion pour les arts de la rue, et plus spécifiquement les machines de spectacle. Alors, j’aimerais raconter leur histoire, leur fonctionnement mais aussi parler de la poésie qu’elles dégagent en questionnant les différents acteurs de ce milieu si particulier. 

Maurine Bonnet : La place du spectateur dans l’art contemporain

    Lors de ma licence en arts plastiques je me suis découvert un intérêt particulier pour l’art contemporain et notamment pour les installations, j’ai alors commencé à m’y intéresser dans ma pratique personnelle, ce qui m’a tout de suite amené à me questionner sur la place du spectateur dans celles-ci et dans l’art contemporain en général. J’aimerais démontrer la manière dont ce sujet est devenu un questionnement pour les artistes, comment et pourquoi ont-ils choisi de rendre le spectateur acteur. 

Léa Welsch : L’immersion dans l’art/l’art de l’immersion 

Lors de ma licence pro métiers de la culture, je me suis penchée sur l’immersion dans l’art et surtout sur le fait de faire partie/ de rentrer dans une œuvre d’art. Notamment par le biais de la technologie, avec l’Atelier des Lumières à Paris. J’ai trouvé ce concept intéressant quant à la réception des œuvres par le public. Je cherche donc surtout à comprendre le pourquoi du comment c’est si intriguant, pourquoi rentrer dans l’œuvre d’art change sa perception et en devient presque magique et parler du fait que la conception d’immersion dans une œuvre d’art n’apparaît pas qu’au 21e siècle avec les nouvelles technologies. 
Groupe 4 : “Stratégies de promotion” 

La promotion désigne un ensemble de stratégies déployées dans le but de vendre un produit. Elle peut prendre plusieurs formes et utiliser différentes stratégies marketing afin de créer une vitrine pour présenter un produit : elle en fait la publicité et a pour but d’atteindre un maximum d’audience. 

La question de la réception du public est au cœur de la construction d’un support promotionnel.     L’objectif est de présenter le produit, d’attirer le public, de lui donner envie de découvrir ce qui est présenté. La notion de l’esthétique du produit est aussi au cœur de ces stratégies : il faut attirer l’œil. En conséquence de la mondialisation et de la montée en puissance des réseaux sociaux et autres technologies, la circulation des outils promotionnels s’effectue à un niveau national, voire international.

Cette promotion se traduit à travers différents supports et différents moyens peuvent être déployés. En effet, un pays peut y avoir recours afin de faire rayonner sa propre culture et redorer son image à l’échelle internationale ; c’est de cette manière que la Corée du Sud utilise la K-Pop en tant que marque nationale. A une autre échelle, l’industrie cinématographique utilise la bande-annonce comme outil de promotion de ses œuvres et la diffuse sur une multitude de supports audiovisuels. Les maisons d’édition ainsi que les auteurs et auto-édités peuvent avoir recours aux influenceurs et amateurs littéraires, qui utilisent les réseaux sociaux comme unique support de communication. Les réseaux sociaux sont également employés pour faire la promotion d’institutions culturelles, notamment les musées. En effet, le Met à New York ou encore le Louvre à Paris les utilisent afin d’atteindre de nouveaux publics, ces institutions organisent également des évènements culturels afin de proposer une expérience accessible à tous. 

    Ainsi, tous ces acteurs doivent toujours redoubler d’inventivité pour toucher les publics. En plus de leurs stratégies de communication traditionnelles, ils se sont progressivement tournés vers le web et notamment les réseaux sociaux. Le marketing implique donc de se renouveler constamment et c’est de cette manière que les industries culturelles ont créé de nouveaux métiers dans la communication comme les influenceurs, les producteurs de bandes-annonces, les community managers…

Questions possibles : 

  • Comment les stratégies de promotion s’adaptent-elles aux différents domaines qu’elles présentent ? 
  • Le marketing est-il nécessaire dans la culture ? Les industries culturelles se résument-elles à une simple affaire d’argent ? 
  • Quel est le lien entre marketing et réception du public ? 
  • Les réseaux sociaux sont-ils devenus indispensables à une stratégie de communication ? 
  • Entretenir des réseaux sociaux est-il devenu un véritable métier ?
  • Quelle est la place accordée à l’esthétique dans les stratégies de communication ? 
  • Quelles sont les conséquences d’une promotion mal préparée ? 
  • Est ce que la promotion marketing se traduit toujours par des résultats financiers ? 

Manon Bernard : Les réseaux sociaux littéraires comme nouveaux moyens de communication pour les maisons d’édition, les auteurs et les auteurs auto-édités. 

Grâce à mes études de Lettres, j’ai pu réalisé des stages qui m’ont permis de savoir ce que je voulais faire plus tard, à savoir travailler dans la communication. Mon lien avec le monde du livre est encore très présent car je possède un blog et un instagram dédiés à la littérature. C’est pourquoi mon sujet de mémoire aborde les réseaux sociaux littéraires comme nouveau moyen de communication pour les maisons d’édition, les auteurs et les auteurs autoédités. Je cherche ainsi à montrer que les influenceurs littéraires sont utilisés comme moyen marketing. Par conséquent, les influenceurs littéraires vont-ils rester amateurs ou se professionnaliser ?

Zofia Kaczmarek : Nouvelles formes de stratégies de marketing des musées et leurs résultats financiers.

En Pologne, j’ai terminé une double-licence en philologie italienne et française. Les études m’ont donné non seulement des connaissances linguistiques, mais aussi des connaissances sur la culture, l’art, la littérature et l’histoire. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai déménagé en France où je continue mes études en Création Contemporaine et Industries Culturelles. Dans mon mémoire, j’ai décidé de combiner mes intérêts en marketing et en gestion d’institutions culturelles. C’est pourquoi j’écris sur les stratégies marketing et de communication de deux musées, The Met à New York et le Louvre à Paris. Sur leur base, je souhaite analyser comment les stratégies adoptées par ces deux institutions se traduisent dans leurs résultats financiers, qui reposent principalement sur des subventions de particuliers. Je crois que c’est une question intéressante, dont l’analyse sera utile pour le développement de futures stratégies marketing qui se traduiront par de meilleurs résultats financiers.

Maxime Verhaeghe : La bande-annonce comme outil de communication 

En parallèle de ma licence LLCER Anglais, j’étais inscrite à l’atelier cinéma de l’Université de Limoges. Nous avons réalisé des courts métrages et avons appris à analyser des séquences cinématographiques et leur construction. J’ai toujours été passionnée par les domaines audiovisuels et plus particulièrement par le cinéma. La question de l’image et de sa construction esthétique m’a toujours fascinée. J’ai trouvé intéressant de faire le lien entre image, construction, design du média et réception du public : comment le contenu est-il créé et propulsé afin d’atteindre le public et de faire de l’audience ? Étant passionnée par le cinéma, j’ai trouvé intéressant de me pencher sur le cas de la bande annonce comme outil de communication, qui allie stratégies marketing, publicitaires, et cinématographiques.

Salomé Mamy : L’émergence de la k-pop à l’international et son utilisation en tant que soft power par la Corée du Sud

J’ai réalisé une licence de Lettres Modernes mineure information-communication qui m’a permis de confirmer ce vers quoi je souhaite m’orienter dans le futur : chargée de communication. Etant passionnée depuis une dizaine d’années par la k-pop et ayant été moi-même spectatrice et actrice de l’évolution de ce phénomène, j’ai trouvé intéressant de voir par quels moyens la Corée du Sud a fait en sorte que la k-pop devienne un véritable exportateur de la culture coréenne à l’étranger.

La recherche en Master CCIC

Le Master CCIC est adossé au laboratoire Espaces humains et interactions culturelles (EHIC, EA 1087). Il accueille une quarantaine de chercheur·e·s et autant de doctorant·e·s, quelques post-doctorant·e·s, qui interrogent des corpus littéraires et médiatiques dans trois domaines principaux : théorie littéraire, interactions culturelles, dynamiques des genres en régime médiatique. 

Le laboratoire offre ainsi – mais pas exclusivement – les outils pour penser une frenchness élargie à l’ensemble des productions francophones, et sur tous les supports médiatiques (feuilletons, presse ou imprimés, télévision, cinéma, etc.). Par ailleurs, les collègues engagé·e·s en littérature comparée ou sur des espaces anglophones, italophones, germanophones, hispanophones ouvrent plus largement les sujets et les corpus étudiés. Le laboratoire EHIC est engagé dans plusieurs projets internationaux, dont un récent H2020 européen, dédié aux  fictions criminelles.

Les chercheur·e·s du laboratoire (qui accueille également des enseignant·e·s de l’ENSA) suivent individuellement les travaux des étudiant·e·s du Master. Les étudiant·e·s rédigent en M1 et en M2 un mémoire de recherche, qui est à considérer comme l’orientation personnelle donnée au diplôme. Les sujets abordés ces dernières années sont multiples, en fonction des intérêts culturels manifestés par les masterant·e·s : études des politiques culturelles, travaux sur la circulation des revues francophones, analyses sur le rap féminin, sur les musiques actuelles, sur l’implantation territoriale des festivals, sur les cycles et séries dans l’édition française, sur le cinéma asiatique, la photolittérature, la question du gender et le théâtre contemporain, les romans adaptés en comédies musicales, etc. 

A l’issue de la première année, les étudiant·e·s présentent une ébauche de recherche d’une vingtaine de pages. Un mémoire complet est soutenu à l’issue de la deuxième année, devant un jury de spécialistes.

Le mémoire permet aux masterant·e·s d’approfondir une thématique choisie, de se familiariser avec la littérature critique et d’éprouver les méthodologies avancées de la recherche. Des séminaires de restitution des travaux sont organisés tout au long de la formation.

Un pré-projet de recherches est demandé au moment de l’admission en Master.

[COURS 2020_21]. Atelier de recherches et de création [LMCCL11E]

Cours d’Eloïse Delsart

Semestre 1 : Le documentaire, une écriture du réel ?

Séance 1 : 4h

Introduction générale au documentaire

Première tentative de définition du documentaire.

Une trahison du réel ? Le documentaire, contrairement au reportage préfère une subjectivité assumée exprimée, plutôt que de tendre vers une « objectivité », volonté illusoire de retranscrire le réel. Il est « conscience qui devient film » et porte l’empreinte de la volonté du cinéaste.

Compréhension et intégration de la notion de « regard » et de la dimension construite du documentaire avec pour support divers témoignages de réalisateurs. Confrontation de leurs propos avec projection de leurs images.

Séance 2 : 4h

Les économies du documentaire

Seconde tentative de définition du documentaire en fonction des réalités de production et du circuit de financement. Introduction au documentaire en tant qu’industrie à travers ses chiffres. Présentation des différents types de productions audiovisuelles en France.

Compréhension du rapport dialectique entre la volonté de création des auteurs et les contraintes de diffusion.

Séance 3 : 4h

Le documentaire comme récit construit

Étude des différentes structures narratives propres aux écritures documentaires. Intégrer les clés de la nature dramaturgique du genre. Comprendre la notion de « conflit », être en capacité de déterminer une problématique claire.

Mise en route des travaux d’écriture. Réfléchir à son sujet et à sa problématique. Apprendre à rédiger un synopsis détaillé et une note d’auteur.

Séance 4 : 4h

Le documentaire au prisme des rapports de genre

Le documentaire est un champ audiovisuel investi par les femmes.

Comparaison chiffrée avec les autres champs de la production audiovisuelle.

Une inégalité de genre dans le documentaire ? Présentation des chiffres en fonction des diffuseurs, de l’heure de diffusion, de la durée, du budget de production.  

Thématiques récurrentes et incarnation à l’écran : Les réalisatrices sont-elles condamnées à l’exploration de soi ? Les femmes réalisatrices ont-elles le monopole du trauma ?

Peut-on parler de female gaze documentaire ?

Un documentaire d’investigation au féminin est-il possible ?

Séance 5 : 4h

Le documentaire, un « laboratoire de formes »

Présentation des différentes formes documentaires. Savoir effectuer une recherche graphique. Déterminer l’univers visuel de son film, énoncer des intentions de réalisation.

Apprendre à rédiger sa note d’auteur, à formuler clairement ses intentions de réalisation.

Séance 6 :

Peut-on faire un film « utile » ?

Le documentaire peut-il prétendre à une responsabilité sociale ? Peut-on faire un film politique ? Faire du politique avec le film et non faire un film politique : le cas Godard.

Intégrer les industries culturelles sans trahir ses convictions politiques : la critique du spectacle est-elle destinée à devenir spectacle ?

Remise des dossiers.

Semestre 2 : Écouter le documentaire

Introduction au documentaire radiophonique et au podcast natif.

Mise en pratique des notions théoriques intégrées lors du premier semestre. Comprendre et intégrer les différentes étapes d’écriture et de réalisation.

Être en capacité d’écrire, enregistrer, monter son propre projet sonore.

Séance 6 : 4h

Le documentaire audio / Vs le podcast

Documentaire radiophonique et podcast natif, quelles différences ?

Les économies du documentaire audio / Les économies du podcast

Présentation de différentes formes documentaires audio.

Séance 7 : 4h

Le podcast, une affaire de femmes ?

Un champ investi par les autrices.

Cartographie des thématiques récurrentes. Existe-t-il un podcast « à la française » ?

Quand l’intime devient politique

Séance 8 : 4h

Faut-il dire « Je » pour se raconter ?

Réflexions autour de la forme narrative. Est-il indispensable de s’exprimer à la première personne pour parler de soi ? Quelle est la valeur du « Je » ? Dire « Je » est-il un piège ?

Début du travail d’écriture. Réfléchir à sa problématique. Commencer à rédiger son synopsis détaillé et sa note d’auteur. Réfléchir à la place des intervenants.

Séance 9 : 4h

Le podcast en pratique

Présentation de l’avancée des travaux, validation définitive de la problématique, du choix de narration et des intentions de réalisation. Évaluation des besoins matériels. Élaboration du planning d’enregistrement.

Début d’aide individuelle via discord.

Séance 10 : 4h

Le montage : une réécriture

Première écoute des enregistrements. Réajuster les travaux en cours. Premières suggestions de montage. Réflexions autour de la durée de l’objet sonore.

Prise en main du logiciel Reaper.

Aide individuelle via discord.

Séance 11 : 4h

La forme esthétique du documentaire audio

Contrôle de l’avancée des travaux de montage. Début des travaux de post-production (ambiance sonore, bruitage, musique, régler le niveau sonore, respecter la durée fixée, procéder aux dernières coupes).

Aide individuelle via discord.

Séance 12 : 4h

Diffuser son projet

Que faire de son projet ? À quels guichets frapper ? Où et comment le diffuser ? Apprendre à valoriser son travail. Identifier les interlocuteurs adéquats pour le financement et la diffusion d’une série.

Séance de soutenance de l’ensemble des projets.

Bibliographie :

François Niney, Le documentaire et ses faux-semblants, Paris, Klincksiek, 2009.

José Moure et N.T. Binh, Documentaire, Fiction, aller-retours, Coll. « Caméras subjectives », Paris, Les Impressions Nouvelles, 2015.

Jean Breschand, Le Documentaire, l’autre face du cinéma, Coll. « Les Petits cahiers », Paris, Les Cahiers du Cinéma, 2002.

Christophe Deleu, Le documentaire radiophonique, Paris, L’Harmattan / Ina éditions, 2013.

 

[COURS 2020_21]. M2. CULTURES MEDIATIQUES [LMLTB22E]

Jacques Migozzi, Alice Jacquelin, Alvaro Luna, Lucie Amir.

Ce cours se composera de deux parties.

Un premier volet que Jacques Migozzi assurera sera centré sur l’étude d’un « cas d’école » de fiction criminelle transnationale et transmédiatique à grand succès, en l’occurrence la série du commissaire Adamsberg de Fred Vargas qui sera scrutée sous de multiples angles.

En parallèle vous serez impliqués, avec des chercheur·euses post-doctorant·e·s/doctorant·e·s du projet DETECt, dans un deuxième volet consacré au genre du « Country Noir », qui vous amènera à rédiger des notices Wikipédia, comme l’explique la notice ci-dessous.

Volet 2 : « Le Country noir sur Wikipédia »

Description :

Le polar s’ancre traditionnellement dans un cadre urbain, cependant une veine divergente qu’on appelle « le Country Noir » s’épanouit dans des décors ruraux, naturels, éloignés des centres de décisions et des canaux de la mondialisation. Durant ce cours de douze semaines, les étudiant.e.s se familiariseront avec le genre transmédiatique du « Country Noir », autre nom du polar rural, littéraire et visuel. Les étudiant.e.s rédigeront une notice Wikipédia ancrée sur le polar rural au sens large. Les notices pourront être des notices inédites, des traductions de notices existantes dans une autre langue ou des adaptations/des extensions des notices existantes. Le cours comptera deux séances magistrales, des rencontres avec des Wikipedians, ainsi qu’un suivi de travail individuel avec les trois enseignant.e.s référent.e.s (Alice Jacquelin, Alvaro Luna, Lucie Amir). La notice complétée fera partie d’une éventuelle série d’exposés à la fin du cours ainsi que de séances de travail avec d’autres étudiant.e.s européen.ne.s (italien.ne.s et hongrois.es) travaillant sur les mêmes thématiques.

Programme de travail :

Séance 1: 14 septembre [11h00-12h00] Animée par Alice Jacquelin. Présentation du projet : le champ du polar rural.

Séance 2: lundi 21 septembre [11h00-12h00] Animée par Alvaro Luna. Présentation du projet de recherche : comment écrire une notice Wikipédia ? Discussion du calendrier du projet.

Réunions Individuelles : lundi 5 octobre [11h00-12h00] Réunions individuelles [15 min] avec un enseignant référent pour discuter de la proposition du projet (dates et heures à définir avec l’enseignant)

Réunions Individuelles : lundi 12 octobre [11h00-12h00] Réunions individuelles [15 min] avec un enseignant référent pour discuter de la proposition du projet (dates et heures à définir avec l’enseignant)

Séance 3: 19 octobre [11h-12h00] Intervention de Pierre-Carl Langlais [1] Animée par Alice Jacquelin

Séance 4 : lundi 2 novembre[11h-12h00]: séance de travail commune avec les autres étudiant.e.s de DETECt sur la fiche « Euro-Noir » ? [1h] Animée par Alvaro Luna

Suivi de travail : lundi 9 novembre [11h00-12h00] heure de bureau (thématique et technique) de Lucie Amir

Suivi de travail : lundi16 novembre[11h00-12h00] heure de bureau (thématique et technique) d’Alice Jacqueli

Suivi de travail : lundi 23 novembre[11h00-12h00] heure de bureau (thématique et technique) d’Alvaro Luna

Séance 5 : lundi 30 novembre: [11h00-12h00] Exposés/Discussion : les étudiants présenteront pendant 10-15 min leurs notices Wikipédia. Animée par Alvaro Luna

Séance 6 : lundi 7 décembre: [11h00-12h00] Exposés (continuation) Animée par Alice Jacquelin

Séance 7 : lundi 14 décembre: [11h00-12h00] Exposés (continuation) Animée par Lucie Amir

.    Bibliographie estivale et suggestions de visionnage d’œuvres « Country Noir » : 
Romans policiers : 


  • Franck Bouysse, Grossir le ciel, Le livre de poche, 2016 [2014] 

  • Séverine Chevalier, Clouer l’Ouest, La Manufacture de livres, 2015 

  • Sandrine Collette, Des Nœuds d’acier, Denoël, Sueurs Froides, 2013 

  • Raphaël Confiant, Le meurtre du Samedi-Gloria, Gallimard, 1999 

  • Ragnar Jónasson, Snjor, Points 2017, [2010] 

  • Henning, Mankell, Meurtriers sans visage, Points, 2020 [1991] 

  • Andrée Michaud, Bondrée, Rivages/Noir, 2017. 

  • Colin Niel, Les hamacs en carton, Babel, 2013 [2012] 

  • Chris Offutt, Nuits Appalaches, Gallmeister 2019 [2018] 

  • Ron Rash, Un pied au paradis, Folio, 2019 [2009] 

  • Donald Ray Pollock, Le diable tout le temps, Le livre de poche, 2014 [2012] 

  • Olivier Truc, Le dernier lapon, Points, 2013 [2012] 

  • Antonin Varenne, Battues, Points, 2016 

  • Daniel Woodrell, Faites-nous la bise, Rivages/Noir, 1998 [1996]


Séries et films criminelles :

  • Bill Dubuque, Ozark, Netflix, 2017- 

  • Bruno Dumont, P’ tit Quinquin, Arte, 2014 

  • Debra Granik, Winter’s Bone, Pretty Pictures, 2010 

  • Baltasar Kormákur, Trapped, RUV/France 2 (2015-) 

  • Nicolas Mathieu et Alain Tasma, Aux Animaux la guerre, France 3, 2018 

  • Matthieu Missoffe, Zone blanche, France 2/RTBF/Netflix, 2017. 

  • Dominik Moll, Seules les bêtes, Haut et Court, 2019

[COURS 2020_21]. M2. SEMINAIRE CULTURES ET POLITIQUE [LMCCN21E]

Le séminaire de M1 vise, dans une perspective pluridisciplinaire, à placer la question du rapport au/à la politique  dans l’étude des phénomènes et des pratiques culturelles.

Loïc Artiaga, 16 septembre, “Introduction”

André Gunthert (EHESS), 15 octobre “La visibilité en crise. Les nouvelles images et l’espace public”

Medhi Arfaoui (EHESS), 22 octobre, “Ce que moderniser la politique culturelle veut dire. Étude de cas au coeur de l’Union européenne”

Philippe Colin (Université de Limoges), “La question décoloniale en France : enjeu et état des lieux”

Jean Gilbert (Éditions critique), 10 novembre, “Politique de l’enquête”

Lucie Amir (Université de Limoges), “Politique de la littérature” (novembre)

 

 

[COURS 2020_21]. M2. L’utopie comme espace du projet [LMCCL13E]

Cours de Indiana Collet-Barquero

Après l’exposé historique qui retrace les grandes étapes qui voient passer l’utopie du genre littéraire au discours politique, nous étudierons des exemples d’expériences menées dans le réel que nous aborderons au travers de documentaires et dont nous débattrons. L’utopie n’est pas ici considérée comme « non lieu » mais comme lieu du projet qui met en forme des réflexions capables de refonder des principes et des organisations sociales. Espace de projection autant que laboratoire, l’étude des utopies permet de situer des espaces « autres » qui libèrent des possibilités et émancipent les projets. Qu’il s’agisse du familistère de Godin, des Cités-Castors, de la Drop City en passant par la ville libre de Christina au Danemark etc, nous puiserons dans leur étude les possibilités critiques et les ressources nécessaires pour parvenir à penser le temps qui vient…

[COURS 2020_21]. M1. Décors à mort, les débords d’une révolution [LMCCA22E]

Cours d’Indiana Collet-Barquero

De nombreux débats sont consubstantiels à la question du décor. L’engager à partir des ornemanistes du 18e siècle ou l’enchérir des nombreux recueils d’ornements ou de modèles du 19eme siècle ne semble pas satisfaire toutes les demandes que son étude soulève.

Il apparaît qu’à partir de ses enjeux diverses études sont possibles. Et ses enjeux sont multiples s’agissant de l’histoire du design. Le décor ou sa possible absence – il s’agit ici de reconnaître ce qui s’entend  par décor- a partie liée avec les questions sociales et politiques que charrient la révolution industrielle du 19e et qui a vu naitre ce que l’on nomme le design.

Ce contexte particulier engage d’emblée l’étude du décor comme un territoire de lutte

– du politique aux théories esthétiques – et accompagne les idéaux émancipateurs, démocratiques et égalitaires pour longtemps.

L’abolition des distinctions entre arts majeurs et arts mineurs, la rupture entre art et industrie , l’idée d’un standard, d’une esthétique de la machine, de l’unité de style occupent plus d’un avant poste dans notre étude.

Aussi nous naviguerons dans l’histoire du design et des arts décoratifs par le prisme du décor et notre étude suivra les chroniques de cette bataille.

Made MADD

Atelier consacré à l’organisation de l’exposition prévue au Musée des Arts Décoratifs et du Design de Bordeaux en septembre 2021

La perspective de l’exposition sur le design à l’ENSA, prévue en septembre 2021 au MADD de Bordeaux, est l’occasion d’éprouver les différentes facettes que comportent l’organisation d’un tel événement. Du commissariat d’exposition à la scénographie en passant par le catalogue, ce sont autant d’éléments à réfléchir et à construire. Une possibilité concrète de s’exercer à ce type d’événement.

[COURS 2020_21]. M2. Institutions culturelles – TD Musiques actuelles [LMCCK13E]

L’objectif de ce cours est de découvrir  la filière des  musiques actuelles à travers la rencontre avec différents acteurs de cette filière : développer un regard « professionnel » sur le secteur, être capable d’analyser les enjeux d’une manifestation. Il est organisé par Adrien Bouchard avec différent.e.s intervenant.e.s

Visite de la Nef, Angoulême : Laetitia Perrot, directrice, Baptiste Desvilles, directeur adjoint, Pierre Marchais, régisseur général.

Françoise Verlhac, directrice de la Fédération Hiero

Bernard Mougeaut, directeur de Limouz’art prod

Philippe Nelva-Pasqual, directeur de la Délégation Régionale SACEM Limoges

A confirmer : un acteur de la filière disque et un agent de collectivité

 

[COURS 2020_21]. M1. Introduction aux métiers de la culture – Musiques actuelles [LMCCA13E]

L’objectif de ce cours est de découvrir  la filière des  musiques actuelles à travers la rencontre avec différents acteurs de cette filière : développer un regard « professionnel » sur le secteur, être capable d’analyser les enjeux d’une manifestation. Il est organisé par Adrien Bouchard avec différent.e.s intervenant.e.s.

Visite de la Nef, Angoulême : Laetitia Perrot, directrice, Baptiste Desvilles, directeur adjoint, Pierre Marchais, régisseur général.

Françoise Verlhac, directrice de la Fédération Hiero

Bernard Mougeaut, directeur de Limouz’art prod

Philippe Nelva-Pasqual, directeur de la Délégation Régionale SACEM Limoges

A confirmer : un acteur de la filière disque et un agent de collectivité

 

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search