Archives de catégorie : Billets

Fux (Hambourg) et l’ethnologue Julie Baujard

Fux (Hambourg)

Les étudiants du Master 1 ont travaillé avec l’ethnologue Julie Baujard, membre de la coopérative Fux à Hambourg (Allemagne), autour du cas de la réhabilitation de la caserne Viktoria. L’ancien bâtiment militaire est actuellement au cœur d’un projet de grande ampleur, qui transforme ses quelque 9000 m2 en un lieu de production, de formation et de culture. Il accueillera à terme 250 personnes, investies dans l’art, la culture, la création et l’artisanat ; des travailleurs indépendants et des organisations sociales, des gens versés dans l’action militante.

Invitée dans le cadre du cours sur les Politiques culturelles, Julie Baujard a pu expliquer la genèse du projet, le fonctionnement de la structure et les objectifs qui sont visés par les collectifs qui l’animent. Depuis les années 1980, la ville de Hambourg a vu différentes initiatives d’occupation et de réhabilitation d’espaces délaissés et promis à la spéculation immobilière, sur les docks notamment. Dans un contexte de remaniement de la trame urbaine, marquée par l’émergence de nouveaux quartiers et l’installation de géants de la distribution, la coopérative a racheté le bâtiment à la ville, et la transforme en ateliers, en salles de répétition et de réunion, en espaces de travail pour des architectes, des paysagistes, des journalistes, etc.

Le travail avec les étudiants a particulièrement porté sur les enjeux que fait émerger ce projet. Ceux-ci touchent à la fois à la gestion du patrimoine bâti – la caserne est un lieu classé – et à son histoire, puisque les lieux ont servi à l’internement des juifs sous le IIIe Reich. De plus, la transformation de la caserne Viktoria questionne les logiques de gentrification des espaces urbains, notamment par la culture. Julie Baujard a expliqué les discussions engagées avec les collectivités publiques, et exposé la philosophie qui sous-tend la transformation de Viktoria. L’exemple a permis aux étudiants de voir comment la culture fabrique la ville, et de quelles façons celle-ci peut être nourrie par des initiatives alternatives.

Pour en savoir plus : http://www.fux-eg.org

[Cours 2015-2016]. M2. Des penseurs face aux masses. De la culture de masse à la culture des loisirs

Capture d’écran 2015-11-30 à 10.19.49

(image : Studio Robert Venturi, Strip and Signs, 1968-1972)

Professeur : Geneviève Vergé Beaudou

Contenu. L’introduction du cours s’établit sur la lecture et le commentaire d’un essai d’Hannah Arendt : La crise de la culture (publié en 1960) – plus précisément sur le sixième essai, La crise de la culture : sa portée sociale et politique comme révélatrice des préjugés de la société moderne dans son rapport à l’art et à la pensée. Les axes privilégiés : société et société de masse, comparaison et passage de l’une à l’autre ainsi que le statut et le fonctionnement des loisirs dans la société de masse, nous conduirons à convoquer trois auteurs pour analyser ce qu’à pu constituer le choc des métropoles au début du XXè siècle : Georg Simmel, Siegfried Kracauer, Walter Benjamin.

Comment, à travers le filtre de ces expériences nouvelles, la modernisation fut-elle ressentie ?

Dans un premier temps, l’étude de textes permettra d’aborder les notions de masse, modernité et ville pour explorer et analyser des produits réifiés de la culture de masse.

La deuxième partie du cours sera consacrée à l’analyse et aux enjeux de l’exposition Dreamlands, Centre Georges Pompidou, 2010.

Objectifs. Comprendre  comment des courants de pensée contemporains  la maîtrise de leurs notions et des concepts peuvent rencontrer et construire la pratique artistique.

Systèmes d’interprétation du monde, événements de société, changements de point de vue face au réel comme face à l’imaginaire ; écrivains, artistes ou intellectuels, qui ont, à un moment ou à un autre, incarné une école, une révolte et peut-être une révolution des mentalités.

Bibliographie

Stéphane Füzesséry, Philippe Simay, Le choc des métropoles, Collectif, éditions de l’Éclat, 2008.

Georg Simmel, Philosophie de la modernité : la femme, la ville, l’individualisme, Payot, 1988.

Georg Simmel, La tragédie de la culture et autres essais,Rivages, 1988.

Georg Simmel, Les grandes villes et la vie de l’esprit. Suivi de « Sociologie des sens », Payot, 2013, coll. « Petite bibliothèque Payot ».

Frédéric Vandenberghe, La sociologie de Georg Simmel, Ed. La découverte, coll. Repères, 2009.

Siegfried Kracauer, Rues de Berlin (et d’ailleurs), Les Belles Lettres, 2013.

Siegfried Kracauer, L’ornement de la masse, Essai sur la modernité weimarienne, Ed. La découverte, 2008.

Paris et ses expositions universelles – architectures, 1855-1937, Éditions du Patrimoine, Centre des Monuments Nationaux, Paris 2008
Walter BENJAMIN, Paris, capitale du XIXe siècle, Le livre des passages,trad. Jean Lacoste, Paris, Éditions du Cerf, 2000.

Philippe Simay, Capitales de la modernité, Walter Benjamin et la ville, Ed de l’Éclat, 2006.

Robert VENTURI, Denise SCOTT BROWN, Steven IZENOUR, Learning from Las Vegas, Cambridge (Mass.), Londres, The MIT Press, 1972, éd. française : L’enseignement de Las Vegas, ou le symbolisme oublié de la forme architecturale, Bruxelles, Mardaga, 1987.

Valéry Didelon, La controverse Learning from Las Vegas, Mardaga, 2011.
Jean BAUDRILLARD, Amérique, Paris, Grasset, 1986
Umberto ECO, La guerre du faux, Paris Grasset/Le Livre de Poche, « biblio essais », 1985Rem KOOLHAAS, Delirious New York, New York, Thames & Hudson, 1978; éd. française : New York délire, trad. Catherine Collet, Marseille, Parenthèses, 2002
Louis MARIN, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

Guy Debord, La société du spectacle, Folio.
Guy Debord, commentaires sur La société du spectacle, Folio.

Modalités

CM OBLIGATOIRE, les mardis de 9h à 12h, Semaines 42, 44, 46, 50

Évaluation : Écrit : commentaire de texte // Oral : dossier argumenté support multimedia.

 

[Cours 2015-2016]. M1. Esthétiques et postmodernité

Capture d’écran 2015-11-30 à 10.19.28

(image : Thomas Crow)

Professeur : Geneviève Vergé Beaudou

Contenu. La postmodernité n’est pas seulement le reflet d’une crise affectant notre société, mais aussi  des  bouleversements  qui  touchent  le  monde  de  l’art.  La  naissance  du  postmodernisme  est apparentée  à  l’ébranlement  des  valeurs  modernistes.  Ainsi  définis  et  situés  dans  leur contexte historique, les fondements ainsi posés permettront une étude des courants de pensée postmodernes et de leur influence dans les productions artistiques (étude de cas), une réflexion sur la « réinvention » de la création ainsi que sur l’élargissement de l’offre entraînant un marché planétaire qui pourrait se confondre avec ce que l’on nomme « l’art contemporain ».

Axes privilégiés.   libre échange ; fiction ; commerce et stratégie ; réseaux ; jeux de rôles,  illusions, désenchantement, scénarios, etc.).

Objectifs. Comprendre  comment des courants de pensée contemporains  la maîtrise de leurs notions et des concepts peuvent rencontrer et construire la pratique artistique.

Systèmes d’interprétation du monde, événements de société, changements de point de vue face au réel comme face à l’imaginaire ; écrivains, artistes ou intellectuels, qui ont, à un moment ou à un autre, incarné une école, une révolte et peut-être une révolution des mentalités.

Bibliographie sélective

H. Arendt, Condition de l’homme moderne, trad. G. Fradier, Préface P. Ricœur, Calmann-Lévy, 1961 et 1983, Agora Pocket

H. Arendt, La crise de la culture, Trad. ss dir. P. Lévy, Gallimard,1972, Folio/Essais

J. Baudrillard, Amérique, 1986, Grasset

N. Bourriaud, Esthétique relationnelle, 1998, Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents.

N. Bourriaud, PostproductionLa culture comme scénario : comment l’art reprogramme le monde contemporain, Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents, 2004.

N. Chapuis, ouvrage dirigé par, Créateurs et Création en France, La scène contemporaine, Ed. Autrement/CNDP

R. Debray, L’État séducteur, 1993, Gallimard

Bibliographie complète remise au premier cours

Modalités

CM Obligatoire, 18h année, Lundi 9h-12h, Amphi 

Semaines 42, 44, 46, 50 // 6, 10, 14

Évaluation : Contrôle continu (Commentaires de textes et d’images, fiches de lecture, dossiers + exposés)

[Cours 2015-2016] M1. Méthodes

Capture d’écran 2015-09-07 à 23.17.14

Séminaire Méthodes : objectifs et évaluation

Chloé OUAKED (10h), Christine de BUZON (10h)

 

Descriptif : Séminaire de méthodologie de la recherche qui vise à faire comprendre les fondements de la rédaction scientifique à partir de cas ou d’objectifs concrets. L’initiation à l’écriture scientifique est conduite systématiquement à partir de travaux de recherche achevés et soutenus voire publiés (du Master à la thèse, éventuellement), soigneusement choisis et distribués aux étudiants qui prépareront les séances. Le lien est fait, autant que faire se peut en début de M1, avec les projets de recherche des étudiants.

 

Objectifs des séances

1) Premières explorations autour d’un sujet : les différences sujet-corpus-problématique, la formulation d’une hypothèse de recherche et l’identification des premières ressources ;

2) Lancement de « l’état des connaissances » ou « état de la question » : commencer la veille documentaire en lien avec le cours du SCD ;

3) Conception des parties du mémoire y compris introduction, conclusion, table des matières, éventuellement illustrations et leurs légendes, index et annexes ;

4) Initiation à l’écriture scientifique :

4.1 pour tendre à la réalisation d’un travail scientifiquement créatif, en se plaçant en position de trouver et de communiquer quelque chose de nouveau : objectivité, dimension argumentative, application de méthodes critiques, sources et citations, niveau de langue, clarté de la présentation et de la rédaction, etc.

4.2 pour situer sa recherche personnelle par rapport à celle de la communauté des chercheurs ; apprendre à citer les travaux consultés en évitant deux écueils : la paraphrase et le plagiat.

5) Quelques outils essentiels : savoir prendre des notes en évitant le plagiat ; savoir utiliser des bibliographies et sitographies (classées) ; savoir élaborer les différents types de notes de bas de page, savoir présenter une bibliographie classée.

 

Exercices d’entraînement : analyse de travaux (soutenus ou publiés) sous divers angles et entraînement à la présentation finale attendue, y compris orale.

 

Modalités de contrôle : contrôle continu intégral

– Exercice noté n°1 : bref compte rendu de lecture d’un article ou extrait d’ouvrage scientifique, axé sur la démarche scientifique de l’auteur (évaluation de l’objectif 2)

 

– Exercice noté n°2 :

rédaction d’un projet de recherche d’une à deux pages visant à convaincre le lecteur de son intérêt, de sa faisabilité et de son importance, avec une bibliographie d’au moins quatre titres (évaluation de l’objectif 1).

Ces deux exercices sont distincts mais remis tous les deux à la date du 18 novembre (version imprimée et pdf envoyé à christine.de-buzon@unilim.fr et chloe.ouked@unilim.fr)

 

– Exercice noté n°3 (3 pages, évaluation de la compréhension des objectifs 2 et 4) AU CHOIX :

Sujet 3-1 : commencer l’état de l’art en proposant le compte rendu de trois publications qui figureront dans la bibliographie du mémoire

Sujet 3-2 : proposer une analyse d’un élément du corpus. L’introduction précisera le sujet choisi.

Remise le 9 décembre. (version imprimée et pdf envoyé à christine.de-buzon@unilim.fr et chloe.ouked@unilim.fr )

CLES2, 2 décembre 2014

Pour les étudiants devant passer le CLES2, un atelier est ouvert au Centre  de
langues. Les places sont limitées (16), et l’inscription est obligatoire. Il s’agit d’un véritable entraînement à l’épreuve, il faut donc prévoir le créneau entier.

Les dates possibles sont :
Mercredi 5/11 et lundi 17/11 8h30-12h30 (ces dates figurent dans
certains emplois du temps, afin de s’assurer que vous soyez libre –
mais cela ne remplace pas l’inscription au Centre !)
Lundi 10/11  8h30-12h30 et jeudi 13/11 13h30-17h30
Merci de vous inscrire dès cette semaine !
Au-delà de cet atelier, vous devez vous rendre au centre de langues où
vous bénéficiez de diverses ressources, notamment des entraînements à
la compréhension auditive et des exercices de grammaire  – et des
ateliers de conversation (pas plus de 2h par étudiant).

 

[cours 2014-15] Histoire des objets culturels

L’histoire culturelle s’est structurée en France au cours des années 1980-1990, dans un paysage scientifique ouvert aux transferts issus d’autres traditions historiographiques. Les ouvrages, revues, synthèses, colloques et postes de chercheur en « histoire culturelle » témoignent de son institutionnalisation réelle.

Dans ce cadre, l’histoire des objets culturels, que nous examinerons dans ce séminaire, prend plusieurs sens pour l’historien : objet d’étude scientifique, production intellectuelle et industrielle devenant objet-symbole d’une société, d’une culture, d’une génération etc.  L’objet culturel, symbolique ou matériel, participe au procès de civilisation et de socialisation.

retour-vers-le-futur-photo-52555b0b2c0ae

Axes des séminaires

1. Introduction – Quelle définition adopter pour l’histoire culturelle ?

2. De mainstream au kitch,  des transferts culturels à la « culture de masse » : définitions des notions sur l’histoire culturelle

3.  L’industrialisation de la culture et l’histoire des techniques, des usages et des représentations des objets culturels

4. L’objet culturel: médiation, circulation et transmission

5. L’objet culturel et ses symbolismes

6. Les Etats face aux objets culturels : d’une promotion nationale à une expansion inter ou transnationale

Lampros Flitouris est diplômé d’histoire et d’archéologie (Université de Ioannina), il a également fait des études d’histoire et d’histoire d’art à l’Université de Strasbourg II. Titulaire d’un Master en histoire contemporaine (Université Aristote de Thessalonique) et en histoire des relations internationales (Université de Paris 1), il a soutenu sa thèse en histoire culturelle à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines. Il a publié des travaux sur les relations culturelles internationales, le cinéma et l’histoire, la propagande et l’histoire publique, l’utilisation politique de l’archéologie etc.

Il est Maître des conférences dans le département d’histoire à l’Université de Ioannina (Grèce).

Mode d’emploi: la présentation argumentée d’un projet de recherche

projetElle doit figurer dans votre dossier d’inscription, mais souvent je reçois des questions sur elle. La présentation argumentée du projet de recherche: kesako? Voici quelques éléments de réponse.

Principes

Dans toutes sortes de contextes vous êtes amené-e à remettre un projet écrit :

  • en licence: pour un dossier, une action, un exposé, un stage…
  • en master: pour un dossier, une action, un stage, un sujet de recherche…
  • pour le mémoire de recherche en master (sur un an ou deux ans, selon les formations; en CCIC, sur 2 ans)
  • en thèse: pour trouver un directeur, et pour candidater à un financement.

Le projet se présente sous forme rédigée, avec une présentation soignée qui rappelle votre identité et vos atouts majeurs (points forts du CV). Selon l’ampleur du projet, adaptez le détail des informations à donner. Rédigez: c’est vraiment le moment de montrer que « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ». Vous devez convaincre, avec des arguments précis, que votre projet est intéressant, qu’il fait progresser

  • la connaissance (si c’est de la recherche),
  • vos compétences (si c’est une action, un stage),
  • l’organisme ou l’entreprise qui vous accueille (idem).

Ce qu’attend votre lecteur 

D’abord un rappel: votre lecteur est un évaluateur. Pas forcément un sélectionneur: en CCIC, nous accueillons tout le monde, du moment que les critères sont bons. On veut donc trouver une réponse positive aux questions suivantes :

Le sujet est-il délimité ?
ATTENTION : un « thème », un « domaine d’intérêt », un « motif » ne sont pas encore des « sujets ». Vous devez montrer qu’il y a un « objet de recherche », donc un « sujet de travail » assorti d’une « question de fond », quelque chose qui justifie une démarche de recherche. Cela signifie aussi un corpus précis.

Une problématique est-elle perceptible ?
ATTENTION : une « motivation personnelle » n’est pas une « problématique ». Ce dernier mot désigne un faisceau de questions importantes qui part de votre sujet et va vers l’ensemble des études théoriques, ou qui part de l’ensemble des études et recherches théoriques pour aller vers votre objet. En bref : montrez que votre sujet est intéressant pour tout le monde, pas que pour vous.

L’étudiant-chercheur est-il conscient de sa méthode ?
C’est pour évaluer cela qu’on vous demande de préciser vos méthodes, l’état de la question, et une bibliographie de départ. Expliquez comment vous prévoyez de travailler, en vous appuyant sur quels théoriciens, en pratiquant quels types d’analyse. Soyez concrets.

A-t-il un début d’organisation de son travail, se donne-t-il les conditions pour réussir ?
C’est pour évaluer cela qu’on vous demande un plan, ou un planning de travail. Evaluez concrètement la faisabilité de votre projet.

Check-list

Identité

  • Votre identité civile
  • Votre identité universitaire (niveau, diplôme…)
  • Un contact pour vous joindre (mail, téléphone)

Contexte

  • Le cours / diplôme où vous rendez ce travail
  • Le(s) correcteur(s) / directeur(s) qui va vous lire

Projet

  • titre
  • définition du sujet
  • problématique (en quoi votre sujet concerne-t-il le cours / le domaine / la formation ; montrez son intérêt)
  • corpus (oeuvres littéraires, médiatiques, supports, etc)
  • méthodes (type de critique,  théoricien-clé, école de pensée, outils techniques, façon d’analyser le corpus…)
  • bibliographie indicative: primaire (corpus) et secondaire (critique)
  • plan ou programmation de travail (approximativement)
  • autres : donnez toutes les précisions nécessaires pour qu’on comprenne la spécificité de votre travail et qu’on adapte l’évaluation en conséquence.

En principe, dès le projet les références des oeuvres et ouvrages critiques doivent être correctement présentées. Faites l’effort : cela permet à votre évaluateur / conseiller de juger de votre maîtrise des codes académiques. Suivez le guide ici http://lettunilim.hypotheses.org/36 (lisez ce qui concerne les références).