[COURS 2020-2021]. M1 « Mémoire 1 : bilan & rédaction partielle »

Tables rondes du master CCIC – 28 avril – 9h – 12h30

Organisées dans le cadre du cours “Mémoire, bilan et rédaction partielle” (Natacha Levet, Lucie Amir), ces rencontres entendent faire dialoguer les étudiant·e·s du master 1 CCIC, entre eux et avec des discutant·e·s extérieurs, à partir des sujets de leurs mémoires de recherche et autour de thématiques problématisées qui les font se rencontrer. Ces échanges se dérouleront en quatre temps, distinguant quatre groupes et quatre axes de discussion. Pour suivre la journée (en ligne), écrire à lucie.amir@unilim.fr.  

9h : Introduction 

9h15 : Table ronde 1 : “Politiques culturelles / prescription culturelle” (Elsa Plouthounesy, Camille Manuel, Quentin Daniel). Animée par  Natacha Levet et Lucie Amir

10h : Table ronde 2 : “Art et minorités” (Lucie Vignane, Jean Erian Samson, Léa Georges). Animée par Álvaro Luna-Dubois

10h45 : Pause 

11h : Table ronde 3 : “La place du spectateur dans l’art” (Maurinne Bonnet, Léa Welsch, Charlotte Flacassier). Animée par Flavie Falais

11h45 : Table ronde 4 : “Stratégies de promotion” (Manon Bernard, Zofia Kaczmarek, Maxime Verhaeghe, Salomé Mamy). Animée par Thaïs Barbosa De Almeida

12h30 : Conclusion

Programme détaillé


Table ronde 1 : “Politiques culturelles / prescription culturelle”

Nos 3 sujets se rassemblent autour du thème des politiques et prescriptions culturelles historiques. L’enjeu est d’observer la relation entre des politiques culturelles qui s’effectuent sur un territoire rural et une ambition étatique qui se veut à l’échelle nationale voire internationale. De même quelle influence une affaire ayant eu lieu dans les années 1930 a-t-elle eu sur les territoires ruraux ou encore dans les mondes francophones?

Cette discussion vise à prendre un point de vue, parfois rural, tantôt historique ou à dimension internationale d’une politique culturelle. 

Questions:

  • Quelles relations entre la politique culturelle sur un territoire et la Cité Internationale de la langue française ?
  • Quels échos pour l’affaire Stavisky à l’échelle internationale et dans les mondes francophones?
  • Quelle place occupe la ruralité dans les politiques culturelles sur les territoires francophones?
    • Le soft power issu de la diplomatie culturelle étatique trouve-t-il une scène locale (en plus de celle nationale) ? (Notion de « posture diplomatique », les nouveaux acteurs (orga/acteurs transnationaux ou supranationaux) complètent la DC (multinationales, ONG, entrepreneurs, parlementaires, acteurs, chanteurs, sportifs) = nouvelle forme de diplomatie culturelle régalienne étatique ou supranationale qui complètent la diplomatie traditionnelle (Chobanova 2018)).
  • De la même manière, comment déconstruire le soft power qui imprègne la diplomatie culturelle et notamment à travers les politiques publiques françaises et au niveau local ?
  • La CILF (Cité internationale de la langue française) ne témoigne-t-elle pas elle aussi d’une fétichisation du patrimoine (Kessler 2018, p. 273) ?
  • Stavisky est-il un acteur culturel du Paris des années 30 ? Quelle influence de l’affaire sur les milieux ruraux ?

Quentin: Les nouveaux acteurs de la diplomatie culturelle française

Suite à une licence d’anglais que j’ai terminé au Danemark, je me suis découvert une passion pour la diplomatie culturelle et les relations internationales. Lors de mon expérience au Danemark j’ai principalement travaillé sur les mondes anglophones et notamment les diplomatie culturelle américaines et soviétiques. J’ai donc souhaité travailler sur la diplomatie culturelle cette fois plus française et francophone et notamment quelle forme cette dernière prend sur les territoires francophones.

Camille : L’affaire Stavisky

Depuis bien longtemps, l’affaire Stavisky est un sujet qui me passionne. Ma licence de lettres-édition communication n’a fait que renforcer mon envie de travailler sur cet événement qui a marqué la Troisième république. Pour ce mémoire, j’ai décidé de me concentrer sur l’influence de cette affaire sur les industries culturelles et médiatiques en étudiant différents médias et objets culturels sur une période bien précise c’est-à-dire de 1934 aux années 70. J’espère continuer mes recherches dans le cadre d’un doctorat.

Table ronde 2 : Art et minorités

« La culture est une arène de combat », affirme le penseur kenyan Ngugi wa Thiong’o. Les systèmes impérialistes ont toujours su comment manipuler cette arme redoutable afin d’étendre leur suprématie. D’où la naissance des frontières symboliques entre un centre qui se veut être consécrateur et des périphéries, en pensant ici aux colonisés contraints d’être des satellites oscillant autour de ce centre. Ce schéma fait partie intégrante du système capitaliste patriarcal motivé par des ambitions politiques, économiques et hégémoniques. Ce système se manifeste par la domination, la discrimination, l’exploitation démesurée de la nature et la misogynie, pour ne citer que ça. 

Ainsi, les productions culturelles mondiales qui s’inscrivent dans une logique de dénonciation de ce système impérialiste et contre l’orthodoxie établie – luttes souvent portées par des minorités (les colonisés, les femmes) – se retrouvent confrontées à des instances de consécration et parfois même écartées. Selon Pascale Casanova – en parlant de la littérature mondiale -, la valeur littéraire (nous ajoutons artistique) se constitue à l’international dans un espace structuré par des rapports de forces inégaux. Que ce soit à travers les productions littéraires des colonisés notamment des revues littéraires, en touchant les festivals de musiques alternatifs ayant pour volonté d’embrasser les luttes écologiques et l’engagement des femmes dans la musique afin de dénoncer le patriarcat, la misogynie, nos trois sujets aborderons les créations artistiques et littéraires de ces minorités tout en questionnant les formes d’engagement qui les motivent. 

Ce qui nous amène à nous poser ces questions : Comment l’art permet aux minorités de se positionner face à l’hégémonie politique et culturelle ? Quelles formes d’engagements traversent les propositions artistiques des minorités ? La création contemporaine estampée par ce système global présente-t-elle un handicap aux luttes sociales menées à travers l’art ? Quelle alternative pour les minorités ? Nous tenterons de répondre à ces interrogations, en soulevant d’autres problématiques sous-jacentes qui porteront sur les dérives d’un engagement qui fait vendre. Aussi s’agira-t-il d’observer les conséquences de ces objets culturels étudiés sur la société dans son ensemble. 

Léa Georges : Après avoir obtenu une licence Histoire de l’art, j’ai décidé de faire le master CCIC qui englobe le secteur culturel de manière générale. Le mémoire de recherche me permet de développer une réflexion personnelle naissante sur les enjeux de la transition écologique dans les festivals de musiques actuelles français. J’aborde cette question en observant leur bonne conduite, leur menace économique, et leur pouvoir de sensibilisation. 

Lucie Vignane : Après une licence de sociologie et un mémoire sur les consommations culturelles des étudiants, je souhaite cette année mélanger deux thèmes qui sont importants pour moi. La musique et le féminisme. Avec la naissance de la page #MusicToo en juillet 2020, mon sujet était tout trouvé. Grâce à mon bagage sociologique j’aborde ce sujet en partie d’un point de vue sociologique, en réalisant des entretiens de femmes et d’hommes engagés sur ce thème ou touchés par ce thème. 

Jean Erian Samson. Au terme de ma licence en géographie en 2016, j’ai travaillé pendant quatre ans pour une revue littéraire et un festival en Haïti qui ont pour objectifs de promouvoir les langues et les cultures créoles à l’échelle international tout en créant un espace d’échange et de partage entre ces cultures. Mon travail de recherche en master CCIC consiste donc à analyser les contextes de création des revues littéraires à l’Île de la Réunion durant la deuxième moitié du 20e siècle et de montrer comment ces revues ont permis l’émergence de la littérature créole réunionnaise dans un contexte postcolonial.


Table ronde 3 : “La place du spectateur dans l’art” : 

Qu’est-ce que ces citations vous évoquent ? « Pour moi, l’œuvre n’existe pas indépendamment du spectateur.Ils ne trouvent leur dimension qu’en face du spectateur et son mouvement. » Jesùs Rafael Soto, 1973.  De plus, on dit souvent qu’Une oeuvre d’art existe en tant que telle à partir du moment où elle est regardée.”  (Nicos Hadjinicolaou)

Au travers de ces citations nous pouvons observer plusieurs « facettes » de l’art, comme le spectateur en tant que simple regardeur et le spectateur qui devient acteur de l’œuvre. Ainsi que la volonté de certains artistes de se retrouver au plus près du spectateur, d’innover quant à la réception de l’œuvre par rapport à celui-ci. 

Mais aujourd’hui, de quelle manière un lien se crée entre l’artiste et le public ?

Questions :

Comment l’artiste crée des situations où le spectateur peut développer sa perception grâce aux différents environnements et dispositifs ? 

Comment un lien se crée entre une œuvre d’art et le public ? 

Pourquoi chercher à impliquer le public ? 

Qui est le public ? 

Qu’est ce que le spectateur-acteur ? 

Charlotte Flacassier : Les machines de spectacle dans le théâtre de rue 

Après une Licence en arts de la scène, je me suis découverte une passion pour les arts de la rue, et plus spécifiquement les machines de spectacle. Alors, j’aimerais raconter leur histoire, leur fonctionnement mais aussi parler de la poésie qu’elles dégagent en questionnant les différents acteurs de ce milieu si particulier. 

Maurine Bonnet : La place du spectateur dans l’art contemporain

    Lors de ma licence en arts plastiques je me suis découvert un intérêt particulier pour l’art contemporain et notamment pour les installations, j’ai alors commencé à m’y intéresser dans ma pratique personnelle, ce qui m’a tout de suite amené à me questionner sur la place du spectateur dans celles-ci et dans l’art contemporain en général. J’aimerais démontrer la manière dont ce sujet est devenu un questionnement pour les artistes, comment et pourquoi ont-ils choisi de rendre le spectateur acteur. 

Léa Welsch : L’immersion dans l’art/l’art de l’immersion 

Lors de ma licence pro métiers de la culture, je me suis penchée sur l’immersion dans l’art et surtout sur le fait de faire partie/ de rentrer dans une œuvre d’art. Notamment par le biais de la technologie, avec l’Atelier des Lumières à Paris. J’ai trouvé ce concept intéressant quant à la réception des œuvres par le public. Je cherche donc surtout à comprendre le pourquoi du comment c’est si intriguant, pourquoi rentrer dans l’œuvre d’art change sa perception et en devient presque magique et parler du fait que la conception d’immersion dans une œuvre d’art n’apparaît pas qu’au 21e siècle avec les nouvelles technologies. 
Groupe 4 : “Stratégies de promotion” 

La promotion désigne un ensemble de stratégies déployées dans le but de vendre un produit. Elle peut prendre plusieurs formes et utiliser différentes stratégies marketing afin de créer une vitrine pour présenter un produit : elle en fait la publicité et a pour but d’atteindre un maximum d’audience. 

La question de la réception du public est au cœur de la construction d’un support promotionnel.     L’objectif est de présenter le produit, d’attirer le public, de lui donner envie de découvrir ce qui est présenté. La notion de l’esthétique du produit est aussi au cœur de ces stratégies : il faut attirer l’œil. En conséquence de la mondialisation et de la montée en puissance des réseaux sociaux et autres technologies, la circulation des outils promotionnels s’effectue à un niveau national, voire international.

Cette promotion se traduit à travers différents supports et différents moyens peuvent être déployés. En effet, un pays peut y avoir recours afin de faire rayonner sa propre culture et redorer son image à l’échelle internationale ; c’est de cette manière que la Corée du Sud utilise la K-Pop en tant que marque nationale. A une autre échelle, l’industrie cinématographique utilise la bande-annonce comme outil de promotion de ses œuvres et la diffuse sur une multitude de supports audiovisuels. Les maisons d’édition ainsi que les auteurs et auto-édités peuvent avoir recours aux influenceurs et amateurs littéraires, qui utilisent les réseaux sociaux comme unique support de communication. Les réseaux sociaux sont également employés pour faire la promotion d’institutions culturelles, notamment les musées. En effet, le Met à New York ou encore le Louvre à Paris les utilisent afin d’atteindre de nouveaux publics, ces institutions organisent également des évènements culturels afin de proposer une expérience accessible à tous. 

    Ainsi, tous ces acteurs doivent toujours redoubler d’inventivité pour toucher les publics. En plus de leurs stratégies de communication traditionnelles, ils se sont progressivement tournés vers le web et notamment les réseaux sociaux. Le marketing implique donc de se renouveler constamment et c’est de cette manière que les industries culturelles ont créé de nouveaux métiers dans la communication comme les influenceurs, les producteurs de bandes-annonces, les community managers…

Questions possibles : 

  • Comment les stratégies de promotion s’adaptent-elles aux différents domaines qu’elles présentent ? 
  • Le marketing est-il nécessaire dans la culture ? Les industries culturelles se résument-elles à une simple affaire d’argent ? 
  • Quel est le lien entre marketing et réception du public ? 
  • Les réseaux sociaux sont-ils devenus indispensables à une stratégie de communication ? 
  • Entretenir des réseaux sociaux est-il devenu un véritable métier ?
  • Quelle est la place accordée à l’esthétique dans les stratégies de communication ? 
  • Quelles sont les conséquences d’une promotion mal préparée ? 
  • Est ce que la promotion marketing se traduit toujours par des résultats financiers ? 

Manon Bernard : Les réseaux sociaux littéraires comme nouveaux moyens de communication pour les maisons d’édition, les auteurs et les auteurs auto-édités. 

Grâce à mes études de Lettres, j’ai pu réalisé des stages qui m’ont permis de savoir ce que je voulais faire plus tard, à savoir travailler dans la communication. Mon lien avec le monde du livre est encore très présent car je possède un blog et un instagram dédiés à la littérature. C’est pourquoi mon sujet de mémoire aborde les réseaux sociaux littéraires comme nouveau moyen de communication pour les maisons d’édition, les auteurs et les auteurs autoédités. Je cherche ainsi à montrer que les influenceurs littéraires sont utilisés comme moyen marketing. Par conséquent, les influenceurs littéraires vont-ils rester amateurs ou se professionnaliser ?

Zofia Kaczmarek : Nouvelles formes de stratégies de marketing des musées et leurs résultats financiers.

En Pologne, j’ai terminé une double-licence en philologie italienne et française. Les études m’ont donné non seulement des connaissances linguistiques, mais aussi des connaissances sur la culture, l’art, la littérature et l’histoire. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai déménagé en France où je continue mes études en Création Contemporaine et Industries Culturelles. Dans mon mémoire, j’ai décidé de combiner mes intérêts en marketing et en gestion d’institutions culturelles. C’est pourquoi j’écris sur les stratégies marketing et de communication de deux musées, The Met à New York et le Louvre à Paris. Sur leur base, je souhaite analyser comment les stratégies adoptées par ces deux institutions se traduisent dans leurs résultats financiers, qui reposent principalement sur des subventions de particuliers. Je crois que c’est une question intéressante, dont l’analyse sera utile pour le développement de futures stratégies marketing qui se traduiront par de meilleurs résultats financiers.

Maxime Verhaeghe : La bande-annonce comme outil de communication 

En parallèle de ma licence LLCER Anglais, j’étais inscrite à l’atelier cinéma de l’Université de Limoges. Nous avons réalisé des courts métrages et avons appris à analyser des séquences cinématographiques et leur construction. J’ai toujours été passionnée par les domaines audiovisuels et plus particulièrement par le cinéma. La question de l’image et de sa construction esthétique m’a toujours fascinée. J’ai trouvé intéressant de faire le lien entre image, construction, design du média et réception du public : comment le contenu est-il créé et propulsé afin d’atteindre le public et de faire de l’audience ? Étant passionnée par le cinéma, j’ai trouvé intéressant de me pencher sur le cas de la bande annonce comme outil de communication, qui allie stratégies marketing, publicitaires, et cinématographiques.

Salomé Mamy : L’émergence de la k-pop à l’international et son utilisation en tant que soft power par la Corée du Sud

J’ai réalisé une licence de Lettres Modernes mineure information-communication qui m’a permis de confirmer ce vers quoi je souhaite m’orienter dans le futur : chargée de communication. Etant passionnée depuis une dizaine d’années par la k-pop et ayant été moi-même spectatrice et actrice de l’évolution de ce phénomène, j’ai trouvé intéressant de voir par quels moyens la Corée du Sud a fait en sorte que la k-pop devienne un véritable exportateur de la culture coréenne à l’étranger.

[COURS 2020_21]. Atelier de recherches et de création [LMCCL11E]

Cours d’Eloïse Delsart

Semestre 1 : Le documentaire, une écriture du réel ?

Séance 1 : 4h

Introduction générale au documentaire

Première tentative de définition du documentaire.

Une trahison du réel ? Le documentaire, contrairement au reportage préfère une subjectivité assumée exprimée, plutôt que de tendre vers une « objectivité », volonté illusoire de retranscrire le réel. Il est « conscience qui devient film » et porte l’empreinte de la volonté du cinéaste.

Compréhension et intégration de la notion de « regard » et de la dimension construite du documentaire avec pour support divers témoignages de réalisateurs. Confrontation de leurs propos avec projection de leurs images.

Séance 2 : 4h

Les économies du documentaire

Seconde tentative de définition du documentaire en fonction des réalités de production et du circuit de financement. Introduction au documentaire en tant qu’industrie à travers ses chiffres. Présentation des différents types de productions audiovisuelles en France.

Compréhension du rapport dialectique entre la volonté de création des auteurs et les contraintes de diffusion.

Séance 3 : 4h

Le documentaire comme récit construit

Étude des différentes structures narratives propres aux écritures documentaires. Intégrer les clés de la nature dramaturgique du genre. Comprendre la notion de « conflit », être en capacité de déterminer une problématique claire.

Mise en route des travaux d’écriture. Réfléchir à son sujet et à sa problématique. Apprendre à rédiger un synopsis détaillé et une note d’auteur.

Séance 4 : 4h

Le documentaire au prisme des rapports de genre

Le documentaire est un champ audiovisuel investi par les femmes.

Comparaison chiffrée avec les autres champs de la production audiovisuelle.

Une inégalité de genre dans le documentaire ? Présentation des chiffres en fonction des diffuseurs, de l’heure de diffusion, de la durée, du budget de production.  

Thématiques récurrentes et incarnation à l’écran : Les réalisatrices sont-elles condamnées à l’exploration de soi ? Les femmes réalisatrices ont-elles le monopole du trauma ?

Peut-on parler de female gaze documentaire ?

Un documentaire d’investigation au féminin est-il possible ?

Séance 5 : 4h

Le documentaire, un « laboratoire de formes »

Présentation des différentes formes documentaires. Savoir effectuer une recherche graphique. Déterminer l’univers visuel de son film, énoncer des intentions de réalisation.

Apprendre à rédiger sa note d’auteur, à formuler clairement ses intentions de réalisation.

Séance 6 :

Peut-on faire un film « utile » ?

Le documentaire peut-il prétendre à une responsabilité sociale ? Peut-on faire un film politique ? Faire du politique avec le film et non faire un film politique : le cas Godard.

Intégrer les industries culturelles sans trahir ses convictions politiques : la critique du spectacle est-elle destinée à devenir spectacle ?

Remise des dossiers.

Semestre 2 : Écouter le documentaire

Introduction au documentaire radiophonique et au podcast natif.

Mise en pratique des notions théoriques intégrées lors du premier semestre. Comprendre et intégrer les différentes étapes d’écriture et de réalisation.

Être en capacité d’écrire, enregistrer, monter son propre projet sonore.

Séance 6 : 4h

Le documentaire audio / Vs le podcast

Documentaire radiophonique et podcast natif, quelles différences ?

Les économies du documentaire audio / Les économies du podcast

Présentation de différentes formes documentaires audio.

Séance 7 : 4h

Le podcast, une affaire de femmes ?

Un champ investi par les autrices.

Cartographie des thématiques récurrentes. Existe-t-il un podcast « à la française » ?

Quand l’intime devient politique

Séance 8 : 4h

Faut-il dire « Je » pour se raconter ?

Réflexions autour de la forme narrative. Est-il indispensable de s’exprimer à la première personne pour parler de soi ? Quelle est la valeur du « Je » ? Dire « Je » est-il un piège ?

Début du travail d’écriture. Réfléchir à sa problématique. Commencer à rédiger son synopsis détaillé et sa note d’auteur. Réfléchir à la place des intervenants.

Séance 9 : 4h

Le podcast en pratique

Présentation de l’avancée des travaux, validation définitive de la problématique, du choix de narration et des intentions de réalisation. Évaluation des besoins matériels. Élaboration du planning d’enregistrement.

Début d’aide individuelle via discord.

Séance 10 : 4h

Le montage : une réécriture

Première écoute des enregistrements. Réajuster les travaux en cours. Premières suggestions de montage. Réflexions autour de la durée de l’objet sonore.

Prise en main du logiciel Reaper.

Aide individuelle via discord.

Séance 11 : 4h

La forme esthétique du documentaire audio

Contrôle de l’avancée des travaux de montage. Début des travaux de post-production (ambiance sonore, bruitage, musique, régler le niveau sonore, respecter la durée fixée, procéder aux dernières coupes).

Aide individuelle via discord.

Séance 12 : 4h

Diffuser son projet

Que faire de son projet ? À quels guichets frapper ? Où et comment le diffuser ? Apprendre à valoriser son travail. Identifier les interlocuteurs adéquats pour le financement et la diffusion d’une série.

Séance de soutenance de l’ensemble des projets.

Bibliographie :

François Niney, Le documentaire et ses faux-semblants, Paris, Klincksiek, 2009.

José Moure et N.T. Binh, Documentaire, Fiction, aller-retours, Coll. « Caméras subjectives », Paris, Les Impressions Nouvelles, 2015.

Jean Breschand, Le Documentaire, l’autre face du cinéma, Coll. « Les Petits cahiers », Paris, Les Cahiers du Cinéma, 2002.

Christophe Deleu, Le documentaire radiophonique, Paris, L’Harmattan / Ina éditions, 2013.

 

[COURS 2020_21]. M2. CULTURES MEDIATIQUES [LMLTB22E]

Jacques Migozzi, Alice Jacquelin, Alvaro Luna, Lucie Amir.

Ce cours se composera de deux parties.

Un premier volet que Jacques Migozzi assurera sera centré sur l’étude d’un « cas d’école » de fiction criminelle transnationale et transmédiatique à grand succès, en l’occurrence la série du commissaire Adamsberg de Fred Vargas qui sera scrutée sous de multiples angles.

En parallèle vous serez impliqués, avec des chercheur·euses post-doctorant·e·s/doctorant·e·s du projet DETECt, dans un deuxième volet consacré au genre du « Country Noir », qui vous amènera à rédiger des notices Wikipédia, comme l’explique la notice ci-dessous.

Volet 2 : « Le Country noir sur Wikipédia »

Description :

Le polar s’ancre traditionnellement dans un cadre urbain, cependant une veine divergente qu’on appelle « le Country Noir » s’épanouit dans des décors ruraux, naturels, éloignés des centres de décisions et des canaux de la mondialisation. Durant ce cours de douze semaines, les étudiant.e.s se familiariseront avec le genre transmédiatique du « Country Noir », autre nom du polar rural, littéraire et visuel. Les étudiant.e.s rédigeront une notice Wikipédia ancrée sur le polar rural au sens large. Les notices pourront être des notices inédites, des traductions de notices existantes dans une autre langue ou des adaptations/des extensions des notices existantes. Le cours comptera deux séances magistrales, des rencontres avec des Wikipedians, ainsi qu’un suivi de travail individuel avec les trois enseignant.e.s référent.e.s (Alice Jacquelin, Alvaro Luna, Lucie Amir). La notice complétée fera partie d’une éventuelle série d’exposés à la fin du cours ainsi que de séances de travail avec d’autres étudiant.e.s européen.ne.s (italien.ne.s et hongrois.es) travaillant sur les mêmes thématiques.

Programme de travail :

Séance 1: 14 septembre [11h00-12h00] Animée par Alice Jacquelin. Présentation du projet : le champ du polar rural.

Séance 2: lundi 21 septembre [11h00-12h00] Animée par Alvaro Luna. Présentation du projet de recherche : comment écrire une notice Wikipédia ? Discussion du calendrier du projet.

Réunions Individuelles : lundi 5 octobre [11h00-12h00] Réunions individuelles [15 min] avec un enseignant référent pour discuter de la proposition du projet (dates et heures à définir avec l’enseignant)

Réunions Individuelles : lundi 12 octobre [11h00-12h00] Réunions individuelles [15 min] avec un enseignant référent pour discuter de la proposition du projet (dates et heures à définir avec l’enseignant)

Séance 3: 19 octobre [11h-12h00] Intervention de Pierre-Carl Langlais [1] Animée par Alice Jacquelin

Séance 4 : lundi 2 novembre[11h-12h00]: séance de travail commune avec les autres étudiant.e.s de DETECt sur la fiche « Euro-Noir » ? [1h] Animée par Alvaro Luna

Suivi de travail : lundi 9 novembre [11h00-12h00] heure de bureau (thématique et technique) de Lucie Amir

Suivi de travail : lundi16 novembre[11h00-12h00] heure de bureau (thématique et technique) d’Alice Jacqueli

Suivi de travail : lundi 23 novembre[11h00-12h00] heure de bureau (thématique et technique) d’Alvaro Luna

Séance 5 : lundi 30 novembre: [11h00-12h00] Exposés/Discussion : les étudiants présenteront pendant 10-15 min leurs notices Wikipédia. Animée par Alvaro Luna

Séance 6 : lundi 7 décembre: [11h00-12h00] Exposés (continuation) Animée par Alice Jacquelin

Séance 7 : lundi 14 décembre: [11h00-12h00] Exposés (continuation) Animée par Lucie Amir

.    Bibliographie estivale et suggestions de visionnage d’œuvres « Country Noir » : 
Romans policiers : 


  • Franck Bouysse, Grossir le ciel, Le livre de poche, 2016 [2014] 

  • Séverine Chevalier, Clouer l’Ouest, La Manufacture de livres, 2015 

  • Sandrine Collette, Des Nœuds d’acier, Denoël, Sueurs Froides, 2013 

  • Raphaël Confiant, Le meurtre du Samedi-Gloria, Gallimard, 1999 

  • Ragnar Jónasson, Snjor, Points 2017, [2010] 

  • Henning, Mankell, Meurtriers sans visage, Points, 2020 [1991] 

  • Andrée Michaud, Bondrée, Rivages/Noir, 2017. 

  • Colin Niel, Les hamacs en carton, Babel, 2013 [2012] 

  • Chris Offutt, Nuits Appalaches, Gallmeister 2019 [2018] 

  • Ron Rash, Un pied au paradis, Folio, 2019 [2009] 

  • Donald Ray Pollock, Le diable tout le temps, Le livre de poche, 2014 [2012] 

  • Olivier Truc, Le dernier lapon, Points, 2013 [2012] 

  • Antonin Varenne, Battues, Points, 2016 

  • Daniel Woodrell, Faites-nous la bise, Rivages/Noir, 1998 [1996]


Séries et films criminelles :

  • Bill Dubuque, Ozark, Netflix, 2017- 

  • Bruno Dumont, P’ tit Quinquin, Arte, 2014 

  • Debra Granik, Winter’s Bone, Pretty Pictures, 2010 

  • Baltasar Kormákur, Trapped, RUV/France 2 (2015-) 

  • Nicolas Mathieu et Alain Tasma, Aux Animaux la guerre, France 3, 2018 

  • Matthieu Missoffe, Zone blanche, France 2/RTBF/Netflix, 2017. 

  • Dominik Moll, Seules les bêtes, Haut et Court, 2019

[COURS 2020_21]. M2. SEMINAIRE CULTURES ET POLITIQUE [LMCCN21E]

Le séminaire de M1 vise, dans une perspective pluridisciplinaire, à placer la question du rapport au/à la politique  dans l’étude des phénomènes et des pratiques culturelles.

Loïc Artiaga, 16 septembre, “Introduction”

André Gunthert (EHESS), 15 octobre “La visibilité en crise. Les nouvelles images et l’espace public”

Medhi Arfaoui (EHESS), 22 octobre, “Ce que moderniser la politique culturelle veut dire. Étude de cas au coeur de l’Union européenne”

Philippe Colin (Université de Limoges), “La question décoloniale en France : enjeu et état des lieux”

Jean Gilbert (Éditions critique), 10 novembre, “Politique de l’enquête”

Lucie Amir (Université de Limoges), “Politique de la littérature” (novembre)

 

 

[COURS 2020_21]. M2. L’utopie comme espace du projet [LMCCL13E]

Cours de Indiana Collet-Barquero

Après l’exposé historique qui retrace les grandes étapes qui voient passer l’utopie du genre littéraire au discours politique, nous étudierons des exemples d’expériences menées dans le réel que nous aborderons au travers de documentaires et dont nous débattrons. L’utopie n’est pas ici considérée comme « non lieu » mais comme lieu du projet qui met en forme des réflexions capables de refonder des principes et des organisations sociales. Espace de projection autant que laboratoire, l’étude des utopies permet de situer des espaces « autres » qui libèrent des possibilités et émancipent les projets. Qu’il s’agisse du familistère de Godin, des Cités-Castors, de la Drop City en passant par la ville libre de Christina au Danemark etc, nous puiserons dans leur étude les possibilités critiques et les ressources nécessaires pour parvenir à penser le temps qui vient…

[COURS 2020_21]. M1. Décors à mort, les débords d’une révolution [LMCCA22E]

Cours d’Indiana Collet-Barquero

De nombreux débats sont consubstantiels à la question du décor. L’engager à partir des ornemanistes du 18e siècle ou l’enchérir des nombreux recueils d’ornements ou de modèles du 19eme siècle ne semble pas satisfaire toutes les demandes que son étude soulève.

Il apparaît qu’à partir de ses enjeux diverses études sont possibles. Et ses enjeux sont multiples s’agissant de l’histoire du design. Le décor ou sa possible absence – il s’agit ici de reconnaître ce qui s’entend  par décor- a partie liée avec les questions sociales et politiques que charrient la révolution industrielle du 19e et qui a vu naitre ce que l’on nomme le design.

Ce contexte particulier engage d’emblée l’étude du décor comme un territoire de lutte

– du politique aux théories esthétiques – et accompagne les idéaux émancipateurs, démocratiques et égalitaires pour longtemps.

L’abolition des distinctions entre arts majeurs et arts mineurs, la rupture entre art et industrie , l’idée d’un standard, d’une esthétique de la machine, de l’unité de style occupent plus d’un avant poste dans notre étude.

Aussi nous naviguerons dans l’histoire du design et des arts décoratifs par le prisme du décor et notre étude suivra les chroniques de cette bataille.

Made MADD

Atelier consacré à l’organisation de l’exposition prévue au Musée des Arts Décoratifs et du Design de Bordeaux en septembre 2021

La perspective de l’exposition sur le design à l’ENSA, prévue en septembre 2021 au MADD de Bordeaux, est l’occasion d’éprouver les différentes facettes que comportent l’organisation d’un tel événement. Du commissariat d’exposition à la scénographie en passant par le catalogue, ce sont autant d’éléments à réfléchir et à construire. Une possibilité concrète de s’exercer à ce type d’événement.

[COURS 2020_21]. M2. Institutions culturelles – TD Musiques actuelles [LMCCK13E]

L’objectif de ce cours est de découvrir  la filière des  musiques actuelles à travers la rencontre avec différents acteurs de cette filière : développer un regard « professionnel » sur le secteur, être capable d’analyser les enjeux d’une manifestation. Il est organisé par Adrien Bouchard avec différent.e.s intervenant.e.s

Visite de la Nef, Angoulême : Laetitia Perrot, directrice, Baptiste Desvilles, directeur adjoint, Pierre Marchais, régisseur général.

Françoise Verlhac, directrice de la Fédération Hiero

Bernard Mougeaut, directeur de Limouz’art prod

Philippe Nelva-Pasqual, directeur de la Délégation Régionale SACEM Limoges

A confirmer : un acteur de la filière disque et un agent de collectivité

 

[COURS 2020_21]. M1. Introduction aux métiers de la culture – Musiques actuelles [LMCCA13E]

L’objectif de ce cours est de découvrir  la filière des  musiques actuelles à travers la rencontre avec différents acteurs de cette filière : développer un regard « professionnel » sur le secteur, être capable d’analyser les enjeux d’une manifestation. Il est organisé par Adrien Bouchard avec différent.e.s intervenant.e.s.

Visite de la Nef, Angoulême : Laetitia Perrot, directrice, Baptiste Desvilles, directeur adjoint, Pierre Marchais, régisseur général.

Françoise Verlhac, directrice de la Fédération Hiero

Bernard Mougeaut, directeur de Limouz’art prod

Philippe Nelva-Pasqual, directeur de la Délégation Régionale SACEM Limoges

A confirmer : un acteur de la filière disque et un agent de collectivité

 

 

 

[COURS 2020_21]. M2. HISTOIRE DE L’ART CONTEMPORAIN II [LMCCL21E]

Color Chart : réinventer la couleur des années 1950 à aujourd’hui

Arnaud Dubois

Cours 2020-2021, A3-A4-A5 Ensa et M2 CCIC

En ce concentrant sur l’art visuel des soixante dernières années, ce cours s’attachera à explorer l’usage de la « couleur ready-made » en art contemporain. En prenant comme point de départ le nuancier commercial (Color Chart) comme un objet qui déclare ouvertement que la peinture est une marchandise industrielle, nous chercherons à caractériser la pratique artistique de la couleur après les théories de la couleur du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle. Le nuancier ne renvoie en effet pas à la logique restreinte des beaux-arts mais plutôt à la multiplicité des couleurs non artistiques dont est fait la vaste majorité du monde industriel de la couleur et en cela, il permet de saisir l’indépendance revendiquée des artistes avec la longue histoire de la peinture bourgeoise. Nous explorerons alors l’héritage du nuancier, son usage par les artistes et ses conséquences pour la théorie de l’art selon deux perspectives : la couleur comme un objet manufacturé plutôt que comme une pratique manuelle, et la couleur comme un art hors de la subjectivité et de l’intentionnalité de l’artiste.

Bibliographie sélective

Alliez E. 2009, L’oeil-cerveau, nouvelles histoires de la peintre moderne, Vrin.

Blaszczyk, R. 2012, The Color Revolution, MIT Press.

De Duve T. 1989, Resonances du ready-made, Éditions Jacqueline Chambon. 

Dubois A. 2019, La vie chromatique des objets, une anthropologie de la couleur de l’art contemporain, Brepols Publishers (« Techne : savoir, technique et culture matérielle »). 

Lichtenstein, J. et C. Maigné et A. Pierre (eds), 2013, Vers la science de l’art, L’Esthétique 

scientifique en France, 1857-1937, Presses de l’Université Paris-Sorbonne.

Nieto-Galan A. 2015, “Revisiting Colour History”, Ambix, 62(1), p. 94-97. 

Rabinow P. 2003, Anthropos Today, Reflections on Modern Equipment, Princeton University 

Press.

Rossi M. 2019, The Republic of Color. Science, Perception, and the Making of Modern 

America, The University of Chicago Press.

Schwarte L. 2016, “Epistemologie des Färbens.”, Figurationen. Gender, Literatur, Kultur, 17(1), p. 38-52. 

Temkin A., Color Chart, The Museum of Modern Art, 2008.

[COURS 2020_21]. M1. Histoire des formes

La carte et la forme du monde

Lors de la partie de séminaire prise en charge par M. Bertrand Westphal, une attention particulière sera prêtée à la cartographie qui servira de relais à l’étude de l’histoire des formes du monde. On examinera l’historicité de la carte en insistant sur le contexte culturel dans
lequel elles a été produite. On s’interrogera sur la posture du cartographe (la relativité de son point de vue) et du commanditaire (son horizon d’attente). On explorera la rhétorique relative à l’entreprise cartographique en s’interrogeant sur l’enjeu de la carte et des formes qu’elle s’efforce de convoyer. On associera carte et image du monde, car, comme il paraît évident, la carte tend à établir une tradition, à poser une  vision du monde, à former le spectateur et la spectatrice. Son histoire est le bréviaire des formes mentales que le monde a adoptées à travers les âges. Le corpus cartographique pris en compte sera fortement marqué par sa valeur iconographique : les cartes anciennes sont d’authentiques œuvres d’art, aux yeux des contemporains. On accordera une grande importance aux cartes artistiques proposées depuis quelques décennies. A ce propos, il a été dit par un critique que le motif cartographique,
aujourd’hui, est aussi présent que les natures mortes à l’âge baroque.
En fonction du temps disponible, on examinera, en complément, la notion de paysage dans l’art chinois, qui fournit une autre passionnante lecture des formes de notre monde.

Lectures facultatives :

sur la cartographie :
Mark Monmonier, Comment faire mentir les cartes, traduit de l’américain, Paris, Autrement,
2019.
Gilles A. Tiberghien, Finis terrae : imaginaires et imaginations cartographiques, Paris,
Bayard, 2007.

sur la cartographie et l’art contemporain :
Bertrand Westphal, Atlas des égarements. Etudes géocritiques, Paris, Minuit, 2019.

Sur le paysage chinois :
François Cheng, Vide et plein. Le langage pictural chinois, Seuil, coll. Points, 1991.

[COURS 2020_21]. M2. IMMERSION REFLEXIVE AU FESTIVAL dES FRANCOS

Récapitulatif :

  • 3 spectacles de danse (1 gratuit)
  • 2 concerts (1 gratuit)
  • 6 spectacles de théâtre 
  • 5 Laboratoires du Zèbre
  • 3 à 4 rencontres avec équipes artistiques
  • 4 Conférences ou tables-rondes
  • 2 rencontres professionnelles (CITF, IF)
  • 3 remises de prix
  • 2 rencontres « face à face »
  • 1 visite d’exposition
  • Nuit Francophone (musique, théâtre, danse, cirque, conte, projections…)

Pré festival : présentation du programme en amont, à l’UL où à la Caserne

Première phase – Découverte 

du 23 au 25 septembre

Mercredi 23 septembre 2020 :

  • 17h – Accueil des élèves CCIC, présentation et visite de la Caserne

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

  • 18h30 – Spectacle d’ouverture : Corps ÉtrangesDanse 

Claude Brumachon et Benjamin Lamarche.

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

  • 21h Concert Manou Gallo – Musique 

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

Jeudi 24 septembre 2020 :

  • 10h – 12h : OUVERTURE DU PREAC « Parole publique/parole politique : Quelle(s) histoire(s) raconter ? Comment la transmission fait résistance aujourd’hui? » Introduction au « décolonial » : fondements, réalités et complexités de la pensée décoloniale avec  Philippe Colin

Lycée Limosin – 13 Rue des Clairettes, 87000 Limoges (A confirmer)

  • 14h – 16h : Visite de l’exposition « 37 Rayures du Zèbre »

Bibliothèque Francophone Multimédia – 2 Place Aimé Césaire, 87032 Limoges

Possibilité :

  • 18h : Rencontre avec l’équipe de Corps Étranges (selon disponibilités)

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

  • 20h30 – Congo Jazz Band – Théâtre, Musique

Mise en scène : Hassane Kassi Kouyaté

Opéra de Limoges – 48 Rue Jean Jaurès, 87000 Limoges

Vendredi 25 septembre 2020 :

  • 10h30 – 12h : Rencontre avec l’équipe de Congo Jazz Band (dans le cadre du PREAC)

Lycée Limosin – 13 Rue des Clairettes, 87000 Limoges (A confirmer)

  • 20h – AKZAK – Danse

Héla Fatoumi et Eric Lamoureux

CCM Jean Moulin – 76 Rue des Sagnes, 87280 Limoges

Samedi 26 septembre 2020 

  • 10h30 : Grand Témoin avec Werewere Liking et Hassane Kassi Kouyaté

Bibliothèque Francophone Multimédia – 2 Place Aimé Césaire, 87032 Limoges

  • 12h30 : (Dans le cadre du Focus IF) Remise du prix « Des Mots à la Scène » + présentation du programme « Accès Culture ».

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

  • 14h : Présentation publique du CITF

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

  • 16h30 : Laboratoires du Zèbre – Congo Jazz Band

Foyer de l’Opéra – 48 Rue Jean Jaurès, 87000 Limoges

  • 18h30 : La nuit sera calmeThéâtre, Musique

Moïse Touré, Rokia Traoré

CCM Jean Gagnant – 7 Avenue Jean Gagnant, 87000 Limoges

Dimanche 27 septembre 2020 

  • 10h30 : Laboratoire du Zèbre – Akzak

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

  • 13h00 : Remise des Prix SCAD et RFI

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

Deuxième phase :

Les enjeux d’un événement international francophone

du 28 au 30 septembre

Lundi 28 septembre 2020 :

  • 9h – 18h30 : Journée Focus avec l’IF « chantier découvertes » : présentation des artistes sélectionnés par l’IF et par les Francophonies. 

Ferme de Villefavard – 2 impasse de l’église et de la cure, 87190 Villefavard

Possibilité : 

  • Rencontre avec Gaelle Massicot Bitty et/ou Alban Corbier-Labasse (horaire à convenir)
  1. Massicot Bitty : responsable du pôle « artistes et professionnels » à l’Institut Français de Paris (missions spectacles vivant, musique et photographie), Direction du développement et coopération artistique.
  2. Corbier-Labasse : Coordinateur de la mission coopération culturelle Afrique et Caraïbes à l’Institut Français.

Ferme de Villefavard – 2 impasse de l’église et de la cure, 87190 Villefavard

  • 20hL’impossible procès – Théâtre

Luc Saint-Eloy

Théâtre de l’Union – 20 Rue des Coopérateurs, 87006 Limoges

Mardi 29 septembre 2020 :

  • 10h30 : Atelier/Table-ronde professionnelle Institut Français « Les territoires ultramarins, plateformes de coopération culturelle régionales » + signature du Fond Mobilité Caraïbe. 

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

  • 15h : Laboratoire du Zèbre Autour de l’Impossible procès 

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

Possibilités: 

  • 18h : Animations à la BFM (selon programmation)

Bibliothèque Francophone Multimédia – 2 Place Aimé Césaire, 87032 Limoges

  • Matin : Rencontre avec l’équipe de Akzak  ? (ou mercredi, selon disponibilités)

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

  • 20h – Concert Ray Lema On rentre KO, on sort OK – Musique

Opéra de Limoges – 48 Rue Jean Jaurès, 87000 Limoges

Mercredi 30 septembre 2020 :

Possibilités 

  • Temps à la Caserne si animations (contes, concert de Perrine Fifadji…)

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

  • Animations à la BFM ? (selon programmation)

Bibliothèque Francophone Multimédia – 2 Place Aimé Césaire, 87032 Limoges

  • Rencontre avec Hassane Kassi Kouyaté (selon disponibilités)

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

  • Rencontre avec l’équipe de Akzak  ? (ou mardi, selon disponibilités)

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

  • 20h30 – Crépuscule – Danse

Auguste Ouédraogo et Bienvenue Brazié

CCM Jean Moulin – 76 Rue des Sagnes, 87280 Limoges

Jeudi 1er octobre 2020 :

Possibilité :

  • Matin : rencontre avec l’équipe de Crépuscule (selon disponibilités)

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

 

  • 12h30 – Remise du Prix Sony Labou Tansi des Lycéens

CCM Jean Moulin – 76 Rue des Sagnes, 87280 Limoges

« La traduction, un savoir-faire pour qui, pour quoi ?

  • 15h à 17h45 : Deux tables rondes sur les questions de traduction et migrations 
  • 18h : Conversation avec Barbara Cassin 

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

Vendredi 2 octobre 2020 :

  • 11h30 : Laboratoire du Zèbre autour de Rhapsodie

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

  • 20h30Rhapsodie – Théâtre

Abdon Fortuné Khoumba

CCM Jean Gagnant – 7 Avenue Jean Gagnant, 87000 Limoges


Samedi 3 octobre 2020 :

 

  • 11h30 : Laboratoire du Zèbre autour de la Tablée et le Syndrome de la Pintade

Caserne Marceau – 66 avenue Armand Barbès, 87000 Limoges

 

  • 15h – La Tablée – Théâtre

Maud Galet-Lalande, Amine Ben Saad

Théâtre de l’Union – 20 Rue des Coopérateurs, 87006 Limoges

 

  • A partir de 18h : La Nuit Francophone

Jardins de l’Evéché, BFM, Théâtre Expression 7, Caserne Marceau..



[cours 2020_21]. M1. Séminaire histoire des industries culturelles et cultures médiatiques (LMFLI11E)

Le cours abordera les grandes questions fondamentales de la culture médiatique contemporaine, en prenant appui sur la fiction criminelle : généricité, sérialité, intermédialité seront les aspects essentiellement traités.  En effet, la fiction criminelle est un genre emblématique du fonctionnement des cultures médiatiques et des industries culturelles du XIXème siècle à aujourd’hui.

La Culture médiatique et le développement des industries culturelles

Depuis le XIXème siècle, le développement des industries culturelles accompagne de nouvelles formes culturelles, à la fois dans le domaine de l’imprimé (presse, livres) et dans le domaine du spectacle (théâtre puis cinéma). Un panorama historique permettra de saisir les enjeux du développement des industries culturelles  et de donner plusieurs repères théoriques sur l’approche de ces objets par la recherche.

La fiction criminelle aujourd’hui en France et en Europe

La fiction criminelle sera saisie comme l’une des grandes formes issues du développement des médias et des industries culturelles à partir du XIXème siècle : des publications périodiques dans la presse au développement des collections au début du XXème siècle, le récit policier évolue en conformité avec les supports médiatiques qui l’accueillent. Longtemps liée à la sérialité, qui permet de fidéliser le lectorat, la fiction criminelle ne tarde pas à investir d’autres médias, notamment le cinéma puis la télévision.

Analyse formelle de la fiction criminelle : récit d’énigme, noir, thriller. Récit policier et tension narrative.

Tendances récentes de la fiction criminelle : roman noir et Histoire ; du récit urbain au rural noir.

Extension territoriale du polar

Longtemps marquée par l’hégémonie étatsunienne, la fiction criminelle se déprend peu à peu de ses territoires originaux pour investir d’autres territoires. Si le récit policier circule dans le monde entier dès la fin du XIXème siècle, jamais autant de productions variées géographiquement et culturelles n’ont circulé. Entre influences anglo-saxonnes et spécificités culturelles, la fiction criminelle déploie des logiques de production diversifiées.

Etude du polar en Europe : éditer le polar en Europe ; éditer le polar européen en France ; représentation du local, du national et du global.

Evaluation

Elaboration d’un dossier individuel sur un corpus et un sujet choisis, relatifs à la fiction criminelle en Europe et aux problématiques du cours.

Bibliographie :

BARONI, La tension narrative, Paris, Seuil, Poétique, 2007.

BOLTANSKI, Enigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Paris : Gallimard, 2012.

LETOURNEUX, Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et cultures médiatiques, Paris : Seuil, 2017.

LEVET, Sherlock Holmes. De Baker Street au grand écran, Paris : Editions Autrement, 2012.

LITS, Le Roman policier: introduction à la théorie et à l’histoire d’un genre littéraire, Liège: Editions du CEFAL, 1999.

MAIGRET, MACE (dir), Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Armand Colin et INA, 2005.

MARTEL Mainstream. Enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde, Paris : Flammarion, 2010 ; avec nouveau sous-titre Enquête sur la guerre globale de la culture et des médias, Paris : Flammarion, 2012.

MIGOZZI, Boulevards du populaire, Limoges : PULIM, Médiatextes, 2005.

MOLLIER, SIRINELLI (dir), Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques. 1860-1940, Paris: PUF, 2006.

QUEFFELEC, Le Roman-Feuilleton Français au XIXe Siècle, Paris : PUF, Que sais-je ?, 1989.

REUTER, Le roman policier, Paris : Armand Colin, 2009.

[COURS 2019-2020]. M1, ACTIVITES DE RECHERCHE scientifique

Les M1 CCIC sont engagé.e.s, encadré.e.s par des enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’Université de Limoges et de l’ENSA, dans des projets de recherche. Le graphisme Gephi sur cette page rend compte de la diversité des projets, mais également des points de contact entre les jeunes chercheur.e.s du Master. 

Paul-Marie Andrieux, “La scène métal hardcore de Limoges” (dir. Pierig Humeau)

Domaine de recherche : Musicologie,

Thèmes de recherche : DIY, scène, musiques actuelles, culture punk, musique underground

Célestine, “Le retour/renouveau du Post-Punk en France” (dir. Pierig Humeau)

Domaines de recherche : Sociologie, musicologie, Design Graphique, Histoire, Histoire de l’art.

 Thèmes de recherche :  Questionnement du retour ou du renouveau

Mélany Dutheil, “L’accessibilité culturelle : handicap sensorielle, et spectacle” (dir. Frédérique Toudoire-Surlapierre)

Domaines de recherche : art vivant, éducation culturelle, sociologie, communication

Thèmes de recherche : accessibilité, handicap sensorielle, cécité, multi sensorialité, perception

Flavie Falais, “The Witcher : l’art de la narration transmédia” (dir. Chloé Ouaked)

Domaines de recherche : Cultures médiatiques, Littérature, Arts, Histoire Culturelle, Communication, Marketing, Fan studies 

Thèmes de recherche : Narration transmédia, Création, Production, diffusion et réception des œuvres, Cultures populaires, Littératures de l’imaginaire

Elia Gosse, “L’utilisation de la musique dans le cinéma, une recette cinématographique hollywoodienne (dir. Frédéric Toudoire-Surlapierre)

Domaines de recherche : Analyse musicale, musicologie

Thèmes de recherche :  Dynamique des studios, Mondialisation, Influence

Corentin Imbert, “Le Théâtre jeune public depuis les vingt dernières années: un théâtre pour enfants?” (dir. Nicole Billot)

Domaines de recherche : Spectacle vivant, Industrie culturelle, sociologie du public

 Thèmes de recherche :  stéréotypes et le spectacle vivant

Léa Marsaud, “London Calling : quand le cinéma britannique s’empare de ses subcultures” (Perig Humeau)

Domaines de recherche : Sociologie, musicologie, histoire, études cinématographiques, études britanniques

Fanny M., “La Question du genre dans le rap francophone. (dir. Frédérique Toudoire-Surlapierre)”

Domaines de recherche : Théorie du genre, Musique, Politique, Culture Hip/Hop, analyse stylistique et du discours

 Thèmes de recherche : l’évolution du genre dans le rap francophone (carrière des artistes, chansons, clips, etc.) .

Wesley de Mello Müller, “Björk : Pas d’autre son dans l’air, que tout le monde puisse voir” (dir. Loïc Artiaga)

Domaines de recherche : histoire et évolution de la musique et du design appliqué dans la musique en rapport aux consommateurs (le public) ; sociologie de la musique ; marketing

Thèmes de recherche : évolution de la présentation visuelle de la musique en rapport des changements de ses plateformes et le changement de comportement du public en s’utilisant de base la discographie de Björk.

Mourierski#3907, “La musique dans la publicité” (dir. Audrey Moutat)

Domaines de recherche : Musicologie, marketing/Sémiotique du son

Thèmes de recherche : L’influence de l’utilisation de la musique dans la publicité sur les consommateurs et l’industrie musicale

Manon Soleilhavoup, “Les représentations sociales dans le cinéma d’auteur français du XXIème siècle” (dir. Chloé Ouaked)

Domaines de recherche : études cinématographiques, sociologie.

Thèmes de recherche : notion d’auteur au cinéma, analyse filmique, représentation de la société au cinéma, dynamiques et sociologie de groupe, dimension documentaire.

Sarah, “Comédies musicales et minorités : le cas Hamilton (dir. Frédérique Toudoire-Surlapierre)

Domaines de recherche : arts du spectacle, esthétique

Thèmes de recherche : politique, Histoire, place des minorités

Louis Zédé, “La notion d’engagement dans le rap français d’après 2015”

Domaines de recherche : Analyse du discours, rhétorique, (peut-être un peu musicologie) 

Thèmes de recherche : Expression et réception d’idées, Culture hip-hop, Politique & Société, Cultures populaires/Contre-cultures

 

[COURS 2019-2020]. M2 “Rédaction, édition & valorisation de la recherche”

Le cours “Rédaction, édition..” est centré cette année sur les intersections entre culture et politique, ainsi qu’entre la recherche en SHS et débat public.

Calendrier des interventions

Eric Lebas, “La promotion en France des créateurs et des auteurs issus des mondes francophones”, vendredi 18 octobre, 14-17h, amphi 4

Jean Gilbert, “Live Jasmin : une enquête”, mercredi 6 novembre,  10-12h, B009

Jean-Michel Devésa, “Retour sur l’affaire Eschyle”, mardi 12 novembre, 15-17h, C201

Loïc Artiaga, séance méthodologique, mercredi 20 novembre, C204

Franck Bauchard, “L’art comme révélateur des environnements technologiques : enjeux artistiques et politiques”, jeudi 28 novembre, 17-19h, C204

Philippe Colin, “La question décoloniale”, date donnée ultérieurement.

 

 

[COURS 2019-2020]. ovidie/aTELIER DE RECHERCHE ET DE CREATION

Semestre 1 : Le documentaire et le réel

Le documentaire comme mensonge

Le documentaire, contrairement au reportage préfère une subjectivité assumée exprimée, plutôt que de tendre vers une « objectivité », volonté illusoire de retranscrire le réel. Il est « conscience qui devient film » et porte l’empreinte de la volonté du cinéaste.

Compréhension et intégration de la dimension volontairement mensongère avec pour support divers témoignages de réalisateurs. Confrontation de leurs propos avec projection de leurs images.

Le documentaire comme récit construit

Étude des différentes structures narratives propres aux écritures documentaires. Intégrer les clés de la nature dramaturgique du genre. Comprendre la notion de « conflit », être en capacité de déterminer une problématique claire. Savoir rédiger un synopsis détaillé et apprendre à rédiger une note d’auteur.

Présentation de différents dossiers de production. Comprendre les enjeux et leur structure.

Les économies du documentaire

Introduction au documentaire à travers ses chiffres. Exposition des différents types de productions audiovisuelles en France. Première tentative de définition du documentaire en fonction des réalités de production et du circuit de financement. Rapport dialectique entre la volonté de création des auteurs et les contraintes de diffusion.

Le documentaire, un « laboratoire de formes »

Présentation des différentes formes documentaires. Savoir effectuer une recherche graphique. Déterminer l’univers visuel d’un film, énoncer les intentions de réalisation.

L’importance de l’univers sonore dans le documentaire

Étude comparative de différentes propositions d’habillage sonore. 

Le documentaire audio / Vs le podcast

Documentaire audio et podcast, quelles différences ?

Les économies du documentaire audio / Les économies du podcast

Présentation de différentes formes documentaires audio. Réflexions autour du rôle de la voix off.

La place de l’introspection dans le podcast, ou quand l’intime devient politique.

Évaluation :

Intégrer les notions théoriques de base.

Imaginer une proposition de podcast. Trouver son sujet, définir sa problématique, construire son dossier, rédiger sa note d’auteur et ses intentions de production.

Remise d’un dossier de production de podcast en fin de semestre. Travail individuel.

Semestre 2 : Réalisation de son propre podcast
 

L’intégralité du deuxième semestre sera consacrée à la mise en pratique des notions théoriques intégrées lors du premier semestre.

Comprendre et intégrer les différentes étapes d’écriture et de production d’un podcast.

Apprendre à se servir du matériel de prise de son.

Se familiariser avec un logiciel de montage sonore de type « Reaper ».

Être en capacité d’écrire, enregistrer, monter et organiser les différents travaux de post-production.

Évaluation : Présentation d’un travail individuel. Il sera demandé un épisode de podcast ou documentaire audio d’une quinzaine de minutes.