La recherche en Master CCIC

Le Master CCIC est adossé au laboratoire Espaces humains et interactions culturelles (EHIC, EA 1087). Il accueille une quarantaine de chercheur·e·s et autant de doctorant·e·s, quelques post-doctorant·e·s, qui interrogent des corpus littéraires et médiatiques dans trois domaines principaux : théorie littéraire, interactions culturelles, dynamiques des genres en régime médiatique. 

Le laboratoire offre ainsi – mais pas exclusivement – les outils pour penser une frenchness élargie à l’ensemble des productions francophones, et sur tous les supports médiatiques (feuilletons, presse ou imprimés, télévision, cinéma, etc.). Par ailleurs, les collègues engagé·e·s en littérature comparée ou sur des espaces anglophones, italophones, germanophones, hispanophones ouvrent plus largement les sujets et les corpus étudiés. Le laboratoire EHIC est engagé dans plusieurs projets internationaux, dont un récent H2020 européen, dédié aux  fictions criminelles.

Les chercheur·e·s du laboratoire (qui accueille également des enseignant·e·s de l’ENSA) suivent individuellement les travaux des étudiant·e·s du Master. Les étudiant·e·s rédigent en M1 et en M2 un mémoire de recherche, qui est à considérer comme l’orientation personnelle donnée au diplôme. Les sujets abordés ces dernières années sont multiples, en fonction des intérêts culturels manifestés par les masterant·e·s : études des politiques culturelles, travaux sur la circulation des revues francophones, analyses sur le rap féminin, sur les musiques actuelles, sur l’implantation territoriale des festivals, sur les cycles et séries dans l’édition française, sur le cinéma asiatique, la photolittérature, la question du gender et le théâtre contemporain, les romans adaptés en comédies musicales, etc. 

A l’issue de la première année, les étudiant·e·s présentent une ébauche de recherche d’une vingtaine de pages. Un mémoire complet est soutenu à l’issue de la deuxième année, devant un jury de spécialistes.

Le mémoire permet aux masterant·e·s d’approfondir une thématique choisie, de se familiariser avec la littérature critique et d’éprouver les méthodologies avancées de la recherche. Des séminaires de restitution des travaux sont organisés tout au long de la formation.

Un pré-projet de recherches est demandé au moment de l’admission en Master.

[COURS 2019-2020]. M1, ACTIVITES DE RECHERCHE scientifique

Les M1 CCIC sont engagé.e.s, encadré.e.s par des enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’Université de Limoges et de l’ENSA, dans des projets de recherche. Le graphisme Gephi sur cette page rend compte de la diversité des projets, mais également des points de contact entre les jeunes chercheur.e.s du Master. 

Paul-Marie Andrieux, “La scène métal hardcore de Limoges” (dir. Pierig Humeau)

Domaine de recherche : Musicologie,

Thèmes de recherche : DIY, scène, musiques actuelles, culture punk, musique underground

Célestine, “Le retour/renouveau du Post-Punk en France” (dir. Pierig Humeau)

Domaines de recherche : Sociologie, musicologie, Design Graphique, Histoire, Histoire de l’art.

 Thèmes de recherche :  Questionnement du retour ou du renouveau

Mélany Dutheil, “L’accessibilité culturelle : handicap sensorielle, et spectacle” (dir. Frédérique Toudoire-Surlapierre)

Domaines de recherche : art vivant, éducation culturelle, sociologie, communication

Thèmes de recherche : accessibilité, handicap sensorielle, cécité, multi sensorialité, perception

Flavie Falais, “The Witcher : l’art de la narration transmédia” (dir. Chloé Ouaked)

Domaines de recherche : Cultures médiatiques, Littérature, Arts, Histoire Culturelle, Communication, Marketing, Fan studies 

Thèmes de recherche : Narration transmédia, Création, Production, diffusion et réception des œuvres, Cultures populaires, Littératures de l’imaginaire

Elia Gosse, “L’utilisation de la musique dans le cinéma, une recette cinématographique hollywoodienne (dir. Frédéric Toudoire-Surlapierre)

Domaines de recherche : Analyse musicale, musicologie

Thèmes de recherche :  Dynamique des studios, Mondialisation, Influence

Corentin Imbert, “Le Théâtre jeune public depuis les vingt dernières années: un théâtre pour enfants?” (dir. Nicole Billot)

Domaines de recherche : Spectacle vivant, Industrie culturelle, sociologie du public

 Thèmes de recherche :  stéréotypes et le spectacle vivant

Léa Marsaud, “London Calling : quand le cinéma britannique s’empare de ses subcultures” (Perig Humeau)

Domaines de recherche : Sociologie, musicologie, histoire, études cinématographiques, études britanniques

Fanny M., “La Question du genre dans le rap francophone. (dir. Frédérique Toudoire-Surlapierre)”

Domaines de recherche : Théorie du genre, Musique, Politique, Culture Hip/Hop, analyse stylistique et du discours

 Thèmes de recherche : l’évolution du genre dans le rap francophone (carrière des artistes, chansons, clips, etc.) .

Wesley de Mello Müller, “Björk : Pas d’autre son dans l’air, que tout le monde puisse voir” (dir. Loïc Artiaga)

Domaines de recherche : histoire et évolution de la musique et du design appliqué dans la musique en rapport aux consommateurs (le public) ; sociologie de la musique ; marketing

Thèmes de recherche : évolution de la présentation visuelle de la musique en rapport des changements de ses plateformes et le changement de comportement du public en s’utilisant de base la discographie de Björk.

Mourierski#3907, “La musique dans la publicité” (dir. Audrey Moutat)

Domaines de recherche : Musicologie, marketing/Sémiotique du son

Thèmes de recherche : L’influence de l’utilisation de la musique dans la publicité sur les consommateurs et l’industrie musicale

Manon Soleilhavoup, “Les représentations sociales dans le cinéma d’auteur français du XXIème siècle” (dir. Chloé Ouaked)

Domaines de recherche : études cinématographiques, sociologie.

Thèmes de recherche : notion d’auteur au cinéma, analyse filmique, représentation de la société au cinéma, dynamiques et sociologie de groupe, dimension documentaire.

Sarah, “Comédies musicales et minorités : le cas Hamilton (dir. Frédérique Toudoire-Surlapierre)

Domaines de recherche : arts du spectacle, esthétique

Thèmes de recherche : politique, Histoire, place des minorités

Louis Zédé, “La notion d’engagement dans le rap français d’après 2015”

Domaines de recherche : Analyse du discours, rhétorique, (peut-être un peu musicologie) 

Thèmes de recherche : Expression et réception d’idées, Culture hip-hop, Politique & Société, Cultures populaires/Contre-cultures

 

[cours 2014-15] JE 14: Imaginaire de la ville

3110333777_e4eb43a26b_o
Liu WEI, Love it ! Bite it !, 2009

Journées d’études 2014-2015 – JE 14

Contenu : Imaginaire de la ville.

La ville nourrit l’imaginaire des écrivains, des peintres, des photographes et des cinéastes. Elle stimule les rêves des utopistes et des architectes, suscite des projets, des cartes et des plans. Elle s’actualise en s’inscrivant sur le territoire et affirme son pouvoir, son aura. C’est par la grande ville que se définit l’identité d’une nation et que se construit son destin. Souvent associée à la modernité, pour le meilleur et pour le pire, la ville est un objet privilégié de réflexion pour les historiens, les géographes, les sociologues et les philosophes qui s’interrogent sur la place de l’individu dans la cité. Qu’elle soit métropole, banlieue ou petite ville, elle sert de cadre à d’innombrables récits, réalistes, oniriques, fantastiques, mais peut aussi devenir un personnage de fiction. La ville, espace complexe, en perpétuelle mutation, se prête à la métamorphose. C’est un lieu privilégié pour la déambulation, les rencontres, le métissage culturel. C’est aussi un lieu de mémoire qui porte les traces et les stigmates de l’Histoire. A la fin du XIXe, Londres, ville cosmopolite et labyrinthique est devenue un locus privilégié pour la fiction chez des auteurs comme Stevenson ou Conan Doyle. On peut en dire autant de Paris à diverses époques, de Berlin, de New York, Rome ou de Saint-Pétersbourg. La ville, décor spectaculaire, suscitant des phénomènes et des événements aléatoires. » Ce troisième volet du cycle « Architectures »  proposera une approche plurielle des représentations et mythes collectifs engendrés par le phénomène urbain au cours des XIXe et XXe siècles que se livrent les différents spécialistes de l’histoire, de l’art, des images picturales, photographiques ou filmiques, des littératures européennes et anglo-saxonnes.

[2012-2013] ARC: Expérience du territoire (ENSA)

Expérience du territoire
Matériaux de recherche comme matériaux de création

¬ Dominique Thébault, artiste
¬ Martin Bourdanove, artiste
¬ Vincent Carlier, artiste
> En partenariat avec : Institut de céramique de Jingdezhen, Chine

Contenu

Geste inaugural : en 1968 Robert Smithson proclamait « nous espérons nous libérer

[2012, 19 septembre] Journée d’études: Industrie(s) culturelle(s), travail et création

Horkheimer, Adorno, Habermas (1965)

Au départ la notion d’industrie culturelle… Elle apparaît chez Theodor Adorno et Max Horkheimer dans Kritik der Aufklärung( (écrit entre 1941-1944, paru en 1947). Aujourd’hui on nomme du terme d’industries culturelles, un secteur économique et d’activités où, aussi bien les institutions publiques – dont les écoles d’art par exemple – que des organismes ou des entreprises privées sont partie prenante. Plus généralement, Continuer la lecture de [2012, 19 septembre] Journée d’études: Industrie(s) culturelle(s), travail et création

Le projet “Fantômas, les origines” 2010-2013 (FLSH / ENSA)

L'expo virtuelle Fantomas dans le musée EPOP

A la faveur du centenaire de la naissance  du personnage de Fantômas, créé par Pierre Souvestre et Marcel Allain en 1911 et porté à l’écran par Louis Feuillade en 1913, plusieurs initiatives ont été portées, visant à la fois à dresser le bilan des travaux qui avaient été dédiés à l’œuvre, à diffuser auprès d’un public élargi une part de ces « savoirs savants » et à dessiner les perspectives des recherches en littérature et en histoire culturelle propres à renouveler les approches consacrées au « Génie du crime ».

L’ARC (ENSA)
Parce que le personnage a depuis les années 1910-1920 suscité l’intérêt des avant-gardes, il a été estimé pertinent de nouer un partenariat inédit avec l’Ecole nationale supérieure d’Art de Limoges (ENSA). Un atelier de recherches et création (ARC) y a été mis sur place, impliquant étudiants (de la 3e à la 5e année), artistes et enseignants. L’œuvre se trouve ainsi en position d’être réappropriée par de jeunes artistes, qui immergent Fantômas dans un univers nouveau – celui du hacking par exemple.

L’Expo virtuelle (FLSH)
Une exposition virtuelle, bilingue, a également été mise en place, avec l’appui technique du Pôle d’appui à la recherche de l’Université de Limoges et de l’agence Pixight (http://fantomas.popular-roots.eu). Pensée comme une manifestation capable, comme Fantômas, de s’infiltrer, sa publicité progresse essentiellement par les réseaux sociaux. Et son coeur de réseau est l’association LPCM!

Le livre (éditions Autrement)
La découverte d’archives éclairant sous un nouveau jour la genèse de l’œuvre (archives personnelles des auteurs, essentiellement) a nourri une publication, à paraître aux éditions Autrement (Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Fantômas ! Anatomie d’un mythe populaire) et fournira la base documentaire du long travail de réédition des premiers épisodes de cette série, chez Bouquins (sous la direction de Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux).

Le colloque (universités de Limoges, Bologne, Paris Ouest)
Un colloque international « Fantômas, les origines (fin XIXe – 1915) », organisé par les universités de Limoges, Bologne et Paris X, clôturera en mai 2013 les travaux du centenaire, en rassemblant les meilleurs spécialistes mondiaux du roman populaire, du cinéma et des études culturelles qui se sont penchés sur le « cas » Fantômas.

Responsable : Loïc Artiaga