(Quelques) anciens étudiants

Nous proposons ici de présenter le parcours de quelques anciens étudiants . La jeunesse de la formation – 4 promotions – ne permet pas en la matière un panorama très large, mais les témoignages postés ici permettront aux futurs étudiants de se faire une idée des différents débouchés offerts par notre Master.

Charlotte Boutier. Double Master CCIC / Double profil ?

J’ai décidé d’entreprendre le Master CCIC (qui était alors tout nouveau) en parallèle à ma dernière année d’études aux Beaux Arts de Limoges. La démarche s’est faite naturellement, induite par plusieurs facteurs d’ordre comportementaux, pratiques et purement factuels.  Je citerais en premier lieu l’effet de ma curiosité insatiable et de mon goût pour l’inconfort comme source de challenge et d’apprentissage.

Il n’est pas exagérer que de parler d’inconfort par rapport à mon expérience avec ce nouveau Master, il a fallu l’apprivoiser et l’insérer, non sans difficultés, dans mon agenda alors que la maquette était encore à l’épreuve.

D’un point de vue pratique, il est vrai que l’implémentation des deux structures (Beaux Arts & FLSH) est idéale, il suffisait de passer d’une rive à l’autre sans aucune perte de temps. Il était également alléchant de me dire qu’en une année (bien remplie), je pouvais valider deux niveaux Master : l’un pratique aux Beaux Arts et le second plus théorique à la Faculté.

Ayant passé plusieurs entretiens d’embauche, je peux vous assurer que cela fait un effet non négligeable chez votre interlocuteur. Ce double Master accrédite d’une véritable rigueur, d’un rythme soutenu de travail, d’une grande ouverture d’esprit, ainsi que d’une capacité à traiter des choses qui sembleraient opposées de manière méthodique et transverse.

Aujourd’hui je ne travaille pas dans le design d’objets, ni dans une institution culturelle, mais dans un lieu qui rassemble ces deux choses et bien d’autres…

Je suis actuellement chef de projet évènementiel à NUMA. C’est une association ayant pour but d’accompagner l’écosystème parisien du numérique.

Afin de mieux vous dépeindre le tableau, NUMA = 6 étages, 1 500 mètres carrés, 25 évènements par semaine et une population hyper-diversifiée : start-ups, auto-entrepreneurs, porteurs de projets en tout genres, grandes entreprises, étudiants, enfants, artistes…bref tous créateurs et concepteurs à leur façon.

Vous devez vous dire quel est le point commun entre toutes ces personnes ?

Je pense que la « Culture » dans son sens large d’art de vivre, de modus operandi ou de simple manière de regarder les choses est la motivation commune et principale de chacun de ces acteurs. En effet, les échanges culturels sont le terreau des tiers lieux comme NUMA. Cela peux exister de plusieurs manières, co-working, meet-up, hackathon, barcamp, design thinking…bref peut importe la forme que ces échanges prennent, du moment que le mouvement ne s’interrompt pas et que l’on en ressort toujours plus riche d’expériences. Si jamais vous vous retrouvez un jour à l’accueil de NUMA, n’hésitez pas à demander « Charlotte » et ce sera avec plaisir que je prendrais un moment pour vous faire visiter et découvrir ce lieu de création hors du commun !

 

Flora Basthier

Après l’obtention de mon DNAP, il m’a été proposé de poursuivre en double master entre l’ENSA de Limoges et la FLSH. Ce qui m’a tout de suite attirée dans le programme du master CCIC est la compréhension des mécanismes de la création contemporaine en régime médiatique ainsi que l’ouverture des moyens de recherches. En effet, les interactions culturelles et artistiques liées aux questions d’espaces m’ont très tôt interpellée lors mon entrée en école d’Art où ma culture personnelle dite « underground » fut confrontée au monde institutionnel. J’ai alors entrepris des recherches s’inscrivant dans la lignée des « Cultural Studies ».

J’ai ainsi effectué deux années intenses qui, aujourd’hui, m’ont permis de rassembler un nombre important d’outils pour mes recherches à venir. Aussi l’emploi du temps fut chargé, mais néanmoins ce master CCIC a activement participé à nourrir la réflexion de ma pratique plastique personnelle.

Il est évident aujourd’hui que ce double cursus ne manque pas d’interpeller, tant par son innovation de recherches que pour la preuve donnée de mon investissement dans cette entreprise. A l’heure actuelle je poursuis mon parcours en post-diplôme toujours à l’ENSA de Limoges, où il m’a été donné la chance de me rendre en Chine durant 3 mois pour travailler en résidence. Sur ce terrain, je peux de nouveau étudier les rapports de cultures traditionnelles et novatrices à travers le médium de la céramique.

J’espère à l’avenir pouvoir continuer ma pratique artistique tout en m’investissant autant dans l’évènementiel et la culture car je suis attirée par les métiers de l’information et de la diffusion culturelle. Parcourir le monde à travers des résidences artistiques ou des missions d’études me satisferait amplement. Ainsi, avec l’association du master CCIC et du DNSEP, j’envisage autant une poursuite de recherche théorique que plastique autour des mouvements culturels qui bousculent notre monde.

(Flora Basthier est aux Instants Chavirés en 2016 : http://www.instantschavires.com/spip.php?article1339)

Luciana Feingold

D’origine brésilienne, j’ai toujours voulu rassembler mon domaine de formation (communication-marketing) et le monde des arts. J’ai donc développé un projet à propos des arts appliqués ayant les œuvres de Mondrian comme objet d’étude. Le Master CCIC m’a donné le cadre pour réussir ce projet et pour apprendre les enjeux de la recherche, étant donné que je me suis senti motivée pour continuer à développer ces compétences en Doctorat. À l’issu de ce nouveau cycle, je me concentre sur l’analyse du discours des acteurs du marché du luxe en Nouvelle-Aquitaine, tout comme leur contribution pour le développement du territoire et leur rôle dans le changement de l’image diffusée en niveaux régional, national et international.

Arielle Nganso

Arielle Nganso, laboratoire EHIC, Limoges (DR)

Originaire du Cameroun, j’ai obtenu une bourse d’excellence pour venir étudier à l’université de Limoges en Master CCIC (Création contemporaine et industries culturelles). J’ai choisi de postuler à la formation CCIC du fait de sa double ouverture aussi bien sur le monde professionnel que sur celui de la recherche. Cette formation m’a davantage rapprochée du milieu des industries culturelles françaises et a renforcé mes connaissances, mon esprit d’analyse et de synthèse. Les apports théoriques et pratiques de cette formation ont décuplé mon envie de poursuivre en cycle de doctorat.

C’est grâce à ces acquis que j’ai pu obtenir un contrat doctoral, et que je peux ainsi continuer mes travaux entamés en Master sur la question des circulations culturelles entre l’Afrique centrale et la France et les systèmes de coproductions qui les animent. Centré sur  la réception en France des rythmes urbains des pays de l’aire bantoue de 1960 à 1990, ce travail m’amène à faire des terrains en Afrique et à m’insérer dans les réseaux de recherches dédiés à la culture médiatique contemporaine.

Alexandre Turon, conteur

Alexandre Turon, Lyon (DR)

Issu d’une licence de Lettres Modernes de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Limoges, j’ai choisi de me diriger vers le Master CCIC pour me consacrer ma passion, l’art de conter. Ce Master a été l’occasion pour moi de développer ma pratique personnelle en tant que conteur amateur par le biais de stages, de rencontres et d’expériences toutes enrichissantes et très variées. J’ai pu ainsi lier ma pratique à une base réflective théorique ; le projet qui a animé mon parcours au sein du Master ainsi que le plus grand nombre de mes expériences était celui de devenir un professionnel de l’art du conte.

Grâce à mes multiples expériences de la scène et aux compétences développées pendant mon cursus, je suis aujourd’hui intégré à l’équipe de comédiens de l’entreprise m’ayant accueilli en stage ; ici, l’art du conte est au service de la médiation culturelle, l’oralité sert à la mise en valeur d’un patrimoine régional. L’entreprise qui m’a accueilli se nomme Cybèle ; c’est une entreprise lyonnaise créée en 2012 qui organise des visites guidées insolites des différents quartiers de la Ville. Les visites se font sous des formes différentes des visites guidées traditionnelles ; elles sont contées ou théâtralisées, c’est à dire que le guide est aussi conteur ou comédien. Les visites sont écrites en suivant un parcours à plusieurs étapes ; la trame est une fiction nourrie d’éléments historiques, artistiques et architecturaux bien réels. En parallèle, je fais mes propres spectacles, associant contes traditionnels et écriture dans mes projets, pour tenter d’emmener toujours plus loin ma pratique.

Ici le Carnet rencontres CCIC 2017-2018 réalisé par Alexandre Turon et Marion Dejos lors des Francophonies 2017. 

 

Mathilde Ribière, gestionnaire de la billetterie de l’Arkéa Arena

Après avoir obtenu une licence professionnelle “Métiers de la Culture pour le développement Territorial”, j’ai décidé d’intégrer le Master CCIC, bien que cela ne soit pas la continuité classique d’une licence professionnelle. Ces deux ans de formations m’ont permis de compléter mes connaissances en termes d’industries culturelles, mais également de me créer un réseau car le Master offre l’opportunité de travailler sur différents événements en Région tout au long de l’année. De plus, l’intégration d’un stage au cours de la formation a été un avantage afin de m’insérer dans le milieu professionnel qui m’attirait depuis des années.

En effet, en arrivant dans la formation, j’avais déjà un objectif professionnel, ayant déjà réalisé un stage au cours de ma licence dans un service de production d’une salle de spectacle. Pendant le Master, j’ai obtenu un stage d’assistante billetterie pour une durée de 6 mois à Arkéa Arena, la toute nouvelle salle de spectacle de Bordeaux. J’ai eu l’opportunité d’intégrer l’équipe avant même l’ouverture de la salle. A la suite de ce stage, la structure m’a proposé un contrat. Je suis donc aujourd’hui gestionnaire de billetterie, dans cette même salle. Arkéa Arena est une salle pouvant accueillir jusqu’à 11.000 spectateurs, environ 500 personnes y travaillent les soirs de spectacle mais nous somme une équipe de 12 permanents.

J’ai eu la chance en arrivant dans le Master CCIC de déjà savoir ce que je voulais faire professionnellement, et la formation m’a permis d’atteindre mon objectif.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Création contemporaine et industries culturelles (Limoges)